Adopté lors de la COP21, l’Accord de Paris engage les états signataires à lutter contre le dérèglement climatique pour limiter le réchauffement planétaire à + 2° Celsius maximum d’ici la fin du XXIe siècle. Alors que le texte préconise de viser un maintien en dessous des + 1,5°C, il ne mentionne aucune réduction chiffrée des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Marie-Sophie Pastant, Responsable de la Gestion ETF et indicielle chez BNP Paribas Asset Management

Limitation du réchauffement planétaire à – 2°C : où en sont les sociétés cotées ?

Adopté lors de la COP21, l’Accord de Paris engage les états signataires à lutter contre le dérèglement climatique pour limiter le réchauffement planétaire à + 2° Celsius maximum d’ici la fin du XXIe siècle. Alors que le texte préconise de viser un maintien en dessous des + 1,5°C, il ne mentionne aucune réduction chiffrée des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Dans un récent rapport, le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) considère qu’atteindre cet objectif nécessiterait une réduction des GES de 70 à 80 % avant 2050[1]. 195 parties signataires ont formalisé leurs Contributions Climatiques Nationales (nommées NDC) détaillant les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les efforts d’adaptation aux risques climatiques.

S’il est extrêmement difficile de séparer les émissions dues aux entreprises, de celles liées aux Etats et aux consommateurs, il est indéniable que les acteurs économiques doivent se tenir en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Selon une étude publiée par la Revue Climatic Change[2], 90 multinationales seraient responsables des deux tiers des émissions de CO₂ et de méthane entre 1854 et 2010, désignant les entreprises comme la première source d’émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

Or, la raréfaction de l’eau et des matières premières, la hausse du niveau des océans, les catastrophes climatiques et la disparition de la biodiversité menacent directement le modèle économique des entreprises. Dès le début du 21ème siècle, elles ont commencé à agir en conséquence définissant des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et en créant des départements dédiés aux enjeux RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Une prise de conscience aujourd’hui fondée puisque le rapport du Forum économique mondial a confirmé en 2016 que le changement climatique est le premier des risques auxquels sont confrontées les entreprises.

Désormais, de plus en plus d’entreprises intègrent directement le risque climatique dans leur stratégie. Elles déterminent le coût de la transition énergétique, via la fixation d’un prix du carbone interne, et anticipent les règlementations pouvant affecter leurs activités, comme les normes sur les émissions de CO₂ pour les véhicules. Elles réfléchissent aussi à des alternatives pour leur production et pour la distribution de leurs produits, en réduisant par exemple la consommation d’énergie nécessaire ou en développant des circuits courts.

D’autres entreprises vont encore plus loin, en apportant des solutions d’efficacité énergétique aux autres entreprises ou aux particuliers, ou encore en leur fournissant directement des énergies renouvelables. Ces business model apportent des réponses concrètes à une problématique de taille car tôt ou tard, toutes les entreprises seront obligées de prendre en compte le risque climatique que cela soit au niveau fiscal, réglementaire, opérationnel ou encore business. Une aubaine pour les entreprises les plus vertueuses à qui la transition énergétique devrait bénéficier.

[1] GIEC, Résumé à l’intention des décideurs politiques, 2018.

[2] Revue Climatic Change, « Tracing anthropogenic carbon dioxide and methane emissions to fossil fuel and cement producers, 1854–2010 », 2013.

Les investissements réalisés dans le fonds sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’il génère peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l’intégralité de leur placement. . Les fonds décrits présentent un risque de perte en capital. Pour une définition et une description plus complète des risques, merci de vous reporter au prospectus et DICI des fonds. Avant de souscrire, vous devez lire la version la plus récente du prospectus et DICI disponibles gratuitement sur notre site www.easy.bnpparibas.fr

 

A propos de la démarche d’investisseur responsable de BNP Paribas Asset Management

Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) est un acteur de référence de l’investissement socialement responsable (ISR). BNPP AM a déployé sa propre politique d’investisseur responsable et applique des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) à l’ensemble de ses gestions collectives ainsi que des politiques sectorielles définies avec le Groupe BNP Paribas afin d’encadrer ou proscrire les investissements dans des émetteurs opérant dans des secteurs dits controversés. Cette approche est complétée par l’exercice systématique de ses droits de vote en tant qu’actionnaire et la participation aux instances de place, contribuant ainsi activement au débat public. Membre actif de l’Institutional Investors Group on Climate Change (IIGCC) depuis 2003 et signataire des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dès 2006, BNPP AM a été l’un des premiers gestionnaires d’actifs d’envergure à signer le Montreal Carbon Pledge en mai 2015 et à rejoindre la Portfolio Decarbonization Coalition, traduisant ainsi sa volonté d’agir concrètement, à travers des stratégies d’investissement durable, d’accompagnement de la transition énergétique et de préservation du climat. BNP Paribas Asset Management totalise près de 35 milliards d’euros d’encours ISR à fin décembre 2017.

 

BNP Paribas Asset Management

BNP Paribas Asset Management

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques. Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable. Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications

Archives