Notre regard sur l’économie et nos prévisions pour les différentes classes d’actifs en 2019.

La volatilité risque de ressurgir en 2019, alors que des facteurs familiers, comme les tensions commerciales internationales, les conflits géopolitiques et le changement de politique monétaire en faveur d’un relèvement des taux d’intérêt pourraient saper le moral des investisseurs. Toutefois, hormis ces facteurs connus, le régime est appelé à changer : deux marchés haussiers – l’un de 30 ans dans les obligations et l’autre d’une décennie dans les actions américaines – touchent à leur fin, disloquant dans la foulée les corrélations entre les classes d’actifs auxquelles bon nombre d’investisseurs s’étaient habitués.

Analyse de l’allocation d’actifs pour 2019

Concernant notre allocation d’actifs, nous anticipons une certaine pression sur les actifs risqués en raison de l’augmentation des taux sans risque, tandis que les actions devraient pouvoir continuer de s’apprécier. De belles perspectives de croissance et de bénéfices, en particulier aux États-Unis, devraient permettre de compenser les craintes relatives au durcissement monétaire, même en cas de montée progressive de l’inflation et de ralentissement modéré de la croissance, qui resterait néanmoins robuste.

Nous optons pour la neutralité dans les actions. L’Europe ou l’Amérique d’abord ? Nous privilégions l’Europe, où les valorisations des actions sont plus intéressantes.

Nous sous-pondérons les obligations, en nous concentrant sur la zone euro, où la BCE rattrape la Réserve fédérale américaine dans son cycle de durcissement, alors que son soutien sous la forme d’un assouplissement quantitatif devient moins indispensable.

Dans la même optique, nous sous-pondérons le haut rendement, surtout aux États-Unis. En Europe, le cycle semble plus modéré. Les hausses de taux d’intérêt risquent en effet de malmener les marchés des obligations d’entreprises. Les entreprises n’ont cessé de creuser leur endettement ces dernières années : les hausses de taux d’intérêt pèseront lourdement sur les plus endettées. De surcroît, le fait que nous soyons à la fin du cycle économique pourrait être un facteur aggravant et ce ne devrait être qu’une question de temps avant que les craintes à propos de la croissance n’incitent les investisseurs à préférer les obligations d’État aux obligations d’entreprises.

En ce qui concerne les marchés émergents, l’appréciation du dollar américain sur fond de relèvement des taux et d’escarmouches commerciales devrait continuer d’alimenter la volatilité et de menacer la performance. Toutefois, les perspectives économiques sont globalement bonnes et pourraient justifier une vision plus optimiste à long terme. Pour cette classe d’actifs et toutes les autres, nous pensons que l’année 2019 nécessitera une sélection des actifs et des allocations plus tactiques, favorisant ainsi les gérants de portefeuilles aptes à générer davantage d’alpha.

Quelles sont les perspectives économiques pour 2019 ?

En 2019, l’économie américaine continuera de profiter des réductions d’impôts et des mesures de relance budgétaire. Au regard des prévisions de croissance du PIB par le consensus, soit 2,6 % en 2019 et 1,9 % en 2020, la récession ne fait clairement plus partie des perspectives des économistes. L’économie évolue à un rythme sain et l’inflation américaine reste contenue (ce qui donne à la Fed une légère marge d’augmentation des taux). Le spectre de la récession semble donc s’éloigner.

La probabilité d’une récession est encore plus faible dans les autres économies développées. La zone euros’est redressée progressivement et la croissance du PIB reste inférieure au niveau d’avant la crise. L’inflation demeure largement inférieure à l’objectif de la BCE et l’économie ne tourne pas encore à plein régime.

La croissance du PIB chinois pourrait descendre à 6 % en 2019, mais elle continuera de soutenir la croissance mondiale, en particulier en Asie émergente. Néanmoins, la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et l’appréciation du billet vert risquent de mettre les marchés émergents sous pression.

  • Pour voir la brochure de nos Perspectives d’investissement pour 2019, cliquez ici >
  • Pour la publication complète des Perspectives d’investissement pour 2019 de BNP Paribas Asset Management intitulées « Changement de régime », cliquez ici >
BNP Paribas Asset Management

BNP Paribas Asset Management

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques. Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable. Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications

Archives