La pandémie de coronavirus et l’effondrement des prix du pétrole ont entraîné une forte correction des actifs risqués à l’échelle mondiale qui, malgré un rebond partiel, a suscité des interrogations parmi les investisseurs quant au positionnement de leurs portefeuilles. Dans ce contexte, nous sommes convaincus qu’une approche active et axée sur la qualité des actions reste le meilleur moyen de générer de la performance à long terme pour nos clients, et en particulier dans la région Asie-Pacifique.

Une approche active

Les mesures d’assouplissement quantitatif, adoptées par les banques centrales occidentales en réponse à la crise financière de 2008, ont entraîné une augmentation spectaculaire des émissions de dette des entreprises afin de financer leurs rachats d’actions.

En conséquence, les entreprises américaines n’ont jamais été aussi fortement endettées qu’aujourd’hui. Nombre de ces entreprises sont tributaires de la croissance économique pour financer à la fois les coupons de leurs obligations et les rachats d’actions.

Mais la pandémie de Covid-19 a fracturé ce modèle en ralentissant considérablement l’économie mondiale. Cette décélération soudaine de la croissance mondiale a mis une pression énorme sur les bilans des entreprises fortement endettées.

En outre, la Russie et l’Arabie saoudite se sont livrées une guerre des prix sur les marchés pétroliers, faisant chuter le cours du baril de brut. Cela n’aurait pas pu arriver à un pire moment pour les marchés mondiaux du crédit et des actions, qui étaient déjà sous forte pression.

Depuis, les banques centrales, comme la Réserve fédérale américaine, ont lancé des plans de relance colossaux. Elles ont notamment acheté des obligations d’entreprises, ce qui a permis un resserrement des spreads de crédit. Ces mesures ont également permis de stabiliser les marchés actions.

Toutefois, on peut considérer que si un apport de liquidités en quantité illimitée est en mesure de différer les problèmes d’endettement des entreprises, il ne peut pas les résoudre. Leurs revenus ayant chuté de façon spectaculaire, beaucoup d’entre elles se rapprochent dangereusement de la faillite. Mais permettre à des entreprises dites « zombies » de survivre n’est qu’une manœuvre dilatoire de la part des banques centrales.

C’est pourquoi il est plus important que jamais pour les investisseurs d’adopter une approche active et de rechercher des entreprises de qualité. Cela leur permettra d’investir dans les entreprises les mieux placées pour survivre à la récession et rebondir plus rapidement par la suite. Cela signifie également qu’ils peuvent se tenir à l’écart des entreprises moins performantes dans lesquelles les fonds passifs investissent simplement parce qu’elles figurent dans un indice.

Les entreprises de qualité, par définition, ont généralement des bilans plus solides et des niveaux d’endettement plus faibles. Cela devrait leur permettre d’affronter les turbulences, et aussi de saisir les opportunités de gagner des parts de marché lorsque leurs concurrentes moins résistantes feront faillite.

L’Asie est – et restera – le moteur structurel de la croissance mondiale.

Pourquoi l’Asie ?

L’Asie abrite la moitié de la population de la planète et représente environ la moitié du produit intérieur brut mondial. Elle est – et restera – le moteur structurel de la croissance mondiale.

La crise du Covid-19 a permis de rappeler quelques éléments essentiels. Tout d’abord, les bilans sont fondamentalement meilleurs en Asie que dans les pays occidentaux.

Que l’on considère la balance des opérations courantes, le ratio dette publique/PIB ou les bilans des particuliers, des banques et des entreprises, ils sont solides dans la plupart des pays d’Asie. La dette publique est gérable et, dans l’ensemble, non entravée par les dettes non financées de la sécurité sociale qui accablent les pays occidentaux. L’Asie est une région exportatrice de capitaux, affichant un niveau d’épargne élevé et dont l’approche économique est fondamentalement conventionnelle.

Deuxièmement, la pandémie a montré l’efficacité des gouvernements asiatiques à gérer les crises. Ils ont réagi avec vigueur et efficacité à l’épidémie de Covid-19.

Ils ont réussi à effectuer rapidement un grand nombre de tests, à isoler les porteurs et à identifier rapidement les foyers d’infection afin d’empêcher toute nouvelle transmission du virus.

Les bilans solides et les gouvernements fermes qui caractérisent l’Asie sont bien adaptés à la situation actuelle. L’indice MSCI AC Asia Pacific ex-Japan a enregistré des performances conformes à celles de l’indice MSCI World (en dollars) et a surperformé l’indice MSCI Europe depuis le début de l’année, ce qui souligne la résistance de l’Asie dans un environnement de marché difficile.

Les valorisations asiatiques sont également intéressantes. Selon Bloomberg, le ratio cours/valeur comptable sur 12 mois de l’indice MSCI AC Asia Pacific ex-Japan a chuté à environ 1,32x contre 1,66x fin 2019, soit bien en dessous de sa moyenne sur 15 ans de 1,77x. En outre, du point de vue des investisseurs en dollars américains, de nombreuses devises asiatiques se sont récemment dépréciées, non seulement en raison de la vigueur du dollar, mais aussi plus largement en raison de l’aversion au risque lié aux marchés émergents.

Malgré tout cela, les portefeuilles des investisseurs mondiaux restent en moyenne sous-exposés à l’Asie à hauteur de 7 %, la proportion la plus faible jamais enregistrée dans l’histoire récente, selon EPFR Global, qui enquête auprès de gérants de fonds actions mondiaux représentant 1 700 milliards de dollars d’encours.

Les valorisations intéressantes constituent à elles seules un point d’entrée attrayant pour les investisseurs à long terme en Asie, compte tenu des facteurs évoqués ci-dessus.

Le fait que les spécialistes de l’allocation d’actifs soient si sous-exposés à l’Asie offre de nombreuses opportunités d’investissement.

En conclusion

Le paysage de l’investissement n’a pas été aussi complexe depuis des décennies. Les mois à venir seront difficiles. Toutefois, dans ce contexte, nous sommes convaincus que les investisseurs devraient envisager une exposition aux marchés asiatiques. Les opportunités à long terme existent pour les investisseurs actifs et axés sur la qualité.

Aberdeen Standard Investments

Aberdeen Standard Investments

Aberdeen Standard Investments est un gérant d'actifs mondial de premier plan qui a à cœur de créer de la valeur à long terme pour ses clients. Pour ce faire, nous mettons au service de nos clients une large palette d’investissements, ainsi qu’ un service de grande qualité.

Nous gérons €587.6 milliards* d’actifs à travers 80 pays grâce au savoir-faire de nos 1 000 spécialistes d’investissements et nos équipes support client disponibles dans nos 40 bureaux à travers le monde.

La marque Aberdeen Standard Investments a été créée en 2017 dans le cadre de la fusion d’Aberdeen Asset Management PLC et de Standard Life Plc pour former Standard Life Aberdeen plc.

View all posts


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X