Données chinoises d’octobre : petite amélioration

Les statistiques économiques ont été globalement meilleures que prévu en octobre. Elles montrent toutefois que la reprise est encore fragile. Le rebond des ventes au détail a été principalement porté par la hausse de l’inflation, mais, sur une note plus positive, les ventes d’automobiles ont commencé à renouer avec la tendance, grâce à une résorption de la pénurie mondiale de puces électroniques. La croissance de la production industrielle s’est également raffermie, grâce au secteur automobile, mais aussi au matériel informatique destiné à l’export.

Le ralentissement du secteur du logement s’est, en revanche, aggravé. Les surfaces vendues ont reculé de 21,7% en glissement annuel en octobre, après une baisse de 13,2% en septembre. Les mises en chantier se sont contractées de 33,1% en glissement annuel en octobre, après un recul de 13,5% en septembre. Les investissements immobiliers ont baissé de 5,5% en glissement annuel contre un recul de 3,5% le mois précédent. En conséquence, la production de matières premières industrielles a également été affectée. Les matériaux de construction et les métaux ferreux (acier) ont été le plus fortement impactés avec une perte cumulée de production industrielle de 0,8 pp.
Nous pensons que les principales causes de ce ralentissement sont les restrictions politiques auto-imposées, dont la plupart sont toujours en vigueur. Parmi celles-ci, les trois premières sont : 1) la politique de tolérance zéro face à la Covid-19, 2) les limitations d’émissions pour les secteurs très polluants et à fortes émissions et, 3) le resserrement du logement depuis le quatrième trimestre 2020.

Néanmoins, la faiblesse généralisée de l’économie a retenu l’attention des responsables politiques. Dès le mois d’octobre, la NDRC (Commission nationale pour le développement et la réforme) est intervenue pour stimuler la production de charbon afin de remédier aux problèmes de pénurie d’électricité et certaines localités ont commencé à rectifier leurs excès dans l’application des mesures de contrôle de l’utilisation de l’énergie, revenant à une production normale. Un assouplissement est également probable au tournant de l’année, ce qui atténuera les pressions sur le plan industriel. En ce qui concerne le contrôle et la prévention des pandémies, il ne semble guère envisagé de modifier la politique de tolérance zéro avant les Jeux olympiques d’hiver de Pékin (du 4 au 20 février). Toutefois, compte tenu du niveau élevé du taux de vaccination en Chine, nous prévoyons un certain ajustement de la politique nationale en matière de voyages après le mois de février. Quelques changements opérationnels des politiques de logement sont également en cours. Cela dit, si les ajustements politiques effectués jusqu’à présent ont permis d’atténuer les pressions sur les liquidités à court terme pour les promoteurs, ils n’ont pas été suffisamment importants pour justifier une modification de nos prévisions de ralentissement du secteur du logement à moyen terme.

Pour l’avenir, nous nous attendons à ce que l’économie globale redémarre graduellement. Une fois que les contraintes auto-imposées auront, une à une, été supprimées (contrôle de la consommation d’énergie, politique de tolérance zéro et politiques de resserrement sectoriel), nous pensons que l’économie retrouvera sa vigueur par elle-même. Nous nous attendons à ce que l’accommodation politique reste ciblée, car la sortie de cette phase de désendettement et de resserrement importants sera suffisante pour aider à stabiliser la croissance.

Total
10
Shares