Suite à la réunion du Politburo qui a réclamé une intensification des politiques macroéconomiques de soutien, le Conseil d’État chinois et la PBoC (banque centrale chinoise) se sont exécutés lundi, tandis que de nouvelles mesures sont encore attendues. La volonté générale d’assouplissement reste mesurée et sélective, par rapport au reste du monde.

Suite à la réunion du Politburo qui a réclamé une intensification des politiques macroéconomiques de soutien, le Conseil d’État chinois et la PBoC (banque centrale chinoise) se sont exécutés lundi, tandis que de nouvelles mesures sont encore attendues. La volonté générale d’assouplissement reste mesurée et sélective, par rapport au reste du monde.

  1. Sur le plan budgétaire, le gouvernement s’engage à augmenter le déficit budgétaire en se finançant par une augmentation des émissions d’obligations d’État. Les exonérations d’impôts et les subventions pour l’achat de véhicules propres seront étendues.
  2. En ce qui concerne la politique monétaire, la PBoC a réduit de 20 points de base le taux des prises en pension (reverse repo) à 7 jours, ramenant celui-ci à 2,2% lundi, ce qui laisse espérer une baisse correspondante du taux de référence des prêts bancaires (LPR) le 20 avril prochain. Une réduction ciblée du ratio des réserves obligatoires (RRR) est également probable. Le RRR pour les banques de plus petite taille a été abaissé d’un point de pourcentage, libérant ainsi 400 milliards de RMB de liquidités. Pour l’heure, le risque d’une deuxième vague épidémique en Chine n’est pas une menace majeure pour la reprise : jusqu’à présent, le nombre de cas  asymptomatiques a légèrement dépassé le millier, tandis que le nombre de personnes sous observation médicale – un indicateur permettant de tracer les infections potentielles – est désormais nettement moins élevé que lors du pic (20 000 contre 190 000 le 7 février). Malgré les inquiétudes, la reprise générale de l’économie est en bonne voie, comme le montrent les dernières statistiques à haute fréquence. En revanche la faiblesse de la demande mondiale pourrait constituer un risque baissier plus important. Les indices PMI asiatiques (indicateur mesurant le sentiment de confiance des directeurs des achats des entreprises) ont plongé en raison de la chute des commandes et de la production : le PMI manufacturier de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) est tombé à 43,3 en mars, son niveau le plus bas depuis la création de l’enquête en juillet 2012. Les détériorations sont visibles dans tous les pays, Singapour étant le plus gravement touché. Les PMI de la Corée et du Japon ont continué à s’affaiblir en mars. À Taïwan, malgré une amélioration de l’indice PMI global, les commandes et la production ont encore reculé. En Chine, les PMI ont fortement rebondi en mars, reflétant une amélioration séquentielle après l’importante mise à l’arrêt des activités en février.
Amundi

Amundi

Amundi se classe 1er acteur européen et dans le Top 10 mondial(1) de l'industrie de l'asset management avec plus de 850 milliards d'euros d'actifs sous gestion au plan mondial(2). Implantée au coeur des principaux bassins d'investissement dans plus de 30 pays, Amundi offre une gamme complète de produits, couvrant toutes les classes d'actifs et les principales devises. Amundi développe ainsi des solutions d'épargne adaptées aux besoins de plus de 100 millions de clients particuliers à travers le monde et construit pour les clients institutionnels des produits sur mesure, performants et innovants, adaptés à leur activité et leur profil de risque. Elle contribue au financement de l'économie en orientant l'épargne au service du développement des entreprises..

Amundi est devenue l'asset manager européen de référence, reconnu pour :

la performance de ses produits et leur transparence;
la qualité de la relation avec ses clients fondée sur une approche de conseil dans une vision long terme;
l'efficacité de son organisation et l'engagement de ses équipes au service des clients;
l'engagement à prendre en compte les critères de développement durable et d'utilité sociale dans ses politiques d'investissement.

1. Source IPE Top 400 publié en juin 2014, encours sous gestion à décembre 2013 retraités par Amundi des données relatives à la gestion privée.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

juin

Pas d'évènement

juillet

Pas d'évènement

aout

Pas d'évènement

X