Après la BCE et la FED, cinq autres banques centrales de marchés développés ont tenu leurs réunions de politique monétaire au cours des deux dernières semaines.

Après la BCE et la FED, cinq autres banques centrales de marchés développés ont tenu leurs réunions de politique monétaire au cours des deux dernières semaines.

La Banque d’Angleterre n’a apporté aucun changement à sa politique. La banque centrale continue d’indiquer qu’en cas de Brexit souple et dans l’hypothèse d’une reprise de la croissance mondiale, elle pourrait envisager de relever ses taux de manière limitée et progressive. Elle a toutefois reconnu que si les incertitudes entourant le Brexit devaient se prolonger davantage, cela exercerait une pression baissière sur les tensions inflationnistes d’origine intérieure. Comme largement attendu, la Banque du Japon a également maintenu sa politique inchangée. Le gouverneur Haruhiko Kuroda a répété que les risques pour l’économie mondiale avaient augmenté. En effet, selon sa déclaration, « la banque estime qu’il devient nécessaire d’accorder une plus grande attention à la possibilité que la dynamique en faveur de la réalisation de l’objectif de stabilité des prix se perde » et que « la banque réexaminera l’évolution de l’économie et des prix lors de sa prochaine réunion de politique monétaire où elle fournira une mise à jour des perspectives de l’activité économique et des prix ».

La Norges Bank a relevé son taux directeur de 25 pb supplémentaires, à 1,50 %, marquant ainsi la fin du cycle de resserrement actuel. Jusqu’à présent, l’économie réelle de la Norvège s’est montrée résiliente, l’inflation a évolué à un niveau proche de l’objectif, le chômage est resté inférieur à 4 % et la politique budgétaire a apporté un soutien vigoureux. Toutefois, la hausse des risques mondiaux et leur impact potentiel sur les perspectives des cours du pétrole, ainsi que les positions accommodantes de la BCE et de la Fed, la poussent désormais à adopter une attitude plus prudente.

La Banque nationale suisse a maintenu ses taux d’intérêt en suspens, se contentant d’un léger virage accommodant dans ses orientations. Toutefois, une modification de la manière dont elle applique les intérêts négatifs sur les dépôts à vue ouvre la voie à davantage d’assouplissement à l’avenir.

Enfin, la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande a laissé son taux officiel des liquidités en suspens à 1,0 %, conformément aux attentes du consensus. Après la baisse inattendue de 50 pb en août, sa dernière déclaration précisait qu’il « reste de la marge pour plus de relance budgétaire et monétaire, si nécessaire, pour soutenir l’économie et maintenir nos objectifs en termes d’inflation et d’emploi ».

Amundi

Amundi

Amundi is Europe’s largest asset manager by assets under management and ranks in the top 10* globally. It manages more than 1.460 trillion** euros of assets across six main investment hubs***. Amundi offers its clients in Europe, Asia-Pacific, the Middle-East and the Americas a wealth of market expertise and a full range of capabilities across the active, passive and real assets investment universes. Headquartered in Paris, and listed since November 2015, Amundi is the 1st asset manager in Europe by market capitalization****.

Leveraging the benefits of its increased scope and size, Amundi has the ability to offer new and enhanced services and tools to its clients. Thanks to its unique research capabilities and the skills of more than 4 500 team members and market experts based in 37 countries, Amundi provides retail, institutional and corporate clients with innovative investment strategies and solutions tailored to their needs, targeted outcomes and risk profiles.

Amundi. Confidence must be earned.

View all posts


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X