L'actualité des asset managers français et européens.

[Le rendez-vous du lundi] L’angoisse du “Quantitative Tightening”

Entre le resserrement du bilan de la Fed (Quantitative Tightening) et le terme « angoisse », issu du latin angustia (étroit ou resserrement), espérons que le lien ne reste qu’étymologique. La volonté affichée par les membres de la Fed, lors des dernières minutes du FOMC, de commencer la réduction du bilan de la banque centrale rapidement après la première hausse des taux directeurs est en effet, selon nous, un vrai changement de paradigme (qui peut faire peur) dans l’anticipation à avoir du niveau des taux longs américains. Cette mesure a en effet beaucoup plus d’impact sur la partie longue de la courbe des taux que le tapering ou la hausse des taux directeurs, qui impactent davantage les taux courts et aplatissent la courbe des taux.

La Fed s’apprête donc à faire en 6 mois ce qu’elle avait mis 4 ans à faire lors de la dernière phase de normalisation monétaire (de fin 2013, début du tapering, à fin 2018, début de la réduction du bilan), même si la situation est, bien entendu, différente ne serait-ce qu’au niveau de la lutte contre l’inflation. Si Jerome Powell, lors de son audition devant la Sénat, est revenu à un ton plus accommodant que ne le laissaient entendre les dernières minutes du FOMC, la sortie de plusieurs membres de Fed régionales dans la même semaine ne laisse que peu de doute sur la force du resserrement à venir. James Bullard, Président de la Fed de Saint Louis, considère ainsi qu’il y aura « peut-être besoin d’aller jusqu’à quatre hausses en 2022 », tout en militant pour une réduction du bilan de la Fed dès le printemps. Idem pour Loretta Mester, Présidente de la Fed de Cleveland, qui considère que le début du Quantitative Tightening doit démarrer « aussi rapidement que possible ». La Fed devrait donc rapidement passer de la discussion à l’action sur la réduction de la taille de son bilan, qui dépasse désormais 35% du PIB américain (contre moins de 20% avant la crise). Cette réduction devrait même être plus rapide que lors des phases précédentes. Raphael Bostic, Président de la Fed d’Atlanta (mais membre non-votant du FOMC), estime par exemple nécessaire une réponse plus « agressive » de la Fed pour lutter contre l’inflation avec une réduction de la taille du bilan de la banque centrale d’au moins 100 milliards de dollars par mois pour rapidement purger 1 500 milliards de dollars d’excès de liquidités.

La publication, la semaine dernière, de plusieurs chiffres macroéconomiques outre-Atlantique est d’ailleurs venue conforter les déclarations des membres les plus hawkish. Ainsi, l’inflation sur le mois de décembre progresse, une nouvelle fois, de 0.6%, ce qui porte la hausse sur un an à +7%, en ligne avec les attentes. L’indice de confiance de l’université du Michigan est lui quasiment ressorti sur des plus bas de 10 ans avec une inflation anticipée par les américains sur longue période sur les plus hauts de 2011 (cf. graphique de la semaine).

La Fed devra donc réussir à normaliser l’inflation tout en préservant la croissance, qui fait face à court terme à la résurgence de l’épidémie (via le variant Omicron) et aux problématiques sur l’offre comme en témoignent les baisses de la production industrielle et des ventes au détail pour le mois décembre. Encore une fois, le jeu d’équilibriste s’annonce difficile, notamment lorsque l’on demande au funambule d’accélérer le rythme…

Pour accéder au Rendez-vous du Lundi complet avec nos vues de marchés et le graphique de la semaine, merci de cliquer sur le bouton plus bas.

Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on facebook
Facebook



Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Plus de publications
Mensuel Ecofi
Lire la suite

[Le Mensuel] “Les banquiers centraux en quête de crédibilité”

Pendant longtemps, les investisseurs sont restés persuadés que les liquidités abondantes et l’environnement de taux bas dureraient "ad vitam eternam". Cette certitude a entraîné un sentiment d’optimisme sur les marchés. Aussi, lorsque les banquiers centraux, perturbés par le niveau élevé de l’inflation, ont commencé à remettre en cause cette conviction, les investisseurs ne pouvaient y rester insensibles. D’où un fort dégagement sur les actifs risqués, une tendance qui s’est même accélérée après l’annonce d’un nouveau variant de Covid-19 potentiellement plus contagieux. Pour autant, nous voyons la croissance mondiale progresser de 4,2 % en 2022, en léger recul afin de mieux refléter l’inquiétude sur les émergents et l’allongement des délais de livraison.
Funds Watch
Lire la suite

C’est officiel, Patrimonia ouvrira ses portes dès le 1er octobre

Il y a trois mois dans nos colonnes, Aurélien Lafaye, Commissaire général de PATRIMONIA, présentait avec enthousiasme, les principaux temps forts de l’événement. Dans l’intervalle, avec la recrudescence du nombre de cas de coronavirus dans notre pays, un climat de doute sur la tenue d’événements de cette ampleur s’est progressivement installé. Mais l’édition 2020, les 01er et 02 octobre à Lyon, est confirmée.