Ostrum AM

176 posts
Depuis plus de 30 ans, Ostrum Asset Management accompagne ses clients dans la réalisation de leurs projets financiers. Pour y parvenir et délivrer le meilleur résultat d’investissement, nos gérants nourrissent leurs convictions d’une recherche propriétaire pointue et d’une analyse rigoureuse du risque, à chaque étape du processus de gestion. Basée en Europe, avec une présence aux États-Unis1 et en Asie2, Ostrum Asset Management propose une gamme performante en gestion active fondamentale obligataire et actions, ainsi que des solutions de gestion assurantielle, répondant aux besoins des investisseurs dans le monde entier. Acteur de premier plan en Europe3, Ostrum Asset Management gère 315,7 milliards d’euros4 pour le compte de ses clients institutionnels, particuliers et distributeurs externes. Depuis le 3 avril 2018, Natixis Asset Management est devenue Ostrum Asset Management.
Funds Watch
Lire la suite

La croissance et l’inflation en Chine militent pour une politique monétaire très accommodante

Le ralentissement de la croissance et la très faible inflation en Chine provoqueront la mise en œuvre d’une politique monétaire très accommodante dans l’Empire du milieu. Cela a d’ailleurs déjà commencé et va se poursuivre tout au long de l’année en raison de délais de réaction un peu long. Cette orientation monétaire va être en opposition avec celle menée par Washington. Cette opposition de cycle entre les deux plus grandes économies du monde va provoquer de nouvelles tensions et de la volatilité sur les monnaies et le prix des matières premières.
Funds Watch
Lire la suite

L’inflation se prolonge, la Fed pourrait peser sur la croissance

L’inflation américaine est principalement conditionnée par l’allure du prix des biens et celle du pétrole. Le rush des ménages sur les biens, alors que les stocks étaient réduits, a provoqué ce déséquilibre. Ce n’est pas une question de salaire. L’ajustement de l’offre est en cours mais celui-ci pourrait être perturbé par la Fed qui désormais veut intervenir rapidement au risque de peser sur l’activité. Ce serait un comble au moment où Biden est incapable de faire passer ses plans de relance.
Funds Watch
Lire la suite

Les nouvelles mesures sanitaires et la croissance

La hausse du taux d’incidence en France a forcé le gouvernement à présenter de nouvelles mesures afin de lutter contre la propagation rapide du virus. La logique est la suivante: le fort taux d’incidence provoque un risque d’engorgement des systèmes de santé. Les hôpitaux ne peuvent plus fonctionner de façon équilibrée. Le coût humain s’accroit rapidement obligeant à prendre des mesures encore plus restrictives pour limiter la circulation du virus. Le risque alors est de peser sur l’activité économique.
Funds Watch
Lire la suite

France: La reprise s’accélère et l’économie se normalise

La dynamique de l’activité est au beau fixe en France. La croissance du PIB est confirmée à 3% au cours de l’été et les indicateurs cycliques (climat des affaires de l’Insee) sont à un niveau élevé. Pour l’ensemble de l’année, l’activité aura progressé de presque 7% à 6.7/6.8%. L’acquis pour 2022 serait alors de 2.4 à 2.6%. L’année 2022 va bien démarrer. Dans le comportements des acteurs de l’économie, la situation se normalise, c’est un signal de retour à l’équilibre.
Funds Watch
Lire la suite

L’inflation de la zone Euro surprend en août

Le taux d’inflation à 3% en août en zone Euro a surpris. Le consensus était beaucoup plus bas à 2.4%. Ce mouvement haussier s’explique marginalement par la contribution un peu plus forte de l’énergie et des services. C’est l’allure du prix des biens hors énergie qui est la principale explication. Elle s’explique en partie par un fort effet de base mais aussi par la répercussion de la hausse du prix des matières premières et des pénuries dans certains secteurs. Ces facteurs peuvent avoir de la persistance, ce qui ne serait pas sans déplaire à la BCE puisque cela pourrait se traduire à terme par un mouvement haussier sur les salaires.
Funds Watch
Lire la suite

L’inflation US s’essouffle en juillet

L’inflation est restée à 5.4% en juillet alors que le taux d’inflation sous jacent passait de 4.5% à 4.3%. L’énergie, les transports et l’habitation expliquent encore 80% de l’inflation de juillet (81% en juin) alors que ces trois postes ne représentent qu’une pondération équivalente à 51% de l’indice. L’effet transport a commencé à se modérer. Les ménages ont dépensé une bonne partie de la prime Biden. Cela va infléchir à la baisse les tensions sur les prix des transports. L’inflation US ne sera que temporaire.