Par le passé, l’investissement durable a parfois été freiné par le manque de définitions et de mesures claires. La situation est en train de changer : les autorités de régulation donnent aujourd’hui une description précise de la finance durable et, ainsi, orientent les investisseurs dans la bonne direction.

La recherche académique pluridisciplinaire enrichit la base de références en matière d’investissement durable. En favorisant la collaboration entre des universités de recherche de renommée mondiale, l’Alliance mondiale pour la recherche en finance et investissement durables (Global Research Alliance for Sustainable Finance and Investment, GRASFI) joue un rôle de premier plan. Elle rassemble 18 universités prestigieuses du monde entier, qui œuvrent sous son égide dans le domaine de la finance et de l’investissement durables.

Sponsorisée par BNP Paribas Asset Management, l’alliance s’emploie à améliorer les programmes d’études des business schools portant sur la durabilité proprement dite et les flux d’information et mesures y afférents, mais aussi sur les risques climatiques et des sujets tels que la tarification du carbone. L’objectif est d’intégrer le concept de durabilité à l’analyse financière de base et de disposer d’un corpus plus vaste et plus robuste sur le sujet et, par extension, d’accroître la culture financière.

Lors de la conférence inaugurale de la GRASFI, les thèmes suivants, entre autres, ont été traités :

Les obligations vertes des entreprises – Caroline Flammer (Université de Boston)

Thème : Étude de l’efficacité financière et de l’impact environnemental de l’émission d’obligations vertes par les entreprises

Conclusion : On observe un impact positif mesurable et soutenu sur le cours de l’action et le rendement des actifs de l’entreprise émettrice, ainsi qu’un impact significatif sur les scores environnementaux et sur les émissions de carbone, par rapport aux entreprises comparables qui n’avaient pas émis d’obligations vertes.

Fait/enseignement intéressant : Il existe un effet d’annonce induisant une appréciation immédiate de 0,9 % du cours de l’action de l’émetteur.

La valorisation boursière des bons et mauvais élèves dans le domaine climatique : les enseignements de l’élection de Trump – Stefano Ramelli, Alexander Wagner, Alexander Ziegler (Université de Zurich), Richard Zeckhauser (Université d’Harvard)

Thème : Analyse transsectorielle du rendement des actions au regard de deux événements pesant lourd dans la lutte contre le changement climatique (l’élection de Donald Trump en novembre 2016 et la nomination par Donald Trump en décembre de Scott Prutt à la tête de l’Agence pour la protection de l’environnement)

Conclusion : Les secteurs « sales » (c’est-à-dire dont les émissions sont élevées) ont surperformé, mais cela n’apparaît pas au niveau des actions individuelles ; les investisseurs ont apparemment récompensé la responsabilité climatique de façon relative, au sein des secteurs.

Fait/enseignement intéressant : Plus Donald Trump gagnait en popularité, plus la responsabilité climatique était récompensée – une variation intéressante de la réaction générale favorable du marché.

Les entreprises clientes socialement responsables –  Rui Dai (Wharton), Hao Liaing (Université de management de Singapour), Lilian Ng (Université d’York)

Thème : Étude de l’interaction entre les politiques des clients en matière de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) et celles des fournisseurs

Conclusion : Les politiques de RSE des clients ont d’importants effets multiplicateurs sur les politiques de RSE de leurs fournisseurs, mais l’inverse n’est pas vrai.

Fait/enseignement intéressant : L’impact de la politique de RSE du client est plus fort quand le fournisseur est dans un autre pays.

Les investisseurs attachent-ils de l’importance à une démarche durable ? Expérience naturelle fondée sur l’examen du classement et des mouvements de capitaux des fonds – Samuel Hartzman, Abigail Sussman (Université de Chicago)

Thème : Étude des réactions des investisseurs en fonds de placement à la publication par Morningstar en mars 2016 des Globe Awards (catégorie « Durabilité »)

Conclusion : L’importante décollecte subie par les fonds situés dans le bas du classement et l’afflux considérable de capitaux dont ont bénéficié ceux situés dans le haut du classement montrent que les investisseurs attachent de l’importance à une démarche durable. Des éléments de l’étude indiquent que les motivations sont au moins partiellement financières (la hausse de rendement attendue ne s’est pas concrétisée dans les 11 mois qui ont suivi).

Fait/enseignement intéressant : L’effet n’est mesurable qu’aux extrémités, il n’existe pas de différences significatives en termes d’entrées/sorties de capitaux pour les fonds situés dans les percentiles 11 à 89 de ce palmarès de la durabilité.

Sentiment social et prévisibilité des rendements – Yao Chen (Université de Cardiff), Alok Kumar (Université de Miami)Chendi Zhang (Université de Warwick)

Thème : Étude de la relation entre la perception des politiques de RSE et le rendement des actions

Conclusion : Il existe une relation positive prévisible et forte entre les politiques de RSE et les rendements des secteurs et entreprises.

Fait/enseignement intéressant : Les leaders du marché en termes de RSE surperforment leurs pairs, mais les retardataires ne sous-performent pas leurs pairs.

Ce que coûte la vision à court terme des entreprises – Tima Bansal (Ivey School of Business)

Thème : Ce que coûte la vision à court terme des entreprises

Conclusion : Une vision à court terme réduit la croissance, le taux de survie des entreprises, la résilience ainsi que la recherche et le développement/l’innovation ; elle augmente le nombre des échecs et la volatilité du cours des actions.

Fait/enseignement intéressant : Les entreprises qui communiquent plus avec des mots ont généralement une vision à plus long terme tandis que celles qui communiquent plus avec des chiffres ont généralement une vision à plus court terme.

Exporter la pollution – Itzhak Ben-David (Université d’État de l’Ohio)Stefanie Kleimeier(Université de Maastricht etc.), Michael Viehs (Université d’Oxford, Hermes Investment Management)

Thème : Étude de l’« exportation de la pollution » – phénomène consistant pour l’entreprise à transférer ses activités polluantes des pays où la législation environnementale est stricte vers ceux où elle est moins contraignante

Conclusion : Les entreprises dont la législation nationale est sévère ont globalement diminué leurs émissions, mais on observe un déplacement des activités polluantes vers les pays où la législation environnementale est plus accommodante, en particulier en ce qui concerne les entreprises moins bien gouvernées.

Fait/enseignement intéressant : Les entreprises bénéficiant d’une bonne gouvernance n’exportent pas la pollution.

Chaînes d’approvisionnement mondiales et responsabilité sociale de l’entreprise – Christoph Schiller (Université de Toronto)

Thème : Étude de la diffusion des politiques et réglementations ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) d’un client à ses fournisseurs, et inversement, par le jeu des chaînes d’approvisionnement mondiales

Conclusion : On observe une forte relation positive entre l’adoption de critères ESG par un client et la politique que son fournisseur suivra, mais cette relation ne se vérifie pas en sens inverse. Des effets financiers positifs expliquent en partie cette relation. Ils sont plus prononcés quand les clients sont en position de force dans les négociations et quand ils sont implantés dans des pays dont la note ESG est plus élevée.

Fait/enseignement intéressant : Cet effet est plus prononcé quand les clients sont dans des pays dont la note ESG est plus élevée, ont un pouvoir de négociation (par exemple, grâce à leur taille), fixent des normes ESG/RSE minimales et proposent des programmes de formation au fournisseur.

L’empreinte des investisseurs institutionnels en matière de durabilité – Phillip Krueger et Rajna Gibson (Université de Genève)

Thème : Étude de la relation entre la performance corrigée des risques et l’empreinte en matière de durabilité, et des raisons poussant les investisseurs à s’inscrire dans une démarche durable

Conclusion : Les scores environnementaux des investisseurs institutionnels représentatifs ont progressé régulièrement entre 2002 et 2015. Les investisseurs dont l’empreinte en matière de durabilité s’est le plus améliorée sont ceux qui ont le plus amélioré leur performance ; les investisseurs dont l’empreinte s’est dégradée ont enregistré une baisse de la performance. Les investisseurs ayant un horizon à long terme ont généralement une plus forte empreinte en matière de durabilité que les investisseurs ayant un horizon à plus court terme.

Fait/enseignement intéressant : Les scores sociaux représentatifs des investisseurs institutionnels se sont en fait détériorés entre 2002 et 2015.

Exploration des origines sociales de la construction des indicateurs ESG – Robert EcclesJudith Stroehle (Université d’Oxford)

Thème : Étude des influences sociales et organisationnelles sur la construction des indicateurs ESG

Conclusion : Les méthodologies employées pour la notation reflètent les origines et l’histoire des sociétés de notation ESG.

Fait/enseignement intéressant : L’intérêt croissant porté aux facteurs ESG a fait progresser le volume des données plus que leur qualité ou les méthodologies sous-jacentes.

BNP Paribas AM

BNP Paribas AM

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques.

Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable.

Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

septembre

17sepToute la journée18Les Journées du CourtagePalais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

25sep19 h 00 min22 h 00 minBefore Patrimonia /// Sogenial ImmobilierBistrot des célestins L'organisateur: Sogenial Immobilier

26sepToute la journéeGrands Prix du Gouvernement d'Entreprise 2019Cercle de l'Union Interalliée

26sep(sep 26)8 h 30 min27(sep 27)19 h 00 minPatrimonia 2019Centre de Congrès de Lyon L'organisateur: Infopro Digital

octobre

08oct8 h 15 min20 h 00 minAM TECH DAY 2019Palais Brongniart L'organisateur: AGEFI Actifs

10octToute la journée1118e Global Invest Forum de l’AGEFIHôtel InterContinental L'organisateur: AGEFI Actifs

11octToute la journée13Salon de l’Immobilier et de l’InvestissementCarrousel du Louvre

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

X