Impressionnés par la performance historique de l’investissement factoriel sur les marchés actions, de plus en plus d’investisseurs se rendent compte du potentiel de cette approche pour les obligations1, affirme le spécialiste de l’investissement Grégory Taïeb de BNP Paribas Asset Management. "Il peut améliorer le ratio risque/rendement à long terme d’un portefeuille, tout en permettant une certaine diversification".

L’investissement factoriel jouit d’une grande popularité auprès des investisseurs actions. Cette approche quantitative est-elle aussi en train de s’imposer sur le marché obligataire ?

Pas encore, nous devons faire preuve de patience, orienter les investisseurs et leur démontrer les bénéfices à long terme. En 2019, une enquête mondiale de FTSE Russell2 a estimé que plus de 50 % des détenteurs d’actifs mondiaux avaient une exposition à l’investissement factoriel en actions. Les investisseurs obligataires n’en sont pas encore là. Seule une faible proportion d’entre eux a actuellement une allocation en investissement factoriel obligataire. Néanmoins, nous observons une amélioration notable en matière de recherche, d’offres et de croissance des actifs. Les bénéfices sont visibles pour les investisseurs.

Pourquoi les investisseurs obligataires adopteraient-ils également l’investissement factoriel ?

Nos recherches montrent que l’allocation systématique « à facteurs » – qualité, faible volatilité, valeur et momentum – augmente la probabilité de rendements plus élevés et peut réduire les risques. En d’autres termes, cette approche peut améliorer le ratio risque/rendement par rapport à un portefeuille indexé traditionnel, ce qui est attractif pour les investisseurs.

L’investissement factoriel a également un impact positif en termes de diversification du portefeuille. La performance d’investissement est générée d’une manière très différente de l’ approche traditionnelle. Pour simplifier, de nombreux gérants de fonds traditionnels génèrent leur alpha – leur valeur ajoutée – en s’appuyant principalement sur leur vision macroéconomique (« top-down ») de l’économie, qui détermine leurs décisions d’investissement en termes de duration, de spread et de secteur.

L’investissement factoriel consiste à sélectionner des titres « bottom-up ». Le choix des obligations dans lesquelles investir dépend de la présence ou non de certaines caractéristiques. Cela implique une analyse systématique des données et une approche scientifique. Le jugement humain ne joue aucun rôle. En fait, cette approche profite précisément des « erreurs humaines » que de nombreux investisseurs commettent sans un tel modèle, ou des préjugés auxquels ils sont souvent soumis.

Enfin, nous pensons que l’investissement factoriel est un moyen efficace d’intégrer les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) – soit, le caractère durable – dans la politique d’investissement. Nos portefeuilles d’investissement factoriels cherchent à obtenir une note d’au moins 20 % supérieure à celle de l’indice de référence pour les facteurs ESG. Nous excluons également du portefeuille les titres dont les notes ESG sont mauvaises (c’est-à-dire les 10 % pires notes ESG), ce qui devrait aussi améliorer le ratio risque/rendement à long terme.

Ce que nous faisons:

  • Composer un portefeuille en sélectionnant les obligations d’entreprises les mieux notées selon les 4 facteurs retenus.
  • Aligner le risque du portefeuille (sensibilité, spread, volatilité) sur celui de l’indice de référence.
  • Intégrer des contrôles du « turnover » et de la liquidité au cœur même de notre processus de rebalancement.
  • Mettre en œuvre une approche d’intégration ESG claire et pratique.

Ce que nous ne faisons pas:

  • Mettre en œuvre des choix géographiques ou sectoriels « top-down ».
  • S’écarter sensiblement ou durablement de l’indice de référence en termes de profil de risque.
  • Restreindre notre univers d’investissement aux émetteurs couverts par les analystes crédit.

L’investissement factoriel obligataire s’appuie-t-il sur les mêmes facteurs que l’investissement factoriel en actions ?

Oui. Comme pour les actions, nous nous intéressons uniquement aux facteurs suivants : valeur, qualité, momentum et faible volatilité. Tant pour les actions que pour les obligations, nous considérons la taille comme une prime pour la liquidité, et non comme un facteur. La manière dont ces facteurs sont appliqués est différente selon qu’il s’agit d’actions ou d’obligations, et dans certains cas, la logique peut aussi varier. Prenons l’exemple de l’indicateur cours/valeur comptable. Pour les actions, un faible ratio cours/valeur comptable peut refléter une opportunité en matière de valeur. Sur les obligations d’entreprises, nous ne cherchons pas à sélectionner des gagnants, mais plutôt à éviter les perdants : la priorité absolue est d’éviter tout risque de défaut.

Y a-t-il des facteurs obligataires qui sont actuellement plus attractifs que d’autres ?

Selon nous, il existe des conditions de marché dans lesquelles un facteur est plus performant qu’un autre, mais dans l’ensemble, nous ne pensons pas que le timing factoriel ajoute un alpha régulier sur le long terme.

Nous croyons aux caractéristiques de diversification des quatre facteurs. Au fil du temps, nous nous attendons à ce que les quatre facteurs apportent une contribution stable et positive à la performance globale. Nous avons donc choisi une pondération égale pour chaque facteur dans le portefeuille.

Les rendements obligataires sont en baisse dans le monde entier. Cela a-t-il un impact positif sur un portefeuille d’obligations « smart-beta » ?

Le fait que les rendements baissent ou augmentent n’a pas d’importance sur le long terme. L’investissement factoriel est conçu pour ajouter de la valeur dans toutes les situations de marché, indépendamment du cycle. Historiquement, la « moyenne au bâton » de nos stratégies crédit multifactorielles – la mesure selon laquelle elles surperforment régulièrement – est supérieure à celle de nos pairs1. Il s’agit donc d’une surperformance structurelle. Pour les obligations d’entreprises, nous prévoyons un rendement supérieur à celui d’un indice crédit de 25 à 100 points de base (pb), et de 50 pb à 150 pb pour un portefeuille à haut rendement3.

La performance des différents facteurs liés aux actions peut varier considérablement. Cela s’applique-t-il également au marché obligataire ?

Comme nous l’avons mentionné, chacun des facteurs devrait contribuer positivement à long terme. À court terme, cela peut être une tout autre histoire. C’est pourquoi nous avons adopté une approche multifactorielle. Cela tend à donner un résultat plus stable au cours du temps.

Pour sélectionner des stratégies d’investissement factorielles, les investisseurs obligataires doivent être capables de comprendre cette approche. La complexité de l’investissement factoriel n’est-elle pas un obstacle à sa popularité future ?

Je ne considère pas cela comme un problème. Le concept et ses avantages pour les investisseurs en actions sont déjà largement reconnus. Selon nous, cela deviendra rapidement le cas également pour le marché obligataire. Les investisseurs qui ont constaté les avantages de l’investissement factoriel pour les portefeuilles actions sont très ouverts à l’adoption d’une approche factorielle pour les obligations.

(1) Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
(2) https://www.ftserussell.com/press/global-smart-beta-adoption-reaches-record-high-58-percent
(3) Article universitaire le plus récent publié en 2019 « Factor investing in corporate bond markets: Enhancing efficacy through diversification and purification »

BNP Paribas AM

BNP Paribas AM

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques.

Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable.

Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

janvier

Pas d'évènement

X