Un gérant fiduciaire peut jouer un rôle crucial en contribuant à garantir que les investissements – en particulier ceux des fonds de pension – sont gérés de manière transparente, qu’ils fonctionnent de manière optimale et qu’ils répondent à toutes les exigences réglementaires.

Depuis la création de la gestion fiduciaire il y a environ 20 ans, avec une croissance régulière des mandats et des actifs sous gestion [1], les gérants fiduciaires sont de plus en plus attendus. Il leur est demandé d’être de plus en plus transparents : Ils doivent expliquer clairement aux parties prenantes ce qu’ils font et rendre compte dans le bon format et dans le bon contexte.

Ces exigences sont en partie dictées par le régulateur, qui exige des conseils d’administration des fonds de pension qu’ils sachent ce qu’ils font et qu’ils rendent des comptes. Un gérant fiduciaire peut y contribuer en étant aussi clair que possible sur les activités, les coûts et les résultats, à l’avance et par la suite. Cela indique aussi clairement au conseil d’administration où se situe la valeur ajoutée. Mais quel est le rôle d’un tel gestionnaire et comment mesurer son efficacité ?

Que fait un gérant fiduciaire ?

La base est qu’un gérant fiduciaire met toujours en œuvre les décisions prises par le client – souvent un fonds de pension. Le client détermine en dernier ressort le type de gestion et de mise en œuvre, l’étendue de la contribution du gérant fiduciaire et la rémunération du travail externalisé.

Les tâches du gérant fiduciaire incluent

    • Conseils sur la relation entre l’actif et le passif
    • Mise en œuvre/soutien à la mise en œuvre du portefeuille de manière efficace et optimale, en gardant à l’esprit le budget de risque
    • Sélection des gérants « best in class », internes et externes (asset)
    • Suivi du portefeuille (notamment les risques et l’efficacité) et reporting.

Nous considérons la gestion fiduciaire comme un partenariat avec une approche holistique et une gestion intégrée du bilan. Nous soutenons la gestion des fonds de pension dans la formulation et la réalisation des objectifs d’investissement. Le fonds reste sous contrôle et nous surveillons l’ensemble du portefeuille. Parfois, nous ne travaillons qu’avec le portefeuille LDI (liability driven investment) ou nous conseillons un portefeuille CDI (cash-flow driven investment). Le modèle d’externalisation est similaire.

Mesurer l'efficacité du gérant fiduciaire

Qu’en est-il de la valeur ajoutée ?

Lorsqu’il s’agit d’évaluer le gérant fiduciaire, diverses questions se posent.

  • Leur contribution apporte-t-elle de la valeur ?
  • Par exemple, le ratio proposé entre le portefeuille d’adossement et le portefeuille de rendement obtient-il un rendement supplémentaire suffisant ?
  • Les indices de référence appropriés et les gérants correspondants pour chaque catégorie d’investissement ont-ils été sélectionnés ?
  • Le gérant choisi (interne ou externe) apporte-t-il l’alpha ou la valeur attendue par le client ?

Au Royaume-Uni, la valeur ajoutée se mesure par l’évolution du ratio de financement sur la base d’une trajectoire glide formulée. Un tel critère suppose que le gérant fiduciaire dispose d’une grande discrétion dans la gestion de ce ratio de financement.

Cette approche n’est pas possible aux Pays-Bas. Le superviseur oblige les fonds à savoir ce qui se passe dans le portefeuille d’investissement et à exercer un contrôle total sur l’activité et la politique du portefeuille. Ici, évaluer la valeur ajoutée est moins direct, peut-être plus subjectif encore.

Avantages et inconvénients de l’externalisation

L’expérience et la connaissance du marché du gérant fiduciaire jouent un rôle clair. Par exemple, si les engagements sont actualisés par rapport à un dérivé de la courbe des swaps de taux d’intérêt, le gérant peut souligner que la manière la moins risquée de couvrir les engagements est d’utiliser des swaps. Si le fonds de pension choisit de rester à l’écart des produits dérivés, la conséquence est que cette position réduit probablement l’efficacité de l’appariement des engagements.

Toutefois, si le fonds souhaite utiliser des instruments dérivés, le gérant fiduciaire peut être appelé à l’assister dans la gestion du portefeuille d’adossement. L’avantage est que le portefeuille est géré de manière efficace comme le souhaite le fonds de pension. Cependant, le conseil d’administration doit être à l’aise avec une telle structure d’externalisation avec des produits dérivés.

Un point de vue différent

Un tel passage d’actions liquides purement traditionnelles et de titres à revenu fixe à des produits offrant un rendement un peu plus élevé, mais aussi un risque plus élevé ou une illiquidité accrue, exige que le fonds soit ouvert à une approche alternative qui soit conforme à l’appétence au risque du conseil d’administration.

Mesurer l'efficacité du gérant fiduciaire

Pour déterminer si ce changement peut être efficace, des questions doivent être posées. Par exemple, un investissement plus important dans des classes d’actifs plus risquées (telles que les actions ou les produits dérivés) contribue-t-il effectivement à une amélioration du ratio de provisionnement ? Une gestion plus active peut-elle apporter de la valeur supplémentaire au sein des différentes classes d’actifs ? Le fait d’avoir un gérant fiduciaire apporte-t-il des avantages en termes d’échelle et de coûts?

Lorsque vous cherchez des réponses à de telles questions, vous auriez la sagesse de faire appel à un bon gérant fiduciaire.

[ 1] A titre d’illustration uniquement. Royaume-Uni : Croissance des mandats complets et partiels d’un total de 59 en 2008 à 862 en 2018 ; en actifs sous gestion de 12 milliards GBP en 2008 à 142 milliards GBP en 2018 ; fin décembre 2018 données de consultancy.uk

Les investissements dans les fonds sont soumis aux fluctuations des marchés et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial.

BNP Paribas AM

BNP Paribas AM

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques.

Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable.

Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

janvier

Pas d'évènement

X