L’augmentation prochaine du poids des actions A chinoises dans les indices mondiaux MSCI créera une opportunité majeure pour les investisseurs étrangers à long terme. Ce développement intervient sur fond de poursuite des réformes et des mesures visant à ouvrir davantage les marchés financiers de la Chine.

Le fournisseur d’indices mondiaux MSCI a indiqué qu’il quadruplerait en trois temps le facteur d’inclusion des actions A chinoises pour le porter de 5 % actuellement à 20 % d’ici novembre (cf. graphique 1) :

  1. mai 2019 : relèvement du facteur d’inclusion des grandes capitalisations (« large caps ») de 5 % à 10 % ; intégration des grandes valeurs cotées sur le marché ChiNext (où sont cotées les entreprises en forte croissance du secteur technologique) avec un facteur d’inclusion de 10 % ;
  2. août 2019 : augmentation du facteur d’inclusion de l’ensemble des grandes capitalisations à 15 % ;
  3. novembre 2019 : hausse du facteur d’inclusion de toutes les grandes capitalisations à 20 % ; intégration des moyennes capitalisations (« mid caps ») avec un facteur d’inclusion de 20 %.
  4. Au terme de ce processus, la pondération des actions A chinoises dans l’indice MSCI Marchés émergents (MSCI Emerging Markets, MSCI EM) atteindra, en première estimation, 3,3 % en novembre 2019, contre 0,7 % actuellement. L’indice comptera 253 actions A chinoises de grande capitalisation et 168 actions A chinoises de moyenne capitalisation, dont 27 actions ChiNext. Sur le plan sectoriel, la consommation non cyclique, l’industrie et les matériaux de base verront leurs poids respectifs augmenter au sein de l’indice MSCI China, ce qui sera presque entièrement compensé par une réduction des pondérations des technologies de l’information et des services de communication.

Graphique 1 : Trois étapes conduiront à une augmentation du poids des actions A chinoises dans l’indice MSCI Emerging Markets

 Trois étapes conduiront à une augmentation du poids des actions A chinoises dans l’indice MSCI Emerging Markets

Sources : BNP Paribas Asset Management, MSCI, données au 22 janvier 2019.

Une inclusion plus large accélérée par « l’amélioration de l’accès au marché » et « le bon fonctionnement du programme Stock Connect »

Les investisseurs institutionnels internationaux ont salué la décision de MSCI. Le succès de l’intégration initiale de 5 % des actions A chinoises en mai 2018 a accru leur confiance. En outre, les investisseurs ont bien accueilli les engagements des autorités chinoises suivants :

  • faciliter le bon fonctionnement du programme Stock Connect – en mai 2018, les quotas quotidiens ont été quadruplés à 52 milliards de renminbis (8 milliards de dollars américains) pour les transactions northbound et à 42 milliards de renminbis (6 milliards de dollars américains) pour les échanges southbound ;
  • accélérer la réforme du programme destiné aux investisseurs institutionnels étrangers qualifiés (QFII – Qualified Foreign Institutional Investor) et du régime applicable aux investisseurs institutionnels étrangers qualifiés en RMB (RQFII – Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor) – en janvier 2019, le régulateur a doublé le quota total du programme QFII, celui-ci passant de 150 milliards de dollars américains à 300 milliards de dollars américains ;
  • améliorer l’accessibilité du marché – les suspensions de cours ont été inférieures à 20 en décembre 2018, contre plus de 150 en décembre 2017.

Une future augmentation du facteur d’inclusion des actions A au-delà de 20 % dépendra dans une large mesure de la résolution des problèmes résiduels d’accessibilité au marché, tels que l’accès aux instruments de couverture et aux produits dérivés, le cycle de règlement à court terme des actions A chinoises et les jours fériés sur Stock Connect. Le processus menant à une inclusion complète pourrait être très long. En effet, il a fallu à peu près neuf ans à Taïwan et six ans à la Corée pour passer d’une inclusion partielle à une inclusion totale. Dans le cas de ces deux pays, le facteur d’inclusion a été progressivement augmenté jusqu’à 100 %. Étant donné la pression induite par les tensions commerciales sino-américaines et les signaux envoyés par les autorités chinoises en matière de poursuite des réformes et d’ouverture des marchés financiers, nous pensons qu’il est possible que l’inclusion totale des actions chinoises dans les indices MSCI intervienne plus tôt qu’anticipé.

À plus long terme, l’amélioration de l’accès des investisseurs étrangers devrait ouvrir la voie à une poursuite du renforcement du poids des actions A. En cas d’inclusion totale, les actions A (combinées à celles de catégorie H et aux ADR [American Depositary Receipts] chinois déjà intégrés dans l’indice MSCI EM) devraient porter la pondération des valeurs chinoises dans les indices MSCI à environ 40 % (voir graphique 2).

Le processus menant à une inclusion complète pourrait être très long. En effet, il a fallu à peu près neuf ans à Taïwan et six ans à la Corée pour passer d’une inclusion partielle à une inclusion totale. Dans le cas de ces deux pays, le facteur d’inclusion a été progressivement augmenté jusqu’à 100 %. Étant donné la pression induite par les tensions commerciales sino-américaines et les signaux envoyés par les autorités chinoises en matière de poursuite des réformes et d’ouverture des marchés financiers, nous pensons qu’il est possible que l’inclusion totale des actions chinoises dans les indices MSCI intervienne plus tôt qu’anticipé.

Graphique 2 : Poids des actions chinoises dans les indices MSCI selon le facteur d’inclusion (FI)

ex1

Sources : MSCI, BNP Paribas Asset Management, données au estimations au 01/03/2019

Graphique 3 : Processus d’ouverture en cours du marché des actions A chinoises

Processus d’ouverture en cours du marché des actions A chinoises

Sources : UBS, Wind, Banque populaire de Chine, SAFE, CSRC, données au 1er mars 2019

Investisseurs étrangers : un rôle désormais important sur le marché des actions A chinoises

Selon nous, l’augmentation du facteur d’inclusion peut accroître la présence des investisseurs étrangers sur le marché des actions chinoises domestique ou « onshore ». Selon les données de la banque centrale chinoise (PBoC pour People’s Bank of China), les investisseurs étrangers détenaient 1 150 milliards de renminbis (171 milliards de dollars américains) d’actions A en décembre 2018. Ils représentaient 6,7 % de la capitalisation flottante du marché « onshore », ce qui correspond à un quasi-triplement de leur présence depuis novembre 2015 quand elle s’établissait à 2,3 % (cf. graphique 4). Les flux récents vers les actions A ont été significatifs, atteignant un niveau record de 121 milliards de renminbis (18 milliards de dollars américains) via le canal Northbound Stock Connect sur les seuls deux premiers mois de 2019, après des montants de 294 milliards de renminbis en 2018 et de 199 milliards de renminbis en 2017.

Graphique 4 : Les investisseurs étrangers dans leur ensemble sont aujourd’hui les principaux acteurs institutionnels sur le marché des actions A chinoises

Actions chinois

Sources : Wind, Banque populaire de Chine, HSBC, données au 1er mars 2019

D’autres catalyseurs ont contribué à cet accroissement de la participation étrangère, notamment : 1) le doublement du quota total du programme QFII à 300 milliards de dollars américains ; 2) la combinaison prochaine du programme QFII et du régime RQFII avec son quota libellé en renminbis ; 3) l’élargissement du périmètre d’investissement aux instruments dérivés, aux rachats d’obligations et aux fonds privés ; et 4) la décision du fournisseur d’indices mondiaux FTSE Russell d’inclure 5 % de la capitalisation boursière flottante des actions A dans ses indices des marchés émergents à compter de juin 2019.

Une participation étrangère accrue devrait favoriser l’institutionnalisation croissante du marché, ce qui serait souhaitable selon nous, sachant que le marché des actions A est aujourd’hui principalement dominé par les particuliers. Ces derniers ont représenté 35 % de la capitalisation flottante totale en 2018 et 82 % du volume quotidien de transactions en 2017.

Quel positionnement pour les investisseurs internationaux ?

De manière générale, notre équipe de gestion « Greater China Equities », dirigée par Caroline Yu Maurer, gérante principale, privilégie les leaders chinois compétitifs qui présentent un caractère unique. Les flux northbound à l’échelle des titres individuels donnent à penser que ce sont principalement les actions à grande capitalisation et plus liquides qui attirent les investisseurs internationaux. Notre équipe favorisera en particulier les sociétés qui offrent une croissance des bénéfices durable et de grande qualité sur le long terme à un prix attractif, grâce aux thématiques suivantes :

  1. Technologie et innovation : la Chine a entamé sa transition d’un secteur manufacturier à bas coûts et à forte intensité de main d’œuvre vers une production manufacturière de milieu et haut de gamme. Nous anticipons une émergence rapide d’entreprises compétitives dans les domaines des automatismes industriels, des technologies de l’information et des biens d’équipement, ainsi que dans les nouveaux secteurs industriels et la consommation.
  2. Montée en gamme de la consommation : nous identifions de solides perspectives de croissance pour les entreprises leaders des secteurs de la santé, de l’éducation et du tourisme. Un certain nombre de ces champions domestiques bénéficient de la hausse du revenu et du faible endettement des ménages, ainsi que de la plus grande diversification des profils de consommateurs.
  3. Consolidation sectorielle : les entreprises à l’origine de la consolidation de secteurs parvenus à maturité ou en situation de surcapacité apparaissent comme de puissants leaders, aussi bien sur le marché intérieur qu’à l’étranger. Selon nous, la dernière annonce de MSCI signifie bien plus qu’une poursuite de l’intégration de la Chine dans ses indices – cette plus large inclusion est un signe de reconnaissance internationale des efforts engagés par le pays pour libéraliser ses marchés. Cela devrait soutenir l’ambition du Président Xi Jinping de faire du renminbi une devise internationale. Le gouvernement a récemment indiqué que les marchés financiers faisaient partie intégrante de la compétitivité centrale de la Chine. Il entend poursuivre les réformes structurelles du côté de l’offre dans le secteur financier et renforcer la capacité de ce dernier à servir l’économie réelle.
  4. L’augmentation du poids des actions A chinoises dans les indices mondiaux MSCI devrait contribuer à renforcer l’intérêt des investisseurs internationaux pour ce marché et faire affluer davantage de capitaux vers la Chine. Nous estimons que l’inclusion des actions A dans les indices MSCI pourrait attirer 400 milliards de dollars américains de flux entrants au cours des cinq à dix prochaines années.

BNP Paribas AM

BNP Paribas AM

BNP Paribas Asset Management est le métier gestion d'actifs de BNP Paribas, une des institutions financières les plus importantes au monde. Fort d'un encours sous gestion et conseillé de 557 milliards d'euros au 30 septembre 2018, BNP Paribas Asset Management offre une gamme complète de solutions d'investissement actif, passif et quantitatif, dans un large spectre de classes d'actifs et de zones géographiques.

Avec plus de 700 professionnels de l'investissement et près de 600 collaborateurs dédiés à la relation clients, BNP Paribas Asset Management s'adresse aux particuliers, aux entreprises et aux institutions dans 70 pays. Depuis 2002, BNP Paribas Asset Management est un acteur majeur de l'investissement durable et responsable.

Pour plus d'information, rendez-vous sur bnpparibas-am.com

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X