Découvrez le nouvel Édito de Francis Jaisson.

Les marchés actions sont restés insensibles aux premiers signaux faibles qui sont apparus (Rallye et Baoshang)  et retrouvent leurs plus hauts niveaux depuis 10 ans. Les marchés de taux d’intérêt émettent pourtant un certain nombre de messages de prudence, de nature à tempérer toutes postures agressives sur les marchés d’actifs risqués. En effet, les taux souverains négatifs, pour des maturités allant jusqu’à plus d’une décennie (le taux allemand à 20 ans est négatif), nous envoient un double signal :

Le premier est celui d’un environnement sans croissance et sans inflation.
Le second marque l’échec des banques centrales qui renoncent à normaliser leurs politiques monétaires extraordinaires.

Ce contexte de taux extrêmement bas fait naître divers comportements dangereux dont les effets pourraient se synchroniser à la première alerte. En effet, la baisse continue des taux d’intérêt a certes fait s’effondrer la charge d’intérêt mais elle a aussi encouragé les acteurs publics et privés à gonfler de dettes leur bilan. Or, la période de déflation dans laquelle nous sommes rentrés pourrait alourdir fortement le coût réel de cette dette dont les durées ont été sensiblement rallongées à la faveur de la baisse des courbes de taux.

Pourtant, les marchés montent, insensibles aux pics de tensions géopolitiques et sur fond de poursuite de la remise en cause du multilatéralisme qui imposera pourtant les entreprises à repenser leurs organisations et leurs stratégies. L’accord entre l’Union européenne et le Mercosur qui regroupe le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, est d’ailleurs un nouveau marqueur de ces  relations choisies et négociées entre Etats, en rupture avec les décisions supranationales de type OMC.

La gestion de l’épargne s’inscrit donc dans un environnement de rupture qui distord l’allocation des capitaux et le comportement des investisseurs. Plus que jamais, la vigilance s’impose afin de ne pas se laisser abuser par des actifs dont l’insolvabilité est masquée par un marché de la dette devenu inopérant.

Covea Finance

Covea Finance

Covéa Finance est la société de gestion de portefeuille de Covéa, groupe réunissant les marques MAAF, MMA et GMF.

À fin décembre 2017, Covéa Finance gère plus de 97,9 milliards d’euros d’actifs et offre une gamme de 42 OPC.

Notre gamme de fonds est construite autour de trois principes forts :
- Rechercher la performance absolue dans la durée
- Créer de la valeur ajoutée à tous les niveaux de la société
- Garder en ligne de mire les fondamentaux qui donnent sens à l’économie à travers une recherche économique indépendante

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour