Les bourses mondiales ont vécu leur pire journée et période de l’histoire récente entraînant une véritable psychose mondiale.

Les bourses mondiales ont vécu leur pire journée et période de l’histoire récente entraînant une véritable psychose mondiale.

Tiraillés entre la mise en quarantaine totale des économies et l’essor d’une épidémie hors de contrôle, les investisseurs vendent à tout prix tous les actifs en leur possession. Les décisions de confinement provoquent un coup de frein de l’activité, un assèchement du crédit et une rupture brutale dans la chaîne de production. La consommation souffre évidemment. La récession globale (tant redoutée en 2019) se profile donc pour le premier trimestre voire le premier semestre 2020. Simultanément, l’Arabie Saoudite, dans un geste inopiné mais salutaire pour les économies importatrices de matières énergétiques, ont fait chuter de plus de 25% les cours du baril en décidant d’augmenter leur production jusqu’à 12 millions de barils jour. Ce contrechoc pétrolier aidera les économies en difficulté en leur apportant une bouffée d’oxygène sur leurs coûts de production. Dans leur rôle de sismographes, les marchés anticipent actuellement donc l’impact du coronavirus sur l’économie réelle qui reste devant nous. Ce sera un impact macro-économique et micro-économique. Il est à ce stade trop tôt pour avoir une prévision fiable de la baisse des bénéfices par actions désormais anticipée sur l’exercice en cours.

Les banques centrales sont, elles aussi, venues à la rescousse en proposant un « pare-choc » monétaire. Par divers outils (baisses des taux pour la Fed et la BOE et mesures de soutien du crédit et facilitation de la fourniture de liquidités pour la BCE), les grands argentiers ont décidé de mettre le malade économique sous assistance respiratoire. Les gouvernements (Italie, Grande-Bretagne, France) ont annoncé qu’ils relanceraient leur économie et soutiendraient les secteurs en proie aux difficultés (retail, PME, secteurs du tourisme…). Pour l’instant, chaque pays se drape dans des mesures d’hyper précaution sanitaire. C’est compréhensible bien que la population mondiale infectée et la léthalité, s’avèrent très faibles par rapport à d’autres virus, maladies ou impacts de la vie moderne sur les êtres humains (pollution, accidents de la route).

Sans verser dans l’optimisme, il faut garder à l’esprit que la fin du monde n’est peut-être pas pour tout de suite. La connaissance assez faible de la propagation et des mutations du virus renforce la panique mais souvenons-nous que l’humanité vit avec la grippe depuis plus d’un siècle sans véritable défense immunitaire ou vaccin totalement fiables. L’économie mondiale va repartir dès que le nombre de cas d’infections et de décès ralentira. Il ne faut cependant pas négliger les dommages et nouveaux comportements sociétaux à terme que cette crise sanitaire mondiale est susceptible d’engendrer.

Texte achevé de rédiger le 13 mars 2020 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA est une société de gestion française créée en 2000 par des spécialistes d’une approche patrimoniale de la gestion pour le compte d’investisseurs privés et institutionnels.

L’équipe de gestion (37 gérants) emmenée par Jean-Charles Mériaux est reconnue pour la qualité de son "stock-picking"​ et organisée autour de cinq pôles d’excellence : les actions européennes ("long only"​ et "absolute return"​), la gestion diversifiée, les obligations convertibles, les obligations de la zone euro et les investissements socialement responsable. La qualité de sa gestion est régulièrement récompensée par la presse spécialisée.

La gamme de 31 fonds OPCVM est distribuée en France, Italie, Belgique, Luxembourg, Hollande, Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne et UK.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

avril

Pas d'évènement

mai

Pas d'évènement

juin

Pas d'évènement

X