Les votes au Parlement britannique se succèdent et se ressemblent. Aucune solution de sortie ne se dégage et le risque de "hard Brexit" continue de planer comme le fantôme de Cromwell, ce grand homme politique controversé en Grande-Bretagne.

Les votes au Parlement britannique se succèdent et se ressemblent. Aucune solution de sortie ne se dégage et le risque de “hard Brexit” continue de planer comme le fantôme de Cromwell, ce grand homme politique controversé en Grande-Bretagne. D’ailleurs, il est intéressant de noter que, comme Theresa May, ce dernier fit face à une fronde du Parlement qu’il musela. C’est lui qui asservit l’Irlande aussi qui, dans le jeu électoral, ressurgit puisque les parlementaires nord-irlandais du Democratic Unionist Party (DUP) font la pluie et le beau temps dans la constitution de la majorité. Finalement la première démocratie moderne, quoiqu’encore monarchique, est confrontée aux mêmes problématiques qu’il y a cinq siècles. Les leçons de l’histoire ne sont donc jamais retenues.

Sur les marchés on assiste à deux mouvements contradictoires. D’une part, l’optimisme domine malgré de nombreux “profit warning” dans des sociétés globales (Infineon, Osram, DowDupont…) et l’inversion de la courbe des taux américains qui est, pour certains, l’annonce imminente d’une récession. D’autre part, les positions qui jouent la stagnation et la déflation séculaires sont à des niveaux historiquement élevées. Mario Draghi a aussi marqué cette semaine en s’inquiétant de l’impact du taux négatif de placement des liquidités des banques à la BCE (-0,4%) qui coûtent de l’ordre de 8 milliards d’euros par an au système bancaire européen. Si on modifiait cette mesure en faveur des banques, le signal serait immédiat et positif pour un secteur sous-valorisé et sous-détenu dans les portefeuilles. Les flux sortent toujours des actions européennes (4,8 milliards de dollars). Il est possible qu’avant l’épilogue du Brexit certains investisseurs souhaitent prendre leurs bénéfices.

Le printemps approche et les vieux adages boursiers ressortent des placards (vendre avant l’été et racheter après). Pour autant, les données macro-économiques n’envoient toujours pas de signaux de récession mondiale.

Texte achevé de rédiger le 29 mars 2019 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA est une société de gestion française créée en 2000 par des spécialistes d’une approche patrimoniale de la gestion pour le compte d’investisseurs privés et institutionnels.

L’équipe de gestion (37 gérants) emmenée par Jean-Charles Mériaux est reconnue pour la qualité de son "stock-picking"​ et organisée autour de cinq pôles d’excellence : les actions européennes ("long only"​ et "absolute return"​), la gestion diversifiée, les obligations convertibles, les obligations de la zone euro et les investissements socialement responsable. La qualité de sa gestion est régulièrement récompensée par la presse spécialisée.

La gamme de 31 fonds OPCVM est distribuée en France, Italie, Belgique, Luxembourg, Hollande, Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne et UK.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X