Prenant à contre-pied tous les Cassandre, le début d’année constitue l’un des meilleurs des dernières années. Malgré un ralentissement économique marqué sur le premier trimestre 2019, l’achat d’actifs risqués a été plus que payant.

Prenant à contre-pied tous les Cassandre, le début d’année constitue l’un des meilleurs des dernières années. Malgré un ralentissement économique marqué sur le premier trimestre 2019, l’achat d’actifs risqués a été plus que payant. Les publications annuelles et les premières publications trimestrielles ne contiennent pas d’éléments laissant croire à une violente récession mondiale. Ainsi, tous les indices actions approchent ou tutoient la barre des 20% de performance que ce soit aux États-Unis ou en Europe. Il paraît donc raisonnable d’inciter les clients qui auront réalisé ces performances de prendre un peu de profit pour passer un été tranquille d’autant que le pétrole a eu un accès de fièvre avec le regain d’animosité des États-Unis vis-à-vis de l’Iran. En effet en avril, « il ne fallait pas se découvrir d’un fil » comme le veut le dicton populaire en France. Il fallait rester investi en actions et surtout attendre ce rebond des stratégies « value » qui restent malgré tout encore à la traîne du mouvement de hausse indicielle généralisée. Les grands investisseurs internationaux se détournent toujours des actions européennes (56ème semaine de flux sortants sur les 58 dernières).

On note aussi dans les statistiques surprenantes la poursuite du mouvement de rachat d’actions aux États-Unis (270 milliards de dollars soit +22% par rapport au même trimestre de l’année dernière). Les entreprises profitent donc toujours des conditions monétaires accommodantes et de la puissance de leur bilan pour racheter leurs titres. L’euphorie boursière gagne aussi les introductions en bourse (Pinterest récemment…). Les marchés actions peuvent donc marquer logiquement une pause. D’ailleurs, les anglo-saxons aiment bien « Sell in May and go away ». Pourtant, il existe encore des secteurs et entreprises dont les cours de bourse ne sont pas revenus au niveau d’avant le dernier trimestre 2018. C’est dans ces catégories qu’il faut sûrement continuer d’investir tout au long de 2019 notamment en amont de la saison de distribution des dividendes qui va débuter.

Alors en mai, il n’est pas obligatoire de respecter l’adage anglo-saxon mais peut-être de suivre le proverbe français : « En mai fais ce qu’il te plait ».

Texte achevé de rédiger le 26 avril 2019 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA est une société de gestion française créée en 2000 par des spécialistes d’une approche patrimoniale de la gestion pour le compte d’investisseurs privés et institutionnels.

L’équipe de gestion (37 gérants) emmenée par Jean-Charles Mériaux est reconnue pour la qualité de son "stock-picking"​ et organisée autour de cinq pôles d’excellence : les actions européennes ("long only"​ et "absolute return"​), la gestion diversifiée, les obligations convertibles, les obligations de la zone euro et les investissements socialement responsable. La qualité de sa gestion est régulièrement récompensée par la presse spécialisée.

La gamme de 31 fonds OPCVM est distribuée en France, Italie, Belgique, Luxembourg, Hollande, Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne et UK.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour