Huit ans de ministère ont permis à l'inexpugnable Shinzo Abe d'insuffler une stabilité et une persistance politiques peut-être plus déterminantes encore pour le Japon que le programme économique qu'il a personnifié. À l'issue de son mandat, les "trois flèches" des Abenomics (expansion monétaire, soutien budgétaire et fiscal, réformes structurelles) n'ont finalement pas livré tous les effets escomptés par l’ex-premier ministre.

Le risque déflationniste, un enjeu de croissance en cela qu’il influence négativement les décisions de l’ensemble des acteurs économiques, demeure présent malgré les efforts répétés de la Banque du Japon. Son gouverneur, Haruhiko Kurodaparticipait cette semaine à la conférence de Jackson Hole qui réunit chaque année depuis 1978 à Kansas City de nombreux argentiers centraux. Jérome Powell y a confirmé la nécessité pour la Fed de faire évoluer son mandat, en autorisant un niveau d’inflation supérieur à 2%, tout en ayant recours autant que nécessaire à des taux directeurs proches de 0%. La nette repentification de la courbe des taux à l’œuvre depuis un mois illustre l’assimilation de cette nouvelle politique par le marché. Ce mouvement de hausse localisé sur les parties les plus lointaines de l’échéancier obligataire n’a pas entamé l’attrait pour les actifs risqués : le S&P500 enregistrait ainsi à l’issue de la réunion un nouveau record historique. Étonnamment, le VIX qui mesure la volatilité anticipée de l’indice progressait de façon significative. La hausse de concert des actions et de leur volatilité implicite est un phénomène paradoxal.

L’intégration d’évènements exceptionnels binaires (comme les élections américaines, une décision monétaire importante ou l’approbation d’un vaccin…) dans les modèles de valorisation des options peut apporter une clef de lecture technique. La finance comportementale de son côté aborde ces épisodes d’optimisme nerveux comme des phases d’achats frénétiques de nature à précéder la formation de bulles…

Texte achevé de rédiger le 28 août 2020 par Thomas Planell, Gérant – analyste.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA est une société de gestion française créée en 2000 par des spécialistes d’une approche patrimoniale de la gestion pour le compte d’investisseurs privés et institutionnels.

L’équipe de gestion (37 gérants) emmenée par Jean-Charles Mériaux est reconnue pour la qualité de son "stock-picking"​ et organisée autour de cinq pôles d’excellence : les actions européennes ("long only"​ et "absolute return"​), la gestion diversifiée, les obligations convertibles, les obligations de la zone euro et les investissements socialement responsable. La qualité de sa gestion est régulièrement récompensée par la presse spécialisée.

La gamme de 31 fonds OPCVM est distribuée en France, Italie, Belgique, Luxembourg, Hollande, Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne et UK.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X