Les dernières péripéties autour du Brexit font étrangement penser au blocus maritime organisé par Napoléon lors du décret de Berlin le 21 novembre 1806.

Les dernières péripéties autour du Brexit font étrangement penser au blocus maritime organisé par Napoléon lors du décret de Berlin le 21 novembre 1806. Le Président français, Emmanuel Macron, a d’ailleurs brièvement revêtu le costume de l’empereur français en laissant planer le doute, par une fuite dans la presse lors de la journée de jeudi, sur un potentiel refus du report de la date du 29 mars, ce qui jetterait manu militari les Britanniques hors du continent européen. Finalement, les européens ont imaginé un système qui laisse encore au Royaume-Uni jusqu’au 12 avril pour se décider et endosser la responsabilité d’un « no deal ». Bref, encore quelques semaines à patienter et l’épilogue de cette négociation qui dure depuis trois ans sera connu. Cela entraînera nécessairement encore de la volatilité sur les marchés qui ont été moins favorables ces derniers jours.

Les mouvements erratiques récents sur les taux longs peuvent expliquer aussi une certaine nervosité. Cependant, les opérations de M&A ont repris de plus belle (Worldpay, Inmarsat…). Les indicateurs montrent que le rythme de croissance au niveau mondial repart notamment en zone euro et dans le monde émergent.

Les Etats-Unis, encore perturbés par le climat au premier trimestre, devraient aussi continuer de bénéficier d’une croissance solide. Même si les bénéfices ont été révisés en baisse des deux côtés de l’Atlantique (croissance des bénéfices attendue en 2019 à +4% pour le  S&P 500 et à + 7,6% pour le Stoxx600), les marchés actions continuent d’offrir la meilleure exposition à la croissance globale, aux innovations technologiques et à la thématique de rendement, notamment en Europe où les indices actions versent entre 3 et 4 % de rendement.

Alors que les investisseurs se sont rués sur les solutions défensives et protectrices depuis de longs mois, les marchés actions démontrent en ce début d’année une fois de plus que ce sont lors des crises et des chutes violentes d’indices qu’il faut reprendre goût au risque et à l’action… Un peu comme Napoléon, qui dix ans après le chaos de la Révolution française de 1789, saisit sa chance et reconstruisit un des plus grands empires européens depuis Charlemagne.

Texte achevé de rédiger le 22 mars 2019 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA Finance

DNCA est une société de gestion française créée en 2000 par des spécialistes d’une approche patrimoniale de la gestion pour le compte d’investisseurs privés et institutionnels.

L’équipe de gestion (37 gérants) emmenée par Jean-Charles Mériaux est reconnue pour la qualité de son "stock-picking"​ et organisée autour de cinq pôles d’excellence : les actions européennes ("long only"​ et "absolute return"​), la gestion diversifiée, les obligations convertibles, les obligations de la zone euro et les investissements socialement responsable. La qualité de sa gestion est régulièrement récompensée par la presse spécialisée.

La gamme de 31 fonds OPCVM est distribuée en France, Italie, Belgique, Luxembourg, Hollande, Allemagne, Autriche, Suisse, Espagne et UK.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X