"Adapting economic knowledge to market realities and breaking free from the tyranny of indices". François-Xavier Chauchat. Member of the Investment Committee. Macroeconomic framework and asset allocation.
Le débat fait rage à propos des conséquences pour les marchés de la forte baisse récente des taux d’intérêt à long terme.

La vision pessimiste est que l’écroulement des taux d’intérêt reflète un niveau d’angoisse économique incompatible avec la hausse des cours des actions. Un autre risque est que les rendements obligataires ont baissé trop vite et trop fort, et qu’une correction déstabilisante pourrait bientôt intervenir, comme en mai 2013 ou en mai 2015. Les optimistes, quant à eux, argueront que la valorisation des actions ne s’est pas encore adaptée à la réalité des taux très bas, comme le suggère le niveau élevé de la prime de risque des actions. Contrairement à une légende urbaine, la baisse des taux n’a en effet pas entrainé de hausse générale des PER. Elle semble cependant avoir contribué à un marché des actions à deux vitesses, poussant les investisseurs vers les valeurs défensives et de croissance, au détriment des secteurs « value » et cycliques.

Comme toujours, l’évolution des marchés financiers dépendra d’abord de l’équilibre entre les nouvelles économiques et la politique monétaire. Alors que le climat dans l’industrie mondiale s’est encore assombri en juin, que les tensions commerciales se poursuivent et que l’économie américaine montre quelques signes de faiblesse, les arguments en faveur d’une poursuite du ralentissement semblent pour l’instant l’emporter. En d’autres temps, les banquiers centraux étaient plutôt satisfaits de voir l’économie ralentir à ce stade avancé du cycle, car ils craignaient d’abord la surchauffe. Leur attitude contribuait d’ailleurs souvent à précipiter la fin du cycle. Mais aujourd’hui, et c’est inédit, tout ralentissement un peu durable de la croissance est perçu par les banques centrales comme une menace majeure, car l’inflation reste trop faible par rapport à leur objectif. La BCE a donc annoncé un nouveau cycle d’assouplissement, et la « Federal Reserve » s’apprête à baisser ses taux d’intérêt. Certains observateurs estiment que cette politique risque de créer des bulles, mais les banques centrales sont d’un autre avis : prolonger ce cycle reste leur objectif principal pour éviter la déflation. Leur stratégie, c’est l’atterrissage en douceur.

Le retour d’une BCE combative intervient à un moment où le vent tourne en faveur des politiques de soutien à la croissance et d’une dose supplémentaire de fédéralisme en Europe, comme le montre la nomination de Christine Lagarde à la BCE et d’Ursula Von Der Leyen à la Commission européenne. Une politique budgétaire plus souple et l’émission «d’obligations de projets» (par exemple pour financer l’économie verte) sont à prévoir pour 2020. Même les  allemands commencent à penser qu’investir quand les taux d’intérêt sont négatifs n’est peut-être pas une si mauvaise idée. Comme toujours avec l’Europe, il faut éviter de s’enflammer, mais presque tout ce qui se passe en ce moment prend le contre-pied de la vision des Cassandre de l’euro.

Les investisseurs doivent-ils dès maintenant anticiper le succès des politiques de stabilisation économique, en revenant progressivement sur les valeurs cycliques et en réduisant le biais en faveur des valeurs défensives et de croissance ? C’est tentant, surtout après déjà 18 mois de ralentissement industriel. Cependant, les incertitudes cycliques et politiques restent fortes, et une vague d’avertissements sur les résultats dans l’industrie mondiale est en cours. Dans nos portefeuilles flexibles internationaux, nous avons une pondération en actions proche de la normale, sans biais important en faveur de la « croissance » ou de la « value ». Nous réduisons la duration de la poche obligataire européenne mais restons bien investis en obligations italiennes.

Dorval Finance

Dorval Finance

Dorval Asset Management est une société de gestion reconnue dans les domaines des stratégies flexibles et des actions européennes pour performer sur le long terme.
Agréée par l'AMF depuis 1993, le capital est détenu à hauteur de 50.1% par Natixis Asset Management et 49.9 % par ses collaborateurs.
Dorval Asset Management pratique une gestion de conviction à vocation patrimoniale, caractérisée par une gestion active, éloignée des indices.
Dorval Asset Management a la conviction que dans le monde financier actuel, une approche flexible est nécessaire pour apporter une gestion de qualité à ses clients.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

juillet

02jui8 h 30 min19 h 30 minLes Assises de l'immobilierIntercontinental Paris L'organisateur: AGEFI Actifs

02jui18 h 00 min20 h 00 minHuitième édition des Prix Quantitatifs de la Pierre-papierHôtel InterContinental L'organisateur: Pierre-papier

04juiToute la journéeLes rencontres YCAP - PARISThe Big ShortYcap partners L'organisateur: YCAP partners

09jui(jui 9)8 h 30 min10(jui 10)16 h 00 minParis EuroPlacePavillon Gabriel L'organisateur: Paris EuroPlace

aout

29aou14 h 00 min20 h 00 minUniversité d'été de l'Asset Management 2019Université Paris-Dauphine L'organisateur: Sanso IS

septembre

26sepToute la journéeGrands Prix du Gouvernement d'Entreprise 2019Cercle de l'Union Interalliée

26sep(sep 26)8 h 30 min27(sep 27)19 h 00 minPatrimonia 2019Centre de Congrès de Lyon L'organisateur: Infopro Digital

X