Par Karamo KABA, Directeur des études économiques – 7 janvier 2019

Après plusieurs séances de capitulation, les indices des marchés ont mieux débuté l’année qu’ils ne l’avaient terminé. Est-ce le bond des créations d’emplois (+312 000 en décembre contre +180 000 attendus par le consensus) ou les propos rassurants de la Réserve fédérale (Fed) ? Toujours est-il qu’en dépit des nombreux signaux de ralentissement économique en Chine et aux Etats-Unis, l’aversion pour le risque a reflué de plusieurs crans (-6,95 points de pourcentage pour le VIX, à 21,4%), ce qui a permis aux indices boursiers d’enregistrer des gains solides lors de cette première semaine de l’année. Ainsi, le Nasdaq, riche en valeurs technologiques, s’est envolé de 2,3% en dépit de l’avertissement du géant Apple sur son chiffre d’affaires, premier en 20 ans.

D’autres éléments ont également participé à la hausse de la prise de risque.

Les investisseurs ont semblé accueillir très favorablement les nombreux signaux allant dans le sens d’un règlement du différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine, notamment lorsque le Président Trump a déclaré au cours d’une conférence de presse à la Maison-Blanche son optimisme de « conclure un accord avec la Chine». On a ainsi vu des signaux d’apaisement venus de Chine, notamment avec la hausse des importations de soja et de riz en provenance des Etats-Unis. Dans la même lignée, les Américains n’ont pas relevé à 25% le montant des droits de douane sur les 200 milliards de dollars d’importations chinoises déjà taxés à hauteur de 10%. Ce vent d’optimisme a permis de reléguer au second plan le plongeon de l’indice ISM du secteur manufacturier (-5,2 en décembre, soit la chute la plus importante depuis octobre 2008).

La hausse des marchés a aussi été facilitée par le ton « dovish* » de banquiers centraux, surtout après le recul des cinq indicateurs du secteur manufacturier des Fed régionales, ce qui est inédit depuis mai 2016. Le ralentissement de l’activité qui se profile est déjà perceptible dans le secteur de la construction. Cependant, cela n’a pas empêché l’économie américaine de créer 312 000 postes supplémentaires en décembre, un chiffre très au-dessus des 180 000 attendus par le consensus des économistes. Cette vigueur des embauches a éloigné le scénario d’une récession, d’autant que les créations de postes des deux mois précédents ont été rehaussées de 58 000 unités. Malgré ces excellents chiffres, le taux de chômage est passé de 3,7% à 3,9% du fait de la hausse du taux de participation.

L’autre bonne nouvelle dans ce Rapport de l’emploi est venue du côté des salaires qui ont progressé de 0,4% en décembre – la plus forte hausse en plus d’un an.

Cette accélération des salaires (+3,15% sur une année en décembre) est compensée au niveau de l’inflation par la faiblesse des cours du pétrole (WTI à 48 dollars). D’où un recul du rendement des taux longs. Ainsi, aux Etats-Unis, le taux à 10 ans est ressorti en recul de 5,1 points de base pour finir la semaine à 2,66%. A contrario, les taux italiens ont évolué à contresens (+15,8 points de base, à 2,9%) après l’intervention de la Banque centrale européenne pour sauver la Banca Carige.

Du coup, l’euro a cédé du terrain contre le dollar et est revenu en deçà du seuil de 1,14 dollar. La monnaie unique a aussi été pénalisée par la contraction de l’indice PMI du secteur manufacturier chinois en décembre, pour la première fois depuis mai 2017, pénalisé par la chute des commandes.

Ecofi Investissements

Ecofi Investissements

Ecofi Investissements est la filiale du Crédit Coopératif, membre du Groupe BPCE.

Acteur reconnu et maintes fois récompensé pour notre expertise et nos savoir-faire - actions, crédit, diversifié et monétaire - nous affirmons notre engagement dans la gestion éthique et solidaire, ADN d’Ecofi Investissements et de notre actionnaire, le Crédit Coopératif. Et nous allons plus loin en intégrant la responsabilité au cœur de notre métier : aujourd’hui 100% de notre gamme de fonds ouverts est ISR*.

Être responsable, c’est choisir les bons actifs pour pérenniser la performance et préserver les intérêts des générations futures.

ACTIFS POUR LE FUTUR, ce sont des placements et des convictions pour accompagner nos clients dès aujourd’hui.

Retrouvez-nous sur nos réseaux !

* Hors mandats, fonds dédiés, fonds à gestion déléguée, fonds indexés, FPS et un fonds PME.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X