Diversifier ses investissements est un vrai enjeu et il n’existe actuellement que peu d’opportunités. Il faut aller chercher du risque afin de bénéficier de rendements plus attractifs que ceux offerts par les marchés développés.
Diversifier ses investissements est un vrai enjeu et il n’existe actuellement que peu d’opportunités. Il faut aller chercher du risque afin de bénéficier de rendements plus attractifs que ceux offerts par les marchés développés.

Dans le cas des marchés émergents, il existe actuellement de bons fondamentaux et une potentielle surprise à la hausse, appuyée par des valorisations devenues plus attractives. Nos anticipations sur ce marché sont positives : la croissance est robuste et le niveau d’endettement continue d’être stable autour de 50%.

Le marché des obligations souveraines émergentes a connu un accroissement notable grâce notamment à l’amélioration des notations de plusieurs économies de la zone. L’augmentation de l’intérêt et de la confiance des investisseurs internationaux vis-à-vis de ce marché a contribué à transformer cette catégorie de niche en une classe d’actifs à part entière. Ce marché offre des opportunités de diversification aux investissements obligataires traditionnels et ouvre de nouvelles perspectives aux investisseurs ne détenant que des obligations souveraines de pays développés. En dépit d’une année 2018 difficile, nous sommes confiants sur le potentiel de la classe d’actifs pour 2019. Il est aussi à noter que la dette émergente en devise dure n’a jamais connu deux années consécutives de performances négatives depuis 1991.

Quelles sont vos convictions ?

La principale position que nous détenons est la Turquie. Les facteurs macro-économiques y sont favorables, notamment l’inflation qui devrait baisser en 2019 et un système bancaire robuste. L’économie turque est bien diversifiée, avec un ratio dette/PIB qui reste faible et des dépenses budgétaires relativement bien maîtrisées.

Notre seconde plus importante conviction se situe au sein de la région sud-américaine, avec l’Argentine. Le gouvernement local étant extrêmement « market friendly » et soutenu par le FMI, le pays est un fort contributeur au PIB de la région, c’est pourquoi notre exposition locale est actuellement de 10%.

Enfin, l’Ukraine est également une conviction forte. Le pays dispose d’un important soutien de l’Occident ainsi que de celui du FMI. Les réformes initiées dans ce cadre contribuent au redressement progressif de cette économie.

Edmond de Rothschild

Edmond de Rothschild

Le groupe Edmond de Rothschild est indépendant, à capital familial, spécialisé dans la Banque Privée et l’Asset Management. Il est également présent dans les métiers de Corporate Finance, de Private Equity et d’Administration de Fonds.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X