Selon Jonathan Curtis, de Franklin Equity Group, la transformation numérique avait déjà été amorcée avant la pandémie de COVID-19, mais la crise économique engendrée par cette dernière a donné un coup d’accélérateur à la tendance. Il nous détaille les domaines du secteur technologique dans lesquels son équipe recherche des opportunités potentielles, au cours de la période actuelle et au-delà.

Alors que la communauté mondiale peine à se remettre de l’incertitude entourant la nouvelle réalité imposée par la pandémie de COVID-19, nous interprétons le redressement économique timide qui semble se concrétiser dans de nombreuses régions du monde comme un signe encourageant. Divers obstacles structurels continuent toutefois de s’opposer à une forte croissance du produit intérieur brut dans l’économie mondiale, notamment l’impact grave mais potentiellement de courte durée de la COVID-19 à court terme, ainsi que des freins à plus long terme comme l’endettement important des grandes économies, une démographie défavorable dans les marchés développés, un manque de volonté politique pour des réformes structurelles sérieuses et un risque géopolitique et commercial considérable, pour n’en nommer que quelques-uns.

Dans un tel environnement, nous pensons que les investisseurs privilégieront les entreprises capables d’accroître leurs revenus et leurs bénéfices, indépendamment de la croissance du PIB, en tenant compte des changements séculaires dans la manière dont nous interagissons avec nos amis et notre famille, recherchons et achetons des biens et des services, soignons nos maladies et utilisons notre temps libre. Globalement, nous cherchons à anticiper tactiquement la convergence désormais à l’œuvre entre le secteur technologique et d’autres secteurs qui s’en rapprochent de plus en plus.

Tant dans notre quête de nouvelles idées que dans le cadre de l’évaluation de notre stratégie actuelle, nous continuons de nous attacher à identifier les entreprises présentant selon nous la plus haute qualité (marges et/ou rentabilité unitaire confortables, bilan solide et dirigeants agiles), dotées des meilleures perspectives de croissance à long terme et qui se négocient à des valorisations attrayantes. Nous faisons par ailleurs en sorte d’éviter les entreprises (1) fortement exposées aux secteurs les plus affectés ; (2) affichant des bilans plus fragiles ; et (3) une trésorerie disponible plus problématique dans l’environnement d’affaires actuel.

Notre équipe demeure axée sur le grand thème de la transformation numérique et sur les sous-thèmes connexes que sont le cloud computing, le nouveau commerce, la fintech et les paiements numériques, l’analyse de données, les dispositifs de pointe et l’Internet des objets, l’intelligence artificielle et le machine learning, la sécurité des technologies de l’information, la collaboration et le workflow, et les réseaux de communication 5G. Nous estimons que la crise liée à la COVID-19 met en lumière le rôle croissant de la technologie dans nos vies.

Dans le contexte du coronavirus, le télétravail, l’école à la maison, le commerce en ligne, la télémédecine, les médias en streaming, la livraison sans contact et d’autres aspects sont tous devenus des nécessités en 2020, ce qui a eu pour effet d’accélérer de nombreuses thématiques durables relevant selon nous du cœur des secteurs des  technologies de l’information et des services de communication.

La transformation numérique et ses thématiques associées montaient en puissance dans l’environnement antérieur à la COVID. Pour nous, la transformation numérique fera partie intégrante de la solution à la pandémie durant la crise actuelle et continuera à jouer un rôle de premier plan à long terme dans le monde d’après la COVID. Même si la quasi-totalité des entreprises doivent composer avec une évolution à court terme extrêmement incertaine de la demande, des marges et des flux de trésorerie disponible, il nous paraît de plus en plus avéré que les entreprises qui avaient investi de manière substantielle dans leur propre transformation numérique avant la crise récoltent maintenant les fruits de ces investissements et prennent de l’avance sur leurs concurrentes.

Plus précisément, nous pensons que les pionniers de la transformation numérique démontrent qu’ils peuvent appréhender plus rapidement l’état de leurs entreprises et de leur clientèle, répondre aux besoins de leurs clients plus vite que jamais et tracer la voie à suivre dans un environnement commercial qui se révèle très dynamique.

Considérations de sortie de crise

Au sortir de la crise, la transformation numérique sera selon nous plus importante que jamais et pourrait même s’accélérer car les retardataires du numérique rattraperont ce retard tandis que les professionnels et les consommateurs plus expérimentés en la matière conserveront au moins une partie (sinon la totalité) des nouveaux comportements liés à la technologie devenus nécessaires dans un contexte mondial de distanciation physique.

Nous souhaiterions également souligner qu’avant l’apparition de la crise, le secteur des technologies de l’information renfermait certaines des entreprises les plus qualitatives et dotées des bilans les plus performants de l’indice S&P 500. Plus précisément, le secteur des technologies de l’information a été le troisième secteur le plus rentable de l’indice S&P 500 sur les trois dernières années (jusqu’en juin) et l’un des trois seuls secteurs à afficher une trésorerie nette positive, une élite qui comprenait également le secteur des services de communication.1

Après un trimestre marqué par d’excellentes performances pour nombre d’entreprises technologiques, les valorisations boursières suscitent des inquiétudes croissantes. L’ascension récente des valorisations dans les secteurs des technologies de l’information et des services de communication nous amène à marquer le pas : nous recherchons des opportunités dans des segments où les investisseurs semblent moins concentrés. L’augmentation des valorisations nous semble être alimentée par l’arrivée de nouveaux investisseurs en quête de moteurs de croissance structurelle, de profils bénéficiaires plus stables et d’entreprises de haute qualité, autant de caractéristiques qu’ils peuvent retrouver dans les acteurs des TI et des services de communication.

À l’approche du mois de juillet, le secteur des technologies de l’information se négociait selon notre analyse 30 % au-dessus du niveau médian des trois dernières années, tandis que les entreprises des services de communication se négociaient collectivement avec une prime de 16 % ; ces chiffres s’entendent par rapport à l’indice S&P 500, qui s’échangeait pour sa part à seulement 5 % de plus que son niveau médian des trois dernières années.2

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine exacerbent les incertitudes

La détérioration des tensions commerciales entre Washington et Pékin, qui suggère qu’une détente n’est pas à l’ordre du jour, fait partie des autres risques que nous surveillons. La situation s’est encore aggravée au printemps lorsque l’administration du président américain Donald Trump a imposé de nouvelles restrictions en matière de licences, mettant ainsi de nouveaux bâtons dans les roues des principaux fournisseurs chinois des secteurs des semi-conducteurs et des biens d’équipement pour les semi-conducteurs (en particulier ceux qui fournissent Huawei et TSMC), mais aussi des entreprises basées aux États-Unis qui cherchent à vendre sur le marché chinois.

La réglementation est un autre domaine que nous suivons de près, tant aux États-Unis que dans l’Union européenne, alors que les pratiques commerciales des principaux leaders numériques, notamment Alphabet, Amazon, Facebook et Apple, ont été visées par des enquêtes récentes. Nous surveillons également l’impact que pourrait avoir sur le secteur technologique l’élection présidentielle américaine, qui approche à grands pas, y compris au travers du contrôle exercé par le gouvernement sur les plus grands acteurs technologiques. Si nous sommes moins préoccupés par les problématiques potentielles autour de la politique antitrust étant donné la manière dont les normes antitrust sont interprétées, un risque événementiel à court terme pourrait exister.

Mentions légales importantes

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Les entreprises et/ou les études de cas présentées ici sont utilisées uniquement à des fins d’illustration ; tout investissement peut ou non être détenu par tout portefeuille conseillé par Franklin Templeton. Les performances passées ne sont pas une garantie des performances futures.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. 

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brusque, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou du marché dans son ensemble. Les placements dans des secteurs à forte croissance comme les technologies (secteur historiquement volatil) peuvent connaître des fluctuations boursières accrues, notamment sur le court terme, en raison de la vitesse de développement des produits et des évolutions des réglementations publiques dans le sillage d’avancées scientifiques ou technologiques ou de l’accord des autorités de tutelle pour les nouveaux médicaments et dispositifs médicaux.

1. Source : Bloomberg, jusqu’en juin 2020. Les indices ne font l’objet d’aucune gestion, et il n’est pas possible d’y investir directement. Ils ne tiennent pas compte des honoraires, des dépenses et des frais de vente. Les performances passées ne constituent pas un indicateur ni une garantie des performances futures.
2. Ibid.

Franklin Templeton

Franklin Templeton

Franklin Templeton France S.A. est une filiale de Franklin Resources, Inc.

Franklin Resources, Inc. [NYSE : BEN] est une société de gestion internationale qui opère sous le nom de Franklin Templeton Investments.

Ce site et les informations qu'il contient ne constituent pas une offre de vente ni une invitation ou une sollicitation d'offre d'achat de produit ou service par Franklin Templeton Investments. Aucune information figurant sur ce site Internet ne doit être considérée comme un conseil en investissement, fiscal, juridique ou autre. Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Pour en savoir plus, veuillez consulter votre conseiller financier habituel ou contacter Franklin Templeton France.

LinkedIn appartient à un tiers sans lien avec notre société. Nous ne sommes pas responsables des politiques de confidentialité, de sécurité ou d'utilisation de LinkedIn relatives à ce service, ni du contenu, des logiciels ou des outils de LinkedIn ou d'un tiers accessibles par le biais des liens proposés sur cette page. Vous utilisez les sites, informations, logiciels et contenus des tiers à vos propres risques.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X