La volatilité des marchés est à la hausse, car les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine continuent à s’exacerber et l’activité récente des banques centrales a suscité plus de questions que de réponses. C’est pourquoi de nombreux investisseurs sont sur les nerfs. Ed Perks, CIO chez Franklin Templeton Multi-Asset Solutions, et Gene Podkaminer, Head of Multi-Asset Research Strategies, présentent les dernières réflexions de l’équipe sur la direction que prend l’économie mondiale et la façon dont les investisseurs devraient envisager le risque à l’heure actuelle. Selon eux, l’incertitude persistante requiert une attitude prudente et souple.

La volatilité des marchés est à la hausse, car les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine continuent à s’exacerber et l’activité récente des banques centrales a suscité plus de questions que de réponses. C’est pourquoi de nombreux investisseurs sont sur les nerfs. Ed Perks, CIO chez Franklin Templeton Multi-Asset Solutions, et Gene Podkaminer, Head of Multi-Asset Research Strategies, présentent les dernières réflexions de l’équipe sur la direction que prend l’économie mondiale et la façon dont les investisseurs devraient envisager le risque à l’heure actuelle. Selon eux, l’incertitude persistante requiert une attitude prudente et souple.

La question « que faisons-nous maintenant ? » semble être sur les lèvres des négociateurs commerciaux, des banques centrales et des investisseurs du monde entier. Plus les gens se grattent la tête et se demandent ce que leur réserve l’avenir, plus il y a de chances que deux choses se produisent : une diminution du rendement des actifs perçus comme des refuges et une augmentation du prix de l’assurance contre l’incertitude.

Nous pensons qu’un retour à une volatilité durable des marchés depuis début 2018 — par opposition aux faibles niveaux observés majoritairement ces 10 dernières années — montre que nous sommes entrés dans un nouveau régime de risque. Si l’on y ajoute les vents contraires de la croissance mondiale, nous ne sommes pas surpris d’avoir assisté à des mouvements brusques des actifs financiers et à une augmentation de la volatilité attendue.

Mais quel est l’impact sur l’économie mondiale, et quelle direction prend-elle ? Bon nombre de nos préoccupations sont restées les mêmes tout au long du premier semestre de 2019. Très peu ont trouvé une solution. Les inquiétudes grandissantes concernant le secteur automobile européen et les discussions sur le niveau de l’impôt à payer par les entreprises en ligne générant des bénéfices sur les marchés étrangers montrent que les incertitudes semblent devoir rester élevées.

Plus particulièrement, la confiance au sein des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine s’est véritablement effondrée, malgré des relations de travail correctes entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping eux-mêmes. La trêve qu’ils ont négociée il y a quelques semaines à peine, lors de la réunion des dirigeants du G20 à Osaka, a été remplacée par l’annonce de nouvelles taxes douanières sur les produits chinois importés aux États-Unis.

Sans perspective de résolution claire entre les États-Unis et la Chine, les taux de change se présentent comme le prochain champ de bataille, les craintes de dévaluations concurrentielles constituant un nouvel aspect de la guerre commerciale en cours. En permettant au renminbi de s’affaiblir au-delà de sept par rapport au dollar américain, les autorités chinoises semblent moins optimistes quant à un règlement à court terme au sujet des échanges commerciaux. Le fait qu’elles aient laissé l’évolution de la devise refléter plus fidèlement la détérioration des fondamentaux montre que le président Xi a plus d’une flèche à son arc, du moins pour le moment.

Malgré toutes ces tensions, il n’est pas inconcevable que des transactions puissent être conclues et que les investisseurs puissent à nouveau se détendre. Mais pour l’heure, l’incertitude persiste.

Plus ces préoccupations influent sur la confiance des investisseurs, plus les nouvelles commandes sont reportées et plus les plans d’investissement sont revus à la baisse. Bien que la majeure partie des grandes économies développées résistent bien, le secteur des services n’ayant pas encore ressenti l’impact direct du ralentissement du commerce mondial, les effets d’entraînement se sont faits plus probables.

Plus le ralentissement du commerce est profond, plus il persiste, plus il est difficile d’éviter que le secteur des services—qui constitue la plus grande partie des économies développées—soit exposé à une certaine forme de contagion. Pour le moment, les niveaux d’emploi sont restés élevés et les consommateurs ont été en mesure de maintenir leurs dépenses. Bien que nous continuions à constater peu de déséquilibres et que la probabilité d’une récession reste modérée, les risques sont à la hausse. Notre thème dominant reste : « Le ralentissement de la croissance mondiale est une préoccupation grandissante ».

Le pourquoi de la chute des rendements obligataires

Depuis quelques mois, les marchés ont décidé d’intégrer les taux d’intérêt plus bas de bon nombre des principales banques centrales du monde. Au cours du seul mois de juillet, des baisses de taux ont été appliquées dans des marchés émergents clés comme le Brésil, la Russie et la Turquie, ainsi que dans des grandes économies comme l’Australie et les États-Unis.

La Banque centrale européenne (BCE) a indiqué qu’elle suivrait probablement le mouvement dès septembre et qu’elle envisagerait de relancer son programme d’assouplissement quantitatif. La Banque du Japon (BoJ) a quant à elle signalé qu’elle était prête à se montrer ferme si nécessaire, surtout si le yen japonais devait s’apprécier, rendant plus difficile la réalisation de l’objectif d’inflation de la banque centrale.

Dans les économies de marché émergentes, les pressions inflationnistes sont atténuées et de nombreuses banques centrales ont la possibilité de réduire les taux d’intérêt pour soutenir l’activité. Nous constatons que contrairement aux devises des marchés développés, celles des marchés émergents ont tendance à s’apprécier dans un tel environnement. En l’absence d’une forte appréciation plus générale du dollar américain, nous sommes plutôt convaincus de la valeur à long terme des devises des marchés émergents, soutenue par la perspective d’injections supplémentaires de liquidités en provenance des marchés développés. En conséquence, nous avons revu à la hausse nos perspectives pour les obligations libellées en devises locales des marchés émergents.

Les efforts visant à ressusciter les attentes liées à l’inflation demeurent le principal moteur de la politique monétaire. Les attentes liées à l’inflation fondées sur le marché ont fortement chuté (voir graphique ci-dessous) et restent bien en deçà des objectifs fixés par les décideurs politiques. Les rendements des obligations d’État ont atteint des creux cycliques sur de nombreux marchés et des creux historiques sur d’autres. Cela reflète autant, sinon plus, les attentes liées à l’inflation que les craintes d’un ralentissement de la croissance économique. Bien que nous demeurions prudents quant à l’évaluation des obligations des marchés développés, cette prudence est contrebalancée, dans notre vision globale neutre, par l’impact persistant de notre thème principal : « Une inflation maîtrisée dans toutes les économies ».

Des tensions politiques qui durent

La mesure dans laquelle les décideurs politiques sont en mesure de répondre aux attentes du marché est en cours d’évaluation. Fin juillet, la Réserve fédérale américaine (Fed) a réduit les taux d’intérêt pour la première fois en dix ans. Bien que ce mouvement ait été largement annoncé aux marchés et que son ampleur (25 points de base) soit conforme aux attentes consensuelles, le message qui l’accompagnait semblait moins satisfaisant. Les commentaires du président de la Fed, Jérôme Powell, selon lesquels la banque centrale offrait une correction limitée à mi-parcours de la politique monétaire, plutôt que de laisser entendre qu’elle pourrait marquer le début d’une plus longue série de réductions, semblent décevoir les marchés boursiers.

La baisse des rendements obligataires qui accompagnait ce message, et qui s’est accentuée lorsque le président Trump a évoqué la perspective de hausses tarifaires, rend la prochaine étape encore plus difficile pour la Fed. Les marchés anticipent maintenant une succession de baisses de taux jusqu’à la fin de l’année, destinées à compenser notamment l’impact des préoccupations commerciales, mais aussi toute atteinte à la confiance des marchés. Il semble de plus en plus que la Fed soit poussée vers des actions qu’elle est moins en mesure de justifier sur la base de son double mandat de stabilité des prix et d’emploi maximum, soulignant ainsi notre thème des « Tensions politiques persistantes ».

Selon notre analyse, dans un contexte de ralentissement de la croissance et d’inquiétude quant à la hausse des marges bénéficiaires, les actions mondiales dans leur ensemble ne sont pas bon marché. Toute nouvelle confusion du marché au sujet de la réduction des taux par la Fed pourrait nuire à la stabilité du marché.

Après avoir adopté une attitude plus prudente à l’égard des actifs à risque au cours du premier semestre de l’exercice, nous continuons à penser qu’une gestion souple sera nécessaire pour relever les défis de 2019.

Franklin Templeton

Franklin Templeton

Franklin Templeton France S.A. est une filiale de Franklin Resources, Inc.

Franklin Resources, Inc. [NYSE : BEN] est une société de gestion internationale qui opère sous le nom de Franklin Templeton Investments.

Ce site et les informations qu'il contient ne constituent pas une offre de vente ni une invitation ou une sollicitation d'offre d'achat de produit ou service par Franklin Templeton Investments. Aucune information figurant sur ce site Internet ne doit être considérée comme un conseil en investissement, fiscal, juridique ou autre. Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Pour en savoir plus, veuillez consulter votre conseiller financier habituel ou contacter Franklin Templeton France.

LinkedIn appartient à un tiers sans lien avec notre société. Nous ne sommes pas responsables des politiques de confidentialité, de sécurité ou d'utilisation de LinkedIn relatives à ce service, ni du contenu, des logiciels ou des outils de LinkedIn ou d'un tiers accessibles par le biais des liens proposés sur cette page. Vous utilisez les sites, informations, logiciels et contenus des tiers à vos propres risques.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

septembre

17sepToute la journée18Les Journées du CourtagePalais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

25sep19 h 00 min22 h 00 minBefore Patrimonia /// Sogenial ImmobilierBistrot des célestins L'organisateur: Sogenial Immobilier

26sepToute la journéeGrands Prix du Gouvernement d'Entreprise 2019Cercle de l'Union Interalliée

26sep(sep 26)8 h 30 min27(sep 27)19 h 00 minPatrimonia 2019Centre de Congrès de Lyon L'organisateur: Infopro Digital

octobre

08oct8 h 15 min20 h 00 minAM TECH DAY 2019Palais Brongniart L'organisateur: AGEFI Actifs

10octToute la journée1118e Global Invest Forum de l’AGEFIHôtel InterContinental L'organisateur: AGEFI Actifs

11octToute la journée13Salon de l’Immobilier et de l’InvestissementCarrousel du Louvre

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

X