Après d’intenses négociations, l’encre ayant servi à signer l’accord sur le plan de sauvetage fiscal de 750 milliards d’euros de l’Europe contre le coronavirus, initialement proposé en mai, est désormais sèche. Selon David Zahn, Head of European Fixed Income, il s’agit d’une affirmation forte de l’intégration européenne et du soutien aux pays en difficulté, une bonne nouvelle pour les investisseurs.

Après d’intenses négociations et discussions pendant plusieurs jours, les dirigeants de l’Union européenne (UE) se sont finalement mis d’accord sur un plan de sauvetage COVID-19 de 750 milliards d’euros (858 milliards de dollars US). Le plan prévoit des prêts à faible taux d’intérêt ainsi que 390 milliards d’euros (446 milliards de dollars US) sous forme de subventions à accorder aux États membres les plus durement touchés.

Les bénéficiaires devront préparer des plans nationaux pour la relance et la résilience pour les années 2021-2023. En particulier, ces plans devront stimuler la croissance et l’emploi (y compris toute initiative « verte ») et contribuer à renforcer la « résilience économique et sociale » des pays de l’UE.

Concrètement, l’UE va maintenant devenir un énorme emprunteur sur les marchés financiers mondiaux. Les émissions nettes de titres doivent prendre fin en 2036, et l’UE s’est engagée à rembourser la nouvelle dette d’ici 2058. Elle devra être payée sur le budget de l’UE, probablement par le biais de certaines taxes supplémentaires, par exemple sur les déchets plastiques non recyclables.  Cela donnera naissance à un nouvel emprunteur supranational important dont l’encours s’élève actuellement à environ 50 milliards d’euros, mais atteindra environ 800 milliards d’euros. La Banque centrale européenne (BCE) pourra acheter ces obligations après leur émission, élargissant ainsi les possibilités d’assouplissement quantitatif.

Le « Plan de relance pour l’Europe » définit trois objectifs principaux ou « piliers » dans lesquels les investissements seront canalisés pour : aider  les États membres à se redresser, s’assainir et sortir plus forts de la crise ; relancer l’économie et aider les investissements privés ; et tirer les leçons de la crise et relever les défis stratégiques de l’Europe.

L’autre avancée majeure de cette législation est l’engagement que 30 % du fonds de relance post-coronavirus et le budget de 1000 milliards d’euros sur sept ans soient affectés à la lutte contre le changement climatique. C’est une étape importante de la reconversion écologique de l’économie européenne et une avancée vers l’objectif de neutralité climatique d’ici 2050. Plus de 500 milliards d’euros seront consacrés à la reconversion écologique de l’économie, et nous anticipons de ce fait davantage de changements sur tout le continent.  Ces décisions sont très favorables au marché des obligations vertes, et nous nous attendons à une augmentation des émissions et à un élargissement de celles-ci pour soutenir cette orientation.

Une bonne nouvelle pour l’économie et les marchés européens

L’approbation du plan de sauvetage est une excellente nouvelle pour l’économie européenne, et c’est également une bonne nouvelle pour les marchés obligataires européens, car elle fera probablement baisser la prime de risque (le montant du rendement supplémentaire exigé en contrepartie du risque politique en Europe, qui a été réduit) dans toute l’Europe. Du point de vue de l’investissement, les nouvelles semblent assez positives pour les obligations d’État, les obligations d’entreprises et probablement d’autres monnaies européennes en plus de l’euro.

La pandémie de COVID-19 a ravagé l’économie, et l’approbation du plan envoie un message clair : investir en Europe aujourd’hui n’est plus aussi risqué qu’avant.

Par conséquent, la prime de risque devrait diminuer, notamment conjointement au soutien de la politique monétaire de la BCE sous forme d’assouplissement quantitatif et de taux d’intérêt ultra bas/négatifs, qui devraient être maintenus encore longtemps. À notre avis, cette réponse combinée à la pandémie de COVID-19 va être très efficace pour aider l’économie européenne à se redresser.

Cela dit, ces actions de soutien ne signifient pas nécessairement que l’économie européenne va se redresser rapidement. Il faudra probablement plusieurs années pour que l’activité revienne complètement aux niveaux d’avant la COVID-19, mais les éléments de base sont maintenant en place d’un point de vue budgétaire et monétaire.

La crise liée à la COVID-19 a eu un effet déflationniste, et nous pensons que, malgré une éventuelle reprise, l’inflation devrait rester assez faible en Europe cette année et probablement l’année prochaine. Certains observateurs craignent que, dans un monde inondé de liquidités par tout ce soutien budgétaire et monétaire, nous assistions à un pic inflationniste. Bien sûr que ce problème hante nos esprits, mais nous estimons qu’il se posera dans plusieurs années. C’est la raison pour laquelle les investisseurs doivent construire leur portefeuille sans oublier d’intégrer certains actifs défensifs.

Pour la BCE, ce risque ne pose pas de problème dans un avenir proche, nous pensons donc qu’elle restera très accommodante, ce qui serait favorable aux marchés obligataires européens durant les deux ou trois prochaines années.

Soutien aux pays périphériques

Selon nous, les marchés obligataires européens devraient maintenant être très bien soutenus, et les rendements seront probablement plafonnés. En effet, si les pays peuvent emprunter à l’UE à un faible taux d’intérêt, ils n’auront pas besoin d’émettre eux-mêmes des obligations dans un tel volume. Ce sont là de bonnes nouvelles aussi pour les investisseurs, en particulier lorsqu’on regarde les marchés périphériques comme l’Espagne et l’Italie ou des pays comme la République tchèque ou la Roumanie, qui dispose d’obligations libellées en euros. Pour le moment, les écarts avec les obligations des pays périphériques s’avèrent intéressants, selon nous.

Bien sûr, la politique italienne en particulier peut être volatile — et c’est toujours un risque pour les investisseurs. Cependant, nous sommes habitués à voir les gouvernements céder sous la pression. L’Italie et d’autres pays durement touchés par la pandémie devraient bénéficier de ce plan de sauvetage, qui témoigne du soutien apporté aux différents pays en difficultés.

Certes les désaccords entre les membres de l’UE au sujet de ce plan ont été nombreux, et il est fort probable qu’il y en aura encore sur d’autres sujets. Mais globalement, nous pensons que l’UE a fait ce qu’elle devait faire pour répondre à la crise, et c’est un grand pas vers le rapprochement des pays et l’intégration européenne.

Mentions légales importantes

Ces documents sont fournis uniquement dans l’intérêt général et ne sauraient constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées sont celles des gérants mentionnés et les commentaires, opinions et analyses sont valables à la date de la publication (ou pour certains cas précis à une autre date donnée) et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète de chaque évènement important survenant dans un pays, une région ou un marché.

 Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

 CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut baisser. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques liés notamment aux fluctuations des taux de change, à l’instabilité économique et à l’évolution de la situation politique.

Franklin Templeton

Franklin Templeton

Franklin Templeton France S.A. est une filiale de Franklin Resources, Inc.

Franklin Resources, Inc. [NYSE : BEN] est une société de gestion internationale qui opère sous le nom de Franklin Templeton Investments.

Ce site et les informations qu'il contient ne constituent pas une offre de vente ni une invitation ou une sollicitation d'offre d'achat de produit ou service par Franklin Templeton Investments. Aucune information figurant sur ce site Internet ne doit être considérée comme un conseil en investissement, fiscal, juridique ou autre. Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Pour en savoir plus, veuillez consulter votre conseiller financier habituel ou contacter Franklin Templeton France.

LinkedIn appartient à un tiers sans lien avec notre société. Nous ne sommes pas responsables des politiques de confidentialité, de sécurité ou d'utilisation de LinkedIn relatives à ce service, ni du contenu, des logiciels ou des outils de LinkedIn ou d'un tiers accessibles par le biais des liens proposés sur cette page. Vous utilisez les sites, informations, logiciels et contenus des tiers à vos propres risques.

View all posts


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X