Après l’effondrement des marchés à la fin de l’hiver, et la tentative de rééquilibrage parfaitement classique en finance comportementale au cœur du printemps, le marché ne tardera pas à entrer dans une troisième phase, à haut risque.

Comme nous le rappelait Augustin Picquendar (DNCA), dans une toute récente interview pour FundsWatch , nous sommes encore dans la seconde phase de marché, où des « des épisodes d’euphorie peuvent alterner avec des accès de nervosité ».

Ce début de semaine en est l’illustration parfaite. Prenons comme sujet d’étude les variations du CAC 40 : lundi l’indice phare parisien bondissait de plus de 5%, dans des volumes timides, les plus grosses capitalisations à fort effet Bêta du moment caracolant en tête sur deux nouvelles qui, prises sans pincette, laissaient à penser que nous aurions un vaccin contre l’infection au SARS-Cov-2, virus responsable du Covid-19, d’ici la fin de l’année, et que la mutualisation de la dette en Europe était enfin en marche ! Dans la réalité, et sans raccourci, les bémols, les difficultés de parcours, les conditions multiples, les « si » en tout genre, provoquent un froid et dur retour à la réalité sur ces deux sujets :

1) Sur la question du vaccin tout d’abord, des premières limites apparaissent déjà concernant l’étude de phase 2 de Moderna. Une revue médicale en nuance déjà les résultats, annoncés pourtant comme prometteurs, avec embrayage sur une étude de phase 3 dès juillet. Le site d’informations médicales STAT commençait hier, par la plume de la spécialiste des maladies infectieuses Helen Branswell, son article consacré au vaccin assez fraîchement : « Alors que Moderna a lancé une opération coup de poing sur les médias, il a révélé très peu d’informations – et la plupart de ce qu’il a révélé était des mots, pas des données. C’est important: si vous demandez aux scientifiques de lire un article de journal, ils parcourent les tableaux de données, pas les déclarations d’entreprise. Avec la science, les chiffres parlent beaucoup plus fort que les mots. »

Vincent Boy, analyste de marché chez IG France, le confirme : « L’euphorie constatée lundi sur les marchés financiers, suite à la publication de résultats encourageants du vaccin à l’étude de Moderna s’essouffle, car il semblerait que ceux-ci manquent de détails. Selon certains experts, les résultats ne permettent pas de confirmer l’efficacité de la molécule alors que seulement 8 personnes ont montré des signes positifs quand l’échantillon en comptait 45 »…

2) Sur la question de la mutualisation de la dette en Europe, les annonces communes d’Emmanuel Macron et A. Merkel, sur un soutien franco-allemand à un projet de plan de relance commun de 500 Milliards d’euros, financé par le budget de l’Union Européenne, n’ont apporté aucune garantie d’un ralliement des pays les plus « frugaux » de l’UE, Danemark, Autriche et Suède en tête. Même si symboliquement, le pas de la Chancelière allemande en direction de son homologue français est immense.
L’alternance d’euphorie et de nervosité est donc au programme des prochaines semaines. Sous les 4 000 / 4 117 points, l’entrée dans une troisième phase de marché se ferait, le cas échéant, dans des conditions périlleuses.

Alexandre TIXIER

Funds Watch

Funds Watch

L'actualité des asset managers français et européens.

Funds Watch est une plateforme média vous proposant une sélection d’articles et vidéos réalisées par les acteurs de la gestion d'actifs : sociétés de gestion, CGP, associations professionnelles et professionnels de l'information spécialisés.

Cette offre fait partie du groupe Euronext, la première bourse pan-européenne et complète la solution de données financières de dernière génération d’Euronext Funds360 (précédemment connu sous le nom « OPCVM360 »).

Plus d’informations : https://funds360.euronext.com

View all posts


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X