Covid-19, les cas américains et brésiliens font froid dans le dos

Les gérants continuent de prendre connaissance des derniers développements de la pandémie. Alors que l’Europe poursuit le déploiement progressif de ses mesures de sortie de confinement à mesure que la situation sanitaire s’améliore, les principaux foyers de contamination sont en Amérique. Voici un point précis sur la situation aux Etats-Unis et au Brésil, les plus grandes puissances économiques de chaque partie du continent. Point commun entre les deux : des chefs d’Etat, D. Trump et J. Bolsonaro, qui ont longtemps ignoré, voire raillé la menace, et mis la pression sur les Gouverneurs des Etats les plus raisonnables en la matière.
Funds Watch
COVID-19 coronavirus, finance and crisis concept, US president Franklin`s eyes and face mask on 100 dollar money bill. Corona virus affects global stock market. World economy hit by pandemic fears.

ETATS-UNIS :

Aux Etats-Unis, pays le plus touché de la planète, plus d’1 600 000 cas sont recensés, pour près de 98 000 décès à ce jour, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins, qui fait autorité en la matière. L’allure de la courbe de contamination, beaucoup plus agressive que celles des pays les plus touchés en Europe (Espagne, Italie, France) est particulièrement inquiétante. Le nombre de nouveaux cas quotidiens continue de marquer un palier qui fait froid dans le dos, autour des 25 000. Ces chiffres nous ramènent forcément un peu moins de deux semaines en arrière, lorsque l’épidémiologiste Dr Anthony Fauci, qui conseille la Maison Blanche sur le sujet, mettait en garde en « télé-audition » devant les Sénateurs contre les risques d’une sortie de confinement trop précoce et mal organisée.  Donald Trump se contentait alors d’une analyse laconique sur son réseau social préféré : « Nos tests sont les MEILLEURS au monde, de loin! Les chiffres sont en baisse dans la plupart des régions de notre pays, qui veut ouvrir et recommencer. Ça se passe, en toute sécurité! ». Imparable raisonnement de celui qui avouera plus tard prendre un traitement d’hydroxychloroquine « en prévention » contre le Covid-19, alors qu’aucune étude à ce jour n’en a montré clairement le rapport bénéfice / risque…

BRESIL : Le pays le plus puissant d’Amérique Latine est officiellement le deuxième pays le plus touché en nombre absolu de cas, largement, encore à stade sous les Etats-Unis, mais au-dessus de la Russie. Les données de l’Université Johns Hopkins font état de plus de 360 000 cas, pour près de 23 000 décès. Le nombre de nouveaux cas quotidien plafonne depuis la fin du mois de mars à 100 000, alors que les capacités hospitalières sont saturées, notamment dans la mégalopole Sao Paulo. Depuis quatre jours, un nombre moyen d’un millier de décès est recensé. Pourtant, le Président J. Bolsonaro (PSL) continue de minimiser la gravité de la situation ; il s’est même accordé, sans masque naturellement, un bain de foule dimanche dans la capitale de la Fédération brésilienne, Brasilia. En prenant un enfant dans ces bras, hissant un autre sur ses épaules…

Le dernier ministre de la Santé au Brésil, Nelson Teich, en désaccord total avec Bolsonaro sur les mesures à prendre, n’est resté que 28 jours en poste.

Michel EPSAGNAC

Total
0
Shares