Il faut toujours rester opportuniste en immobilier !

Chaque stratégie immobilière est unique, la nôtre repose avant tout sur un savant mélange de compétences et de connaissances au travers d’une équipe dédiée.

Pouvez-vous rapidement présenter Serris Reim ?

Serris Reim est une société indépendante créée par cinq associés en mars 2016. Spécialisée en investissement, montage de financements, asset et property management pour compte de tiers.  Aujourd’hui elle comprend 32 salariés couvre la France entière avec deux bureaux à Marseille et Paris, et aussi une partie de l’Europe par ses implantations l’une en Belgique et l’autre au Portugal. Elle gère pour le compte d’institutionnels, de family office et de privés des actifs tel que : des bureaux, des commerces, des locaux d’activités et de logistique… Actuellement, le patrimoine est composé de plus d’une centaine d’actifs, au travers de plus de 320 millions d’euros d’encours sous gestion.

En fait, votre cœur de métier est assez peu connu en France et en Europe.  Quelles raisons pourraient les faire évoluer ?

En effet, notre cœur de métier est parfois méconnu en France, même s’il est particulièrement développé, de nombreuses sociétés exercent notre métier. Trop souvent, lors d’un diner en ville, à la question : Que fais-tu dans la vie ?Je travaille dans l’immobilier fréquemment suit : – Alors, tu peux me trouver un appartement ?

L’immobilier d’entreprise gagne à être connu à tout âge, car généralement moins sujet aux aléas, il représente une parfaite diversification de patrimoine dans un contexte où les produits bancaires ont du mal à proposer des taux positifs attrayants. La pierre a toujours été considérée comme une valeur refuge, d’autant plus dans le contexte particulier actuel.

Quels aspects de votre métier trouvez-vous stimulants ?

Mes associés et moi sommes investis dans l’immobilier depuis de nombreuses années, nous sommes unanimes à constater que dans l’immobilier, on ne s’ennuie jamais !

Depuis 10 ans, je rédige des listes hebdomadaires de sujets à traiter et, cette liste est modifiée quasi quotidiennement par des urgences à traiter et par l’arrivée de nouvelles réglementations.

C’est un métier évolutif au gré des mesures gouvernementales et par conséquent des changements d’orientation de placements effectués par des entreprises ou des institutionnels. Sachant, qu’un ensemble immobilier à deux numéros d’intervalle dans la même rue ne sera jamais analysé de la même façon et n’aura jamais la même valeur compte tenu de son ancienneté, des travaux réalisés, mais encore de la situation locative. Chaque ensemble est unique et c’est bien pour cette raison que notre métier est aussi passionnant. Il n’y a jamais comme nous le disons souvent de mauvais actifs, il y a eu souvent des erreurs de stratégie initiales ou une absence de rénovation du bâti.

En tant qu’investisseur immobilier, quelle est votre priorité absolue ?

En tant qu’investisseur immobilier responsable, la priorité absolue de notre activité reste avant tout la satisfaction de nos clients, de nos locataires et la valorisation de nos immeubles.

Cette année, nous avons commencé à lancer des analyses de patrimoine pour rendre certains actifs plus « verts », ce qui a déjà été le cas de deux de nos actifs l’un à Saint Grégoire, l’autre d’un immeuble de bureaux à Pessac. Nous espérons développer ces certifications environnementales sur d’autres actifs que nous avons, ou que nous allons acquérir. Dans le contexte actuel, l’environnement reste primordial et ne saurait être relégué au second rang.

A votre avis, quelles sont les tendances du marché de l’immobilier ?

Le marché immobilier, comme du reste d’autres secteurs sont en train de se transformer.

Nous publions régulièrement sur notre site et notre page vitrine Linkedin des notes de marché : « Les Chroniques de Serris », j’en profite pour vous inviter ainsi que vos abonnés à lire celle sur les marchés immobiliers et les mouvements existants depuis plusieurs années sur des secteurs à chaque fois remis en cause lors des crises notamment concernant le commerce et le bureau.

En quoi consiste le métier de l’Asset Manager ? Est-il lié à d’autres métiers ?

Force est de constater que les réponses à cette question seront aussi variées que le nombre de personnes interrogées. Néanmoins, dans certaines sociétés, un Asset Manager englobera aussi l’ensemble des tâches du property liées à la gestion d’un ensemble immobilier, tant sur les plans administratifs, juridiques et réglementaires… Mais également, le rôle de l’investment et du property manager alors que dans d’autres, il n’aura réellement que le rôle premier. Un Asset Manager pour en donner une définition simple est le responsable, en lien avec le Property Manager et le Facility Manager, de la coordination et de la gestion d’un portefeuille d’actifs immobilier. Il agit comme un « chef d’orchestre » entre les différentes parties prenantes pour créer de la valeur dans le temps. Pour rappel, la création de valeur n’est pas forcément à court ou à long terme, mais peut être évolutive dans le temps, un Asset Manager peut diminuer la valeur d’un immeuble de manière éphémère pour ensuite l’augmenter par un repositionnement de l’immeuble avec des travaux ou de nouveaux locataires sur des loyers plus élevés en phase avec le marché. Un bon Asset Manager ne saura évoluer sans des équipes à ses côtés, le Property Manager ayant le rôle premier auprès des locataires pour tout ce qui est problème locatif, le Facility Manager dans une optique de réalisation des travaux et des problématiques techniques et le Fund Manager dans une optique de remettre les stratégies d’ensemble des fonds gérés.

Quels sont les trois principaux atouts pour exercer votre métier ?

En ce qui concerne ma société je recherche : l’imagination, l’agilité et la réactivité. Nous utilisons souvent un adage en interne qui est : « Le possible, on l’a déjà fait, l’impossible, nous sommes en train de le réaliser et pour les miracles, merci de nous laisser 48h de délai de réflexion avant toute mise en œuvre ».

D’après l’étude 2020 sur les rémunérations de Robert Walters, met en exergue que l’Asset et le Property Management est un secteur en pleine croissance. Partagez-vous ce point de vue et pourquoi ?

D’après l’étude 2020, en effet les métiers de l’immobilier ont le vent en poupe.

Mais pas uniquement l’Asset et le Property Management, on y trouve aussi le Fund et l’investment Management. Pour être aujourd’hui en cours de recrutement en effet, le marché de l’immobilier est croissant de nombreuses sociétés ont été créées sur ces cinq dernières années, ce qui a conduit de plus en plus de personnes à s’orienter dans ce secteur. De plus, on se rend compte que de nombreuses personnes font le choix de reconversion professionnelle et s’inscrivent parfaitement dans ces métiers également par leur ouverture d’esprit et leurs multiples connaissances. Je pense que dans l’avenir, les métiers de l’immobilier feront l’objet de plus en plus de formations et d’inscriptions dans les cursus d’orientations professionnelles que l’on peut choisir dans les lycées.

Afin d’illustrer vos propos, pouvez-vous me donner un exemple de l’une de vos récentes opérations ?

Prenons deux exemples de mes principaux métiers :

  • L’un en investissement, nous avons acquis auprès d’une foncière institutionnelle en septembre dernier un bâtiment d’activité – commerce professionnel loué auprès de la plateforme du bâtiment à côté d’Orléans. Cet actif rentre parfaitement dans notre patrimoine et s’inscrit dans la continuité du premier actif que nous avions acheté l’année dernière à Créteil-Alfortville avec le même locataire ;
  • L’un en Asset Management, en effet, nous sommes en train de finaliser la re commercialisation de deux plateaux de bureaux que nous avons sur la tour Oryx à Choisy le Roi, nous serons passés d’un taux d’occupation au 1er trimestre 2020 de 53,22% à un taux d’occupation au 30 octobre 2020 de 87%.

Que puis-je vous souhaiter pour clore l’année 2020 et débuter l’année 2021 ?

A titre professionnel, nous espérons que la fin d’année 2020 nous permettra de boucler l’encours sous gestion à plus de 350 millions d’euros et que l’année 2021 nous permettra de développer de nouveaux pays européens, comme l’Espagne et la Hollande et réaliser un nombre d’investissements supérieurs que ceux de cette année.

A titre personnel, j’espère que le contexte actuel nous permettra de passer tout de même de bonnes fêtes de fin d’année en famille et que l’année prochaine nous aurons d’autres perspectives avec nos proches.

Crédit Photo : Antoine MERCUSOT

Total
0
Shares