Alors qu’Auris Gestion a désormais acquis 100% du capital de Salamandre AM, Sébastien GRASSET, devenu Directeur Général Adjoint d’AURIS GESTION en charge du Pôle Asset Management, revient sur cet épisode majeur de sa vie d’entrepreneur, en axant sur l’intérêt stratégique d’un tel rapprochement. Il nous dévoile également les perspectives désormais ouvertes.

FundsWatch : Un mot sur l’ « aventure » Salamandre ?

Sébastien GRASSET: Salamandre AM est une toute jeune société de gestion, créée en décembre 2016. Nous avons connu un développement rapide, puisque nous sommes parvenus à réunir environ 600 millions d’euros d’encours sous gestion, issus pour partie d’une clientèle institutionnelle (assurances, mutuelles), de nos OPCVM ouverts  et de nos mandats de gestion.

Nous avons connu une belle croissance sur la gestion de contrats d’assurance luxembourgeois au travers de FID et de FIC (Fonds Internes Dédiés et Fonds Internes Collectifs), et plus largement sur l’accompagnement des CGP via des mandats de gestion notamment sur ces FID et FIC. Toujours au service des CGP et de leurs clients, nous avons également développé avec AGEAS un mandat 100% structuré sur un contrat d’assurance de droit français. Tout bientôt sortira une offre avec un autre assureur très connu, qui nous a retenus dans le cadre d’un appel d’offres au côté d’un acteur majeur sur les ETF.

Nous avons également continué à accompagner, de manière agile, les acteurs institutionnels « Tier 2 » et « Tier 3 » avec une gestion de fonds dédiés et de mandats sous contrainte prudentielle. Nous connaissons également un beau développement sur ce segment de clientèle dont les besoins sont simples finalement : disposer d’une gestion alliant des moteurs de performance escomptée liés à un socle d’actifs participant des marchés taux/crédit mais aussi liés à des sources de diversification sur des stratégies par ailleurs peu consommatrices de fonds propres éligibles. Cette gestion nous a également amenés à renforcer notre intérêt pour les stratégies ISR/ESG.

FW : Pourquoi avoir vendu, alors ? Pouvez-vous nous expliquer brièvement la stratégie de montée d’Auris Gestion au capital de Salamandre AM, jusqu’à la détention de 100% ?

SG: Pour avoir les moyens de nos ambitions entrepreneuriales. La question qui m’a animé était la suivante : comment passer désormais à la vitesse supérieure ? J’ai alors fait l’état des lieux des leviers disponibles, permettant également de préserver notre ADN : être un indépendant au service des indépendants.

Nous avions été également approchés par différents acteurs qui voulaient, soit nous racheter, soit nous proposer une association. En bref, nous avons eu le choix entre rejoindre des gros acteurs, avec une marque forte, ou, au contraire,  privilégier les acteurs à taille humaine, pour garder l’ADN entrepreneurial que je viens d’évoquer : une relation de proximité, en restant un indépendant au service des indépendants. C’est pourquoi j’ai refusé, malgré quelques hésitations, pour être totalement honnête, beaucoup de propositions de rachat venant de gros acteurs ou d’associations avec des acteurs bien connus. C’est simple à énoncer mais finalement plus difficile à trancher : j’ai privilégié ma liberté d’action au service des clients plutôt que le confort d’un grand groupe car l’agilité possible en mode entrepreneurial est pour moi une richesse au service des clients, qu’ils soient CGP ou institutionnels.

Je me suis alors rapproché d’Auris Gestion, qui présentait en outre un intérêt majeur, qui est celui de la complémentarité : Auris Gestion, très orientée BtoC, n’avait pas développé comme nous la partie BtoB, à savoir les relations avec les CGP, les institutionnels et les family offices. Nous nous sommes très rapidement mis d’accord, avec Marc de Saint Denis et Nicolas Walther sur le fait de bien ségréguer les deux activités : d’un côté le BtoC historique d’Auris Gestion et d’un autre côté le BtoB, dont j’ai la direction.

Par ailleurs, Auris Gestion dispose de moyens de gestion et de services supports très complémentaires et satisfaisant nos besoins de développement.

En tout, nous avons 2.2 milliards d’euros d’encours sous gestion.

FW: Désormais les deux entités sont fusionnées. Son nom reste (et restera) Auris Gestion ? Les deux “marques” vont-elles coexister ? Quid de la nouvelle organisation ?

SG: Le BtoC communique avec la marque « Auris Gestion », et le BtoB communique avec la marque « Salamandre by Auris Gestion ».

Côté organisation, les gérants qui étaient chez nous restent en place, et continuent de gérer, dans leur périmètre, les produits qu’ils traitaient. Mais naturellement tout l’intérêt désormais, c’est que les moyens sont étoffés, avec une rencontre fructueuse des compétences. Nous organisons un comité de gestion commun tous les lundis, qui réunit tous les gérants, dédiés au pôle BtoB et un comité « Crédit » tous les mardis. A ce titre d’ailleurs, nous avons fait le choix de renforcer nos moyens d’analyse-crédit en retenant, après appel d’offres, Spread Research, un bureau d’analyse crédit indépendant. Le rapprochement avec Auris Gestion a des effets vertueux sur la gestion obligataire : Thomas Giudici, travaille désormais avec deux autres gérants experts de ces questions, Stéphane Chossat et Joffrey Ouafqa. En outre, nous gagnons en expertise en gestion actions, notamment avec Daniel Fighiera et sa grande expérience. Notre gestion cross-assets se renforce avec l’apport de Joffrey Ouafqa et de Stanislas Guérin…

FW : Les ADN des deux entités sont parfaitement compatibles et complémentaires, donc. La création de synergies ne peut être qu’au rendez-vous…

SG: Les synergies sont évidentes. Outre les synergies « techniques », ce sont celles des moyens humains qui sont génératrices de valeur. Imaginez : je passe, au middle office, de 2 personnes à 10 personnes. Et de 1 à 3 au risk management.  A la gestion, les moyens humains ont plus que triplé, et notamment sur la partie gestion sous mandat CGP et family offices : 5 personnes y contribuent.

FW : Concrètement dans l’immédiat, que cela change-t-il pour les clients et partenaires de Salamandre AM ? Comment ont-ils accueilli le rapprochement ?

SG: L’accueil a été très bon. Nous avons procédé par sondage auprès d’une cible de partenaires et clients institutionnels et CGP. Les clients ont très bien réagi, en raison notamment du potentiel de synergies évoqué précédemment. Ils ont juste voulu s’assurer qu’on allait bien maintenir notre flexibilité, notre souplesse dans notre gestion. Notre offre « Salamandre by Auris Gestion » continue de refléter cette agilité.

J’aime la résumer schématiquement en 4 « briques » d’allocation disponibles. Imaginons un CGP qui s’interroge pour des besoins patrimoniaux pour ses clients, nous allons alors lui présenter ces 4 « poches » et réfléchir à leur pertinence selon l’appétence au risque du client final et les contraintes d’investissement.

  • La première poche dite « directionnelle » recourt à des OPCVM, et des ETFs, et éventuellement à des titres vifs, actions ou obligataires, selon la taille du mandat/fonds.
  • La deuxième poche est investie en produits structurés actions. On recourt essentiellement à des produits patrimoniaux, de type Phoenix Mémoire. Nous les construisons nous-mêmes, dans une démarche sur mesure, et ne faisons pas appel à des produits dits de campagne.
  • La troisième poche est celle des produits structurés de crédit. Elle présente des atouts importants notamment lorsqu’il est possible de travailler sur l’indice iTraxx Main (Investment Grade).
  • La quatrième et dernière poche nous différencie encore plus : on peut, selon les contraintes d’investissement, recourir à des fonds de recherche de « décorrélation ». Ce sont souvent des FIA (Fonds d’Investissement Alternatifs), régulés, avec un track record long, et des équipes de gestion co-investies dans leur stratégie. On peut, au sein de cette dernière poche, et lorsque cela est adéquat, aller sur des stratégies vraiment décorrélées des marchés classiques, comme la stratégie de litigation finance.

Enfin, la capacité à utiliser des dérivés, est fondamentale, dans un but de couverture ou d’exposition tactique opportuniste.

Cette boîte à outils (et la souplesse de son utilisation) ne change pas avec le rapprochement. Enfin, côté tarification, nous restons particulièrement compétitifs.

FW : Quelles sont désormais les perspectives de développement qui s’ouvrent à court terme comme à moyen terme ? Allez-vous par exemple étoffer la gamme de services et de fonds proposés ?

SG: Sur la gamme de fonds proposée, le rapprochement est en effet une opportunité pour les clients. Auris Gestion dispose d’une gamme de fonds actions, obligataires, et diversifiés qui vient enrichir notre offre. Nous avons des fonds comme Auris Sélection Défensive, en gestion obligataire, Auris Diversified Bêta (gestion mixte taux/crédit et actions), ou encore Auris Evolution Europe (actions Europe). Ce dernier, géré par Daniel Fighiera, va faire l’objet d’un partenariat avec une maison de renom, pour lui donner une orientation ISR. Nous annoncerons tout prochainement ce partenariat. Nous continuerons à assurer la gestion du fonds, tout en bénéficiant de l’expertise ISR reconnue et historique de notre partenaire, qui sera conseiller du fonds. Sur les services, notre gestion sous mandat se voit renforcée et reste en architecture ouverte, tout comme notre offre de gestion de fonds sur mesure pour cabinets de CGP. En effet, la présence de fonds « maison » (à savoir gérés ou conseillés par Auris Gestion) dans notre gestion sous mandat et notre multigestion reste généralement accessoire et nous sommes profondément attachés à cela.

Propos recueillis par Alexandre TIXIER

Funds Watch

Funds Watch

L'actualité des asset managers français et européens.

Funds Watch est une plateforme média vous proposant une sélection d’articles et vidéos réalisées par les acteurs de la gestion d'actifs : sociétés de gestion, CGP, associations professionnelles et professionnels de l'information spécialisés.

Cette offre fait partie du groupe Euronext, la première bourse pan-européenne et complète la solution de données financières de dernière génération d’Euronext Funds360 (précédemment connu sous le nom « OPCVM360 »).

Plus d’informations : https://funds360.euronext.com

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

X