Au total, le taux de chômage aux États-Unis peut tout à fait s'établir à un moment autour de 15% (il a atteint un plus haut historique de 10.8% en décembre 1982 et un maximum de 10% dans la crise financière de 2007-2006). Autant en Europe, les mécanismes de protection sociale doivent orienter la politique économique au soutien des entreprises, autant aux États-Unis, la faible protection sociale suppose de davantage soutenir les ménages qui subissent actuellement une " triple peine ", à savoir la baisse des marchés actions, la dégradation de l'emploi et la pression baissière sur les salaires.

Aux États-Unis, les inscriptions hebdomadaires à l’assurance-chômage ont augmenté de 3,3 millions la semaine dernière. Cette semaine, la hausse est encore plus spectaculaire avec 6,6 millions d’inscrits supplémentaires ! Ainsi, en 15 jours, près de 10 millions d’américains se sont inscrits au chômage, ce qui établit implicitement le taux de chômage aux États-Unis à environ 9.5% (cf. graphique)*Et ce taux de chômage devrait encore augmenter pour trois raisons :

  • d’abord, au fur et à mesure du choc sur l’activité, la situation de l’emploi va se dégrader. Dans nos simulations, le retard de croissance peut s’établir jusqu’à 20% au printemps. Selon la règle empirique de la « loi d’Okun », un retard de croissance aux États-Unis d’une telle ampleur peut conduire à une hausse du taux de chômage de 10%. Partant d’une situation initiale où le taux de chômage est de 3.5%, cela détermine un premier point d’arrivée à 13.5%.
  • A cela s’ajoute le fait que le confinement affecte évidemment les secteurs les plus intensifs en travail, ce qui devrait accentuer encore la détérioration de l’emploi.
  • Enfin, au regard des incertitudes sur la durée de l’épidémie, les risques sur l’activité sont à la baisse et ce faisant, sur l’emploi.

Au total, le taux de chômage aux États-Unis peut tout à fait s’établir à un moment autour de 15% (il a atteint un plus haut historique de 10.8% en décembre 1982 et un maximum de 10% dans la crise financière de 2007-2006). Autant en Europe, les mécanismes de protection sociale doivent orienter la politique économique au soutien des entreprises, autant aux États-Unis, la faible protection sociale suppose de davantage soutenir les ménages qui subissent actuellement une « triple peine », à savoir la baisse des marchés actions, la dégradation de l’emploi et la pression baissière sur les salaires. S’il y a un soutien budgétaire supplémentaire, celui-ci pourrait prendre la forme d’un nouveau chèque envoyé aux ménages américains.

* Ne s’appuyant pas sur les mêmes sources, le Rapport emploi publié demain ne conduira pas au même chiffre de taux de chômage.

Taux de chômage estimé : effectif estimé au chômage rapporté à la population active

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité  en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Tout investisseur doit prendre connaissance avant tout investissement du prospectus ou du document d’information clé de l’investisseur (DICI) de l’OPC. Ces documents et les autres documents périodiques peuvent être obtenus gratuitement sur simple demande auprès de Groupama AM ou sur www.groupama-am.com.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Edité par Groupama Asset Management – Siège social : 25 rue de la ville l’Evêque, 75008 Paris – Site web : www.groupama-am.com

Groupama AM

Groupama AM

Groupama Asset Management, filiale de Groupama, est l'un des principaux acteurs français de la gestion d'actifs pour le compte d’une clientèle composée d’ entités du groupe, d’investisseurs institutionnels, d’entreprises et de distributeurs.

A l’écoute de ses clients et des évolutions des marchés, Groupama Asset Management propose des solutions globales d’investissement qui couvrent les principales classes d’actifs. Pour construire des performances régulières dans une vision à long terme, les équipes de gestion mettent en œuvre une gestion responsable qui s’appuie sur d’importantes expertises internes de recherche.

Dotée d’une organisation à taille humaine, Groupama Asset Management offre une structure réactive et de proximité, à l’ensemble de ses clients. Chaque client tant en France qu’en Europe, fait l'objet d'une relation personnalisée avec les équipes commerciales permettant de lui proposer des solutions d’investissement pertinentes et adaptées.

Groupama AM est engagée de longue date sur le terrain de l’investissement socialement responsable (ISR), avec la conviction qu’un émetteur est d’autant plus performant qu’il intègre les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) au cœur de sa stratégie de gestion.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

juin

Pas d'évènement

juillet

Pas d'évènement

aout

Pas d'évènement

X