L'économie turque sera également sous pression. Si elle devait enregistrer une contraction moins forte que dans les autres EMs cette année (-4,8 %), sa reprise sera perturbée par les tensions financières persistantes liées au manque de crédibilité de la banque centrale et à la remontée de l'endettement externe alors que les réserves de change se trouvent à leur plus bas niveau depuis quinze ans.

Dans les économies émergentes (EMs), la reprise de la production industrielle s’est poursuivie en septembre 2020 selon les dernières enquêtes réalisées auprès des directeurs d’achat du secteur manufacturier. L’indice PMI agrégé des 15 principales EMs a progressé pour le cinquième mois consécutif, ressortant à 51,7 contre 51,1 en août et 37,4 en avril (cf. graphique 1). Cette nouvelle amélioration du climat des affaires n’est cependant pas généralisée. A la différence des mois précédents, des disparités importantes ont été observées (cf. graphique 2). Si l’accélération de l’activité se confirme encore une fois en Chine, la situation demeure plus délicate ailleurs. Dans certaines EMs, le rythme de la reprise s’est ralenti comme en Indonésie, au Brésil, au Mexique, en Russie ou en Turquie.

Pays émergents : PMI manufacturier

Ces résultats renforcent notre diagnostic selon lequel la reprise dans les EMs sera lente et disparate. Les EMs souffrent manifestement d’un déficit de demande intérieure. Le choc de confiance persiste en raison de la dégradation du marché de l’emploi, de la montée des inégalités et de la pauvreté (au Brésil et surtout en Inde) et de la vulnérabilité financière accrue notamment dans les pays dépendant du financement externe (Amérique latine, Europe centrale et orientale dont Turquie). Si le soutien des autorités est toujours là, son impact s’amenuise. L’étroitesse des marges de manœuvre à la fois du côté des finances publiques pour les uns (Brésil, Inde) et de la politique monétaire pour les autres (Europe centrale, Turquie) supposent qu’une nouvelle relance de grande ampleur est peu probable alors que le monde doit faire face à une nouvelle vague de contaminations et donc de mesures de prévention sanitaire.

Dans ce contexte, plusieurs EMs ne retrouveront leur niveau d’activité d’avant crise que courant 2022, voire qu’en 2023L’Inde sera la plus touchée. Son PIB devrait se contracter d’environ 10,5 % en 2020 (cf. graphique 3). Alors que la progression des cas infectés au Covid-19 est toujours soutenue à ce stade, le pays verra son potentiel de consommation freinée par la réaccélération de l’inflation, la dégradation du marché du travail et la montée de l’extrême pauvreté.

Pays émergents : croissance du PIB (%)

La reprise sera également incertaine dans les pays d’Amérique latine et d’Europe émergenteAu Brésil, l’économie se contracterait de 6,2 % en 2020. La crise économique provoquera une vive dégradation des comptes publics et une envolée de la dette. Le risque financier associé aux sorties de capitaux sera manifeste dans la mesure où aucune amélioration n’est perceptible à court terme. La politique budgétaire de l’administration Bolsonaro restera expansionniste à l’approche des élections présidentielles prévues pour fin 2022.

L’économie turque sera également sous pression. Si elle devait enregistrer une contraction moins forte que dans les autres EMs cette année (-4,8 %), sa reprise sera perturbée par les tensions financières persistantes liées au manque de crédibilité de la banque centrale et à la remontée de l’endettement externe alors que les réserves de change se trouvent à leur plus bas niveau depuis quinze ans.

L’exception sera chinoise. Jusqu’à présent, la Chine a pu bénéficier de la reprise de la demande des pays avancés, notamment en biens d’équipement électronique, produits pharmaceutiques et en équipements médicaux (surtout les masques). Le rattrapage vigoureux du secteur industriel, observé depuis avril, se consolide et le « retour à la normale » de l’ensemble des autres activités semble s’opérer. Ainsi, le pays aurait d’ores et déjà retrouvé son niveau d’avant crise au troisième trimestre (chiffre à confirmer le 19 octobre avec la publication des statistiques d’activité du mois de septembre). Dans ce contexte, l’économie chinoise pourrait enregistrer une croissance de 3 % cette année. Cette projection, plus optimiste que le consensus, est sujette toutefois à des risques de révision à la baisse. Nous en identifions trois : 1/ le risque d’une seconde vague d’infection et la faiblesse du marché du travail limitant la capacité de la consommation à soutenir la croissance ; 2/ la poursuite du désendettement défavorable aux investissements ; et 3/ les tensions persistantes avec les États-Unis qui entretiennent les incertitudes pour l’activité à l’exportation, ce quel que soit le vainqueur des élections présidentielles du 3 novembre prochain.

Disclaimer

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Groupama AM

Groupama AM

Groupama Asset Management, filiale de Groupama, est l'un des principaux acteurs français de la gestion d'actifs pour le compte d’une clientèle composée d’ entités du groupe, d’investisseurs institutionnels, d’entreprises et de distributeurs.

A l’écoute de ses clients et des évolutions des marchés, Groupama Asset Management propose des solutions globales d’investissement qui couvrent les principales classes d’actifs. Pour construire des performances régulières dans une vision à long terme, les équipes de gestion mettent en œuvre une gestion responsable qui s’appuie sur d’importantes expertises internes de recherche.

Dotée d’une organisation à taille humaine, Groupama Asset Management offre une structure réactive et de proximité, à l’ensemble de ses clients. Chaque client tant en France qu’en Europe, fait l'objet d'une relation personnalisée avec les équipes commerciales permettant de lui proposer des solutions d’investissement pertinentes et adaptées.

Groupama AM est engagée de longue date sur le terrain de l’investissement socialement responsable (ISR), avec la conviction qu’un émetteur est d’autant plus performant qu’il intègre les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) au cœur de sa stratégie de gestion.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour