Les chiffres publiés par Santé publique France montrent une nette amélioration de la situation épidémique depuis quelques jours : le nombre quotidien de nouveaux malades ralentit nettement, les nouvelles hospitalisations sont de moins en moins nombreuses et le taux de positivité diminue.

Graphique de la semaine

Les chiffres publiés par Santé publique France montrent une nette amélioration de la situation épidémique depuis quelques jours : le nombre quotidien de nouveaux malades ralentit nettement, les nouvelles hospitalisations sont de moins en moins nombreuses et le taux de positivité diminue.

Cette amélioration concerne la plupart des régions de France, en particulier l’Ile-de-France (IDF), la plus riche (environ un tiers du PIB) et la plus peuplée (environ 20% de la population) d’entre elles. Faut-il en déduire que l’inversion de tendance en IDF est la conséquence du reconfinement ?

Notre analyse

Il est difficile de répondre à cette question sur la base des données brutes fournies par Santé publique France car celles-ci présentent une forte saisonnalité. L’allongement des délais pour remonter l’information le week-end fait que les chiffres sont systématiquement plus faibles les samedis et dimanches et plus forts les lundis, par rattrapage.

Pour pallier ce problème et avoir une idée de la tendance, les données sont la plupart du temps lissées sur une semaine. L’inconvénient de cette méthode est que les chiffres ainsi obtenus ne reflètent plus seulement la situation épidémique instantanée mais également la situation passée. C’est pourquoi nous nous sommes efforcés de corriger la série dans le graphique ci-dessus en « gommant » les écarts observés avec régularité sur la semaine. Cette approche, similaire à la pratique classique de la correction des variations saisonnières pour les données économiques, permet de ne tenir compte que de la situation présente pour mieux voir quand le pic épidémique a été atteint.

Il est frappant de constater que la situation épidémique en Ile-de-France semblait déjà s’améliorer avant le reconfinement du 30 octobre. D’après nos calculs, un pic sur les nouvelles contaminations en Ile-de-France aurait été atteint le 24 octobre, soit six jours avant l’entrée en vigueur du confinement et bien avant que celui-ci n’ait le temps de produire ses effets. En retenant les hypothèses d’une période d’incubation du virus de 3 à 5 jours, de tests effectués dans la foulée et de résultats obtenus très rapidement, il faudrait au moins une semaine pour que celui-ci commence à avoir un impact sur les chiffres. En comparaison, les données lissées sur une semaine indiquent un pic épidémique le 28 octobre, jour de l’annonce du reconfinement, soit quatre jours plus tard que les données corrigées.

En conclusion, la séquence confinement-retournement de tendance en Ile-de-France n’est pas si évidente à analyser. Peut-être que les mesures prises précédemment étaient suffisantes pour inverser la tendance. L’arrivée des tests antigéniques, qui pouvait mécaniquement faire baisser le nombre de cas en se substituant aux tests PCR, ne peut pas expliquer la baisse postérieure au 24 octobre car ils ne sont disponibles en pharmacie que depuis le 31 octobre et en quantité modeste. Quoiqu’il en soit, l’analyse de séries désaisonnalisées peut aider à mieux lire l’évolution des courbes afin de détecter le pic épidémique le plus tôt possible. À ce titre, elle constitue un outil précieux d’aide à la décision.

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/chine-poursuite-de-la-reprise-economique/

 

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 19 novembre 2020 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS

Lazard Frères Gestion

Lazard Frères Gestion

Fondée en 1848 par trois Français d’origine alsacienne, Alexandre, Lazare et Simon Lazard, Lazard Frères & Co s’établit à la Nouvelle-Orléans en tant que maison de commerce.

Peu après, la société s’implante à San Francisco, où elle développe une activité de négoce. En relation avec le développement de son activité de commerce, elle crée un bureau de change entre l’Europe et les États-Unis, puis une banque. La maison de Paris est créée en 1854, celle de Londres en 1870 et celle de New York en 1880. Son influence dans le monde bancaire international s’est considérablement étendue, notamment dans ses principaux métiers que sont le conseil financier aux entreprises et la gestion d’actifs.

De cette histoire exceptionnelle est issue une culture qui a traversé les générations. Lazard est désormais cotée à la Bourse de New York depuis mai 2005, mais reste aussi détenue par ses associés et ses collaborateurs.

Lazard sert des investisseurs dans le monde entier avec une large gamme de solutions d'investissement et de services en gestion de portefeuille. Le métier de gestion d’actifs du groupe est présent dans 14 pays en Amérique du Nord, Europe, Asie et également en Australie. Il met l’accent sur des stratégies qui s’appuient sur la recherche intensive et une gestion active.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour