Dans cette chronique de l'Intelligence Artificielle, Rolando Grandi évoque le rôle de l'IA dans le domaine de la santé et des progrès qu'elle permet.

Dans les années 2060, la présidente française de Transparence, une société numérique, s’apprête à commercialiser Endless, projet qui consiste à transplanter l’âme humaine – les données personnelles d’un individu – dans une enveloppe corporelle artificielle. Si l’on est encore loin de ce monde brillamment imaginé par Marc Dugain[1], l’intelligence artificielle (IA) a commencé à faire muter la médecine. Avec l’augmentation des dépenses mondiales en soins qui devraient atteindre plus de 10 000 milliards de dollars en 2022[2], les services de santé tendent à se digitaliser partout dans le monde. Et pour ce secteur tout particulièrement, l’IA est porteuse d’espoir.

L’apport de l’IA infuse toutes les disciplines : biotechnologie, e-thérapie, épidémiologie, robotique chirurgicale, prothèses intelligentes, pharmacovigilance, etc. Sur tous les fronts, les avancées se multiplient. L’IA améliore la recherche médicale, dont elle réduit drastiquement les coûts. Le coût de séquençage de l’ADN est ainsi passé par exemple pour la medtech américaine ILLUMINA de 1 million de dollars en 2007 à 1 000 dollars en 2019. Il devrait baisser jusqu’à 100 dollars au cours de la prochaine décennie. La génération inédite de données permettra de développer grâce à l’IA des médicaments et des thérapies personnalisées pour chaque patient.

Le lancement en septembre 2019 par MICROSOFT et ASTRAZENECA, groupe pharmaceutique anglo-suédois, de la AI Factory for Health, accélérateur européen de start-ups de l’IA, renferme de belles promesses. Il accompagne notamment des start-ups spécialisées en oncologie, comme Owkin. Fondée par un mathématicien et un oncologue, spécialisée dans le machine learning appliqué à la recherche médicale, cette jeune pousse basée à Paris et à New York utilise l’IA et le big data pour accélérer la découverte de médicaments contre le cancer, dans le respect « total » des données des patients grâce au transfert learning. Une approche révolutionnaire de l’IA qui porte ses fruits : Owkin est à l’origine d’une découverte majeure, en octobre dernier, dans le traitement de la biologie tumorale.

Une e-santé en pleine forme

En Chine, qui compte 12 millions de professionnels de santé pour 1,4 milliard d’habitants, des assistants virtuels révolutionnent l’accès à la médecine. Les plateformes de santé connectée WeChat de TENCENT ou Good Doctor de PING AN HEALTHCARE AND TECHNOLOGY – qui a doublé son chiffre d’affaires au premier semestre 2019 – sont en grande forme. Si la France n’a pas encore sauté le pas, les applications de santé commencent à y fleurir. Qare vous donne ainsi accès à des téléconsultations remboursées par la Sécurité Sociale, depuis votre portable… Un remède simple aux déserts médicaux ?

Des robots aux petits soins

Autre terrain d’exploration et d’opportunités, la robotique, dont le marché médical mondial représentait en 2018 6,5 milliards de dollars. Grâce à elle, les machines se dotent de capacités perceptuelles, décisionnelles et d’action améliorées et l’éclosion des robots transforme le secteur de la santé : des robots animateurs stimulent les pensionnaires de maisons de retraite sur le plan cognitif ; des prothèses intelligentes réparent ou augmentent le corps humain ; des robots médicaux améliorent la dextérité des chirurgiens. C’est le cas de Da Vinci d’INTUITIVE SURGICAL, qui a déjà à son actif plus de cinq millions d’opérations dans le monde. Autre exemple ? Un bras robotique piloté grâce à la 5G a permis à un chirurgien chinois de réaliser, en 2019, la première intervention chirurgicale cérébrale… à 3 000 km de distance.

Les champs d’application de l’IA sont vastes dans un marché en pleine effervescence. En 2035, la valeur ajoutée brute du secteur de la santé de 12 pays développés est estimée à 2 260 milliards de dollars, et en ajoutant l’apport de l’IA, à 2 721 milliards de dollars [3], soit plus que le PIB de la France.

[1] Transparence, M. Dugain, Gallimard, 2019
[2] Global Healthcare sector issues in 2019, Deloitte
[3]How AI boosts Profits and Innovation, Accenture & Frontier Economics, 2017
LFDE

LFDE

Créée en 1991, La Financière de l’Echiquier est l’une des premières sociétés de gestion indépendantes de France, avec près de 11 milliards d’euros d’actifs sous gestion et une centaine de collaborateurs. Son métier : la gestion d’épargne et de placements financiers pour le compte de clients particuliers, de conseillers en gestion de patrimoine et d’institutionnels. LFDE est également présente en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, ainsi qu’au Benelux.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

janvier

Pas d'évènement

février

Pas d'évènement

X