À lire : le macroscope de la semaine par Enguerrand Artaz et Olivier de Berrange

L’impact de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE) sur les marchés est finalement plutôt mitigé. Il faut dire que les investisseurs en attendaient beaucoup : un discours très accommodant de Mario Draghi ; des précisions sur un éventuel nouveau programme de rachat d’actifs ainsi que sur la possibilité d’un « tiering » (mesures en faveur des banques pour atténuer l’impact des taux négatifs) ; et même une baisse du taux de dépôt, dont les marchés estimaient la probabilité à près de 40%.

Finalement, beaucoup d’investisseurs semblent être restés sur leur faim. Le maintien d’un statu quo sur le taux de dépôt a été plutôt bien digéré. En effet, même si certains l’espéraient, une baisse n’était pas le scénario central. Et surtout, les marchés ont rapidement balayé ce non-événement pour se concentrer sur le discours de Mario Draghi, attendu très accommodant. Il ne l’a pas été autant qu’espéré.

Certes, le communiqué du Conseil des gouverneurs a intégré deux changements significatifs. D’une part, alors que jusque-là, il était question de « maintenir les taux à leur niveau actuel », la sémantique est à présent de les maintenir « à leur niveau actuel ou plus bas », ce qui annonce clairement une baisse de taux d’ici la fin de l’année, et même, peut-être, dès le mois de septembre. D’autre part, alors que l’inflation était auparavant abordée comme devant être « inférieure mais proche de 2% », le communiqué fait mention uniquement d’une convergence avec « sa cible ». Tout comme la Réserve fédérale (Fed), la BCE va donc adopter une approche « symétrique » sur l’inflation. Autrement dit, elle sera prête à laisser l’inflation dépasser les 2% sans remonter nécessairement les taux, afin de s’assurer que la tendance soit durable.

Si ces points entérinent le tournant très accommodant de la BCE, ils avaient été annoncés par Mario Draghi lors de son discours à Sintra. Aucune réelle surprise donc dans ces modifications du communiqué. C’est lors de la conférence de presse que les marchés se sont mis à douter. Ainsi, à la question « pourquoi ne pas couper les taux dès aujourd’hui ? », Mario Draghi a –t-il expliqué qu’il était « difficile d’être pessimiste aujourd’hui ». Au lendemain de la publication des très mauvais chiffres économiques de la zone euro, la rhétorique a de quoi surprendre, même si M. Draghi a invoqué la bonne tenue de la consommation et de l’emploi. Il a également insisté sur le fait que « la politique monétaire a déjà fait beaucoup », appelant directement les Etats à soutenir l’action de la BCE par des plans de relance budgétaire.

Par ailleurs, même si M. Draghi a rappelé que tous les instruments pouvaient être utilisés pour renforcer la politique monétaire, il semble qu’à ce stade, il n’y ait pas de consensus au sein du Conseil des gouverneurs sur les décisions à prendre, ni sur leur ampleur. Là encore, il faudra attendre le mois de septembre. Seule concession faite aux marchés : la garantie que toute baisse de taux sera accompagnée d’un mécanisme de « tiering ». Un peu maigre au vu des attentes…

Aplanir les dissensions au sein du Conseil des gouverneurs, définir l’ampleur et les actifs concernés par l’éventuelle relance d’un programme de rachat d’actifs, étudier les effets d’une nouvelle baisse des taux sur l’industrie bancaire afin de calibrer le « tiering » ou encore analyser les futures publications économiques pour affiner leurs estimations : les membres de la BCE vont devoir s’acquitter de beaucoup de devoirs de vacances cette année !

LFDE

LFDE

Créée en 1991, La Financière de l’Echiquier est l’une des premières sociétés de gestion indépendantes de France, avec près de 11 milliards d’euros d’actifs sous gestion et une centaine de collaborateurs. Son métier : la gestion d’épargne et de placements financiers pour le compte de clients particuliers, de conseillers en gestion de patrimoine et d’institutionnels. LFDE est également présente en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, ainsi qu’au Benelux.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

janvier

Pas d'évènement

février

Pas d'évènement

X