Revenu de manière fracassante sur le devant de la scène boursière la semaine passée, Donald Trump a, une nouvelle fois, été au cœur de l’actualité.

Revenu de manière fracassante sur le devant de la scène boursière la semaine passée, Donald Trump a, une nouvelle fois, été au cœur de l’actualité.

En réitérant, d’abord, ses déclarations peu amènes et ses menaces à peine voilées envers la Chine. Il a répété que Pékin avait « brisé l’accord », s’est réjoui de la mise en place des nouveaux tarifs douaniers et a mis en garde contre un accord plus difficile à obtenir après sa potentielle réélection. Et si certaines déclarations étaient plus positives, c’est toujours ce ton vindicatif qui domine.

En signant, ensuite, un décret interdisant aux opérateurs américains de télécommunications de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque. Ce décret, adopté en invoquant l’« urgence nationale », vise directement la Chine – et en premier lieu le géant Huawei. Si cette mesure était prévue depuis quelques temps, elle prend une autre teinte au regard du regain de tensions actuel. La Chine a d’ailleurs immédiatement réagi en dénonçant un stratagème déloyal, qui pourrait « nuire davantage aux relations économiques et commerciales ».

En reportant, enfin, de six mois sa décision sur une éventuelle taxation des voitures et pièces détachées européennes et japonaises. Une information d’abord rapportée par la presse américaine puis confirmée officiellement vendredi, et que les marchés ont interprétée comme marquant le retour d’un Trump plus « négociateur ».

Il serait toutefois erroné d’analyser la situation actuelle uniquement au travers du positionnement et des déclarations de Donald Trump. La réponse chinoise est en effet tout aussi importante. En fin de semaine, Pékin a d’ailleurs refroidi des investisseurs sans doute trop optimistes en signalant avoir peu d’intérêt à poursuivre les négociations en raison du manque récent de sincérité de Donald Trump. Jusqu’ici, aucune date n’a été avancée pour la reprise des discussions, si ce n’est une potentielle rencontre entre Trump et Xi Jinping lors du G20 (les 28 et 29 juin prochain). Ces déclarations prouvent que la Chine pourrait être tentée de jouer la montre.

En effet, même si 325 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires sont menacés d’être surtaxés, la marge de manœuvre des Etats-Unis se réduit à chaque nouvelle hausse des tarifs. Il est difficile de concevoir que Washington puisse augmenter davantage les droits de douane ou recourir au boycott massif de produits chinois, eu égard à l’importance des relations qu’entretiennent nombreuses entreprises américaines avec la Chine. Par ailleurs, si l’impact de ce surplus de taxes sur l’économie chinoise est réel, il reste cependant mesuré et pourra être compensé par la mise en place de mesures de relance économique. Par ailleurs, la Chine n’est guère soumise à des perspectives électorales, et la fermeté de ses dirigeants dans ce dossier est soutenue par la population. La situation est différente pour Donald Trump, qui prépare une réélection en vue de laquelle un accord avec la Chine serait un atout majeur.

Plus qu’une rupture unilatérale des négociations ou une escalade des représailles, le risque central est donc l’enlisement. Et alors que les investisseurs considéraient un accord comme très probable, cela entraîne un retour des incertitudes. Une situation jamais vraiment appréciable pour les marchés.

Telex

►   Rechute. Après deux mois de stabilisation et de léger redressement, les chiffres chinois pour le mois d’avril ont de nouveau déçu. Les ventes au détail ralentissent, affichant une progression en glissement annuel de 7,2%, contre 8,7% en mars. La production industrielle freine plus nettement encore, avec une progression de 5,4% sur un an, (8,5% en mars). L’investissement des entreprises a lui aussi surpris à la baisse.

► Machine relancée. En berne depuis plusieurs mois, le secteur manufacturier américain semble reprendre des couleurs. C’est en tout cas ce que laissent penser les récentes publications de l’Empire Manufacturing, qui mesure l’activité du secteur manufacturier de l’Etat de New York, et du Philly Fed (indice analogue sur une partie du nord-est américain). Les indicateurs ont nettement progressé par rapport au mois précédent et ont largement battu les attentes du consensus.

► Dialogue de sourds. Après près d’un mois et demi de pourparlers, le parti travailliste britannique a pris acte de l’échec des négociations avec le gouvernement conservateur de Theresa May, en vue d’adopter une position commune sur le Brexit. Le leader du Labour, Jeremy Corbyn, a justifié ce choix par la décision prise jeudi par Theresa May d’organiser début juin l’élection du nouveau chef du parti conservateur. M. Corbyn a estimé que cela rend le gouvernement « encore plus instable et sape son autorité », Mme May n’étant plus, d’après lui, « en mesure de parvenir à une solution de compromis ».

Auteurs : Olivier de Berranger, CIO ; Enguerrand Artaz, Fund Manager

ISIN Echiquier Major SRI Growth Europe A : FR0010321828 – Niveau de risque : 5/7
ISIN Echiquier Major SRI Growth Europe I : FR0011188275 – Niveau de risque : 5/7
Les valeurs citées sont données à titre d’exemple. Ni leur présence dans les portefeuilles gérés, ni leur performance ne sont garanties. Les fonds présentent un risque de perte en capital. Ce document ne présente pas de caractère contractuel. Il ne peut être remis à des tiers qu’avec l’accord préalable de La Financière de l’Echiquier. Les informations sont fournies à partir des meilleures sources en notre possession. Ces informations et ce document ne sont pas constitutifs d’un conseil en investissement. Pour plus d’informations sur les fonds présentés, nous vous invitons à vous référer au prospectus disponible sur simple demande auprès de la société de gestion au +33.(0)1.47.23.90.90 ou à contacter votre interlocuteur habituel
LFDE

LFDE

Créée en 1991, La Financière de l’Echiquier est l’une des premières sociétés de gestion indépendantes de France, avec près de 11 milliards d’euros d’actifs sous gestion et une centaine de collaborateurs. Son métier : la gestion d’épargne et de placements financiers pour le compte de clients particuliers, de conseillers en gestion de patrimoine et d’institutionnels. LFDE est également présente en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, ainsi qu’au Benelux.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

septembre

17sepToute la journée18Les Journées du CourtagePalais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

25sep19 h 00 min22 h 00 minBefore Patrimonia /// Sogenial ImmobilierBistrot des célestins L'organisateur: Sogenial Immobilier

26sepToute la journéeGrands Prix du Gouvernement d'Entreprise 2019Cercle de l'Union Interalliée

26sep(sep 26)8 h 30 min27(sep 27)19 h 00 minPatrimonia 2019Centre de Congrès de Lyon L'organisateur: Infopro Digital

octobre

08oct8 h 15 min20 h 00 minAM TECH DAY 2019Palais Brongniart L'organisateur: AGEFI Actifs

10octToute la journée1118e Global Invest Forum de l’AGEFIHôtel InterContinental L'organisateur: AGEFI Actifs

11octToute la journée13Salon de l’Immobilier et de l’InvestissementCarrousel du Louvre

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

X