Après un début de mois en fanfare, les marchés actions clôturent proches de l’équilibre une semaine dominée par un seul mot : attentisme.

Attentisme sur la question du Brexit d’abord. Malgré le scepticisme de la France, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont décidé d’accorder au Royaume-Uni un report flexible de la date du Brexit. Alors que Donald Tusk, président du Conseil européen, avait proposé un report pouvant aller jusqu’à 12 mois, c’est finalement un délai de 6 mois maximum – soit jusqu’au 31 octobre – qui a été accordé. Seule contrepartie demandée par l’UE : l’organisation par le Royaume-Uni d’un scrutin pour les élections européennes. Trois scénarios restent ainsi sur la table : une adoption sans renégociation de l’accord conclu en novembre dernier, un abandon de l’article 50 et donc le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, ou un hard Brexit le 31 octobre. Ce report, attendu après la proposition de Donald Tusk la semaine précédente, a le mérite d’éviter une progression de date butoir en date butoir mais ne permet pas d’avancée significative.

Attentisme du côté de la BCE ensuite. A l’issue de la dernière réunion de la banque centrale mercredi, son Président a fait preuve d’une prudence sémantique aux limites de l’exercice de style. Alors que les investisseurs espéraient qu’il donne davantage de précisions sur les nouvelles opérations de refinancement à long terme des banques (TLTRO 3), Mario Draghi s’est contenté de renvoyer à la prochaine réunion la définition de ces modalités. Tout au plus a-t-il précisé qu’elles dépendraient de l’évolution des prêts au secteur privé et des perspectives économiques. Rien de nouveau, donc. Quant à la mesure visant à atténuer les effets néfastes des taux d’intérêts négatifs sur le secteur bancaire évoquée auparavant par la presse, elle n’a pas non plus été discutée. Mario Draghi s’est même ingénié à ne pas prononcer le terme de « tiering », qui désigne la possibilité pour les banques d’être exemptées de payer un taux de 0,40% par an à la BCE sur une partie de leurs liquidités excédentaires. En résumé, comme il l’a lui-même affirmé, cette réunion avait pour objet l’analyse des perspectives économiques et non une quelconque prise de décision. Autrement dit, la BCE se laisse la possibilité d’un rebond de la conjoncture au deuxième trimestre, et patiente avant de se montrer encore plus accommodante.

Attentisme du côté des marchés, enfin. La semaine n’a pourtant pas été avare en actualités sur les fronts de la macroéconomie, de la (géo)politique et des banques centrales. Mais la saison des résultats d’entreprises, qui s’est ouverte vendredi avec les publications des banques américaines JP Morgan et Wells Fargo, invite à une certaine prudence. D’une part, les anticipations de BPA ont été nettement revues à la baisse au cours des dernières semaines. D’autre part, les investisseurs chercheront à déceler dans les publications des banques américaines, qui ouvrent le bal du premier trimestre, des indications sur les risques de récession aux Etats-Unis et notamment sur le niveau des taux de défaut sur les prêts (à la consommation en particulier).

Un attentisme généralisé donc, mais qui surprend peu, alors que les grands indices actions mondiaux affichent quasiment tous une progression à deux chiffres depuis le début de l’année.

Telex

►  Rassurante Chine, épisode 2.Après la bonne publication de l’indice PMI services la semaine passée, les chiffres chinois continuent de rassurer. La balance commerciale est ressortie très largement au-dessus des attentes, avec des exports en nette hausse (+14,2% contre +6,5% attendus) et des importations qui chutent (-7,6% contre +0,2% attendues). Mais, surtout, les nouveaux prêts libellés en yuan ont nettement augmenté, atteignant 1 690 milliards de yuans contre 1 250 attendus et 886 le mois précédent – fruit des mesures de relance mises en place par les autorités gouvernementales et la banque centrale. La croissance de la masse monétaire totale (M2) a également surpris à la hausse.

►  Freinage à l’italienne. Le gouvernement a nettement revu à la baisse ses estimations de croissance économique. Les autorités tablent désormais sur une croissance du PIB de 0,1% pour 2019 (contre 1% précédemment). Le ratio déficit/PIB est du même coup revu à la hausse, à 2,4% contre 2,0% précédemment. Des discussions budgétaires ont lieu entre le Premier ministre, le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, à l’heure où cette dernière propose la mise en place d’une flat tax.

►   Nouveau front. Alors que se dessine un accord avec la Chine, Donald Trump semble déterminé à ouvrir un nouveau front dans la « guerre commerciale » – contre l’Europe cette fois. Le Président américain a profité d’un rapport du département du commerce, au sujet d’un conflit qui oppose les Etats-Unis et l’Europe sur les subventions à l’aéronautique, pour se fendre d’un nouveau tweet dans lequel il menace l’UE de représailles douanières si elle ne met pas fin aux subventions à Airbus. La Commission européenne a réagi en annonçant avoir commencé à préparer des représailles contre Boeing.

Le picking de la semaine

LVMH, un premier trimestre au-delà des attentes

L’actu. LVMH a publié au titre du premier trimestre 2019 un chiffre d’affaires qui dépasse nettement les attentes, et auquel ont contribué toutes les activités du groupe.

Notre analyse. A +11%, contre +8,8% attendue, la croissance organique au premier trimestre a notamment été tirée par les très bonnes performances des divisions Mode & Maroquinerie (+15%) et Vins & Spiritueux (+9%), qui représentent 75% des profits du groupe et dont les marges dépassent celles des autres activités. La division Parfums & Cosmétiques reste sur une tendance positive avec une croissance de +9% – même si celle-ci est plus faible qu’attendue. Enfin, la distribution sélective (DFS et Sephora) a vu une amélioration de sa croissance. Seuls les résultats de la division Montres et Joaillerie sont ressortis en-dessous des attentes. LVMH a évoqué plusieurs éléments positifs parmi lesquels l’amélioration de son réseau de distribution, avec des ouvertures de magasins à Florence, Londres, Monaco et Shanghai. Un sujet attendu était celui de la répartition géographique de la croissance des ventes, sur fond d’inquiétudes sur la croissance chinoise. Avec une croissance des ventes de +17%, la zone Asie hors Japon rassure quant à la robustesse de la demande en Chine.

En conclusion. Malgré la forte hausse du titre depuis le début de l’année, nous restons très positifs sur LVMH après ces résultats qui surpassent nettement nos estimations, et nous conservons nos positions dans Echiquier Major SRI Growth Europe.

Auteurs : Olivier de Berranger, CIO ; Enguerrand Artaz, Fund Manager

ISIN Echiquier Major SRI Growth Europe : FR0010321828 – Niveau de risque : 5/7
ISIN Echiquier Major SRI Growth Europe I : FR0011188275 – Niveau de risque : 5/7
Les valeurs citées sont données à titre d’exemple. Ni leur présence dans les portefeuilles gérés, ni leur performance ne sont garanties. Les fonds présentent un risque de perte en capital. Ce document ne présente pas de caractère contractuel. Il ne peut être remis à des tiers qu’avec l’accord préalable de La Financière de l’Echiquier. Les informations sont fournies à partir des meilleures sources en notre possession. Ces informations et ce document ne sont pas constitutifs d’un conseil en investissement. Pour plus d’informations sur les fonds présentés, nous vous invitons à vous référer au prospectus disponible sur simple demande auprès de la société de gestion au +33.(0)1.47.23.90.90 ou à contacter votre interlocuteur habituel.

LFDE

LFDE

Créée en 1991, La Financière de l’Echiquier est l’une des premières sociétés de gestion indépendantes de France, avec près de 11 milliards d’euros d’actifs sous gestion et une centaine de collaborateurs. Son métier : la gestion d’épargne et de placements financiers pour le compte de clients particuliers, de conseillers en gestion de patrimoine et d’institutionnels. LFDE est également présente en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, ainsi qu’au Benelux.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

juillet

02jui8 h 30 min19 h 30 minLes Assises de l'immobilierIntercontinental Paris L'organisateur: AGEFI Actifs

02jui18 h 00 min20 h 00 minHuitième édition des Prix Quantitatifs de la Pierre-papierHôtel InterContinental L'organisateur: Pierre-papier

04juiToute la journéeLes rencontres YCAP - PARISThe Big ShortYcap partners L'organisateur: YCAP partners

09jui(jui 9)8 h 30 min10(jui 10)16 h 00 minParis EuroPlacePavillon Gabriel L'organisateur: Paris EuroPlace

aout

29aou14 h 00 min20 h 00 minUniversité d'été de l'Asset Management 2019Université Paris-Dauphine L'organisateur: Sanso IS

septembre

26sepToute la journéeGrands Prix du Gouvernement d'Entreprise 2019Cercle de l'Union Interalliée

26sep(sep 26)8 h 30 min27(sep 27)19 h 00 minPatrimonia 2019Centre de Congrès de Lyon L'organisateur: Infopro Digital

X