A l’aube d’une nouvelle année, il est d’usage de se prêter au rituel des vœux… ainsi qu’à l’exercice traditionnel des prévisions économiques et financières. Comme disait Pierre Dac, « les prévisions sont difficiles surtout lorsqu’elles concernent l’avenir » … et il n’est pas rare que des évènements peu anticipables conduisent les investisseurs à revoir radicalement leurs pronostics initiaux.

A l’aube d’une nouvelle année, il est d’usage de se prêter au rituel des vœux… ainsi qu’à l’exercice traditionnel des prévisions économiques et financières. Comme disait Pierre Dac, « les prévisions sont difficiles surtout lorsqu’elles concernent l’avenir » … et il n’est pas rare que des évènements peu anticipables conduisent les investisseurs à revoir radicalement leurs pronostics initiaux. Un exemple ? Le revirement brutal de la Fed le 4 janvier 2019, alors que le consensus misait sur la prudence. Ce mouvement, d’une posture restrictive à une attitude accommodante, a constitué un bouleversement mal anticipé qui explique in fine une bonne partie de la hausse des actions et de la baisse des taux de 2019.

Pour autant, il est de règle de se plier à ce délicat exercice prévisionnel…

Sur le front économique, l’orage lié à la guerre commerciale sino-américaine semble se dissiper, la signature d’un accord préliminaire le 15 janvier prochain étant bien engagée. Un soulagement pour la confiance des entreprises et des ménages, qui devrait soutenir l’investissement et la consommation dans les mois à venir. Les indicateurs économiques avancés consacrent depuis quelque temps cet éclaircissement et les points bas d’activité économique semblent à présent derrière nous.

Sur le plan monétaire, le statu quo est le dénominateur commun de la Fed et de la BCE. La Réserve américaine a annoncé attendre encore avant d’envisager de modifier le niveau ses taux directeurs. Et du côté de la banque centrale européenne, peu de perturbations à l’horizon. Sa nouvelle présidente, Christine Lagarde, se laisse le temps de mener une revue stratégique afin d’évaluer l’impact des derniers instruments utilisés (taux directeur négatif, quantitative easing…).

Sous l’angle géopolitique, là où la prévision se révèle la plus complexe, l’enjeu principal est l’élection présidentielle américaine de novembre 2020. Si les thèmes centraux de la campagne sont encore imprécis, il est probable que les décisions de fin de mandat du président Trump seront de nature à soutenir les marchés boursiers : Trump en a fait l’un de ses baromètres favoris pour mesurer la réussite économique de son mandat. Sur le front international, si les tensions au Moyen-Orient et avec la Corée du Nord se font plus fortes, il paraît peu probable que les Etats-Unis s’engagent dans un conflit direct à la veille d’une élection, d’autant que D. Trump a fait du retrait des troupes engagées en opérations extérieures une priorité.

Côté microéconomie enfin, les analystes anticipent encore près de 10% de croissance des résultats pour les entreprises européennes et américaines en 2020. Des anticipations particulièrement optimistes compte-tenu du contexte macroéconomique, mais la révision de ces chiffres à la baisse est un autre rituel en début d’exercice. Si la croissance réalisée se situe mid single digit, autour de 5% en bon français, 2020 sera un bon millésime en termes de résultats et constituera a priori un soutien non négligeable pour les actions.

Gageons que cette nouvelle année nous réserve le meilleur et que le millésime 2020 soit un bon cru après un millésime 2019 exceptionnel à bien des égards.

Telex

♦ Explosif. Vendredi dernier, l’assassinat du général iranien Soleimani sur le sol irakien par l’armée américaine a mis le feu au cours du pétrole. Peu après, le brent s’est envolé de +3,5%. Cet évènement survient après l’attaque de l’ambassade américaine de Bagdad trois jours plus tôt.

♦Bonne surprise pour l’activité en zone euro. La mise à jour des PMI flash manufacturiers de décembre a donné lieu à des révisions à la hausse pour la France, l’Allemagne, et donc la zone euro. Seule l’Italie déçoit.

Le picking de la semaine

ACCENTURE, au-delà des attentes

♦ L’actu. La société de conseil spécialisée dans la stratégie d’entreprise, la transformation numérique et le digital a annoncé des chiffres du 1er trimestre 2020 supérieurs aux attentes du consensus.

♦ Notre analyse. LAprès une année 2019 réussie, les perspectives positives se confirment pour 2020. ACCENTURE a publié mi-décembre de bons chiffres de ses ventes, en hausse de +9%, ainsi que des profits opérationnels, avec une marge à 32,1%, soit un point plus haut que l’an dernier. Ces métriques supérieures aux attentes des analystes permettent au management de relever légèrement le bas de la fourchette des anticipations annuelles. Si ce premier trimestre ressort légèrement faible sur les commandes (-1%), les perspectives pour le 2e trimestre sont très encourageantes sur toutes les géographies. Les deux tiers des ventes sont désormais portés par les nouveaux services, le cloud, le digital ou encore la cybersécurité. Dans ces domaines, ACCENTURE a su se garantir une importante part de marché, loin devant ses concurrents.

♦ En conclusion. Les investissements réalisés par le groupe français pour forger une expertise sur l’innovation, le digital et la technologie porte ses fruits. Sa valorisation s’établit à près de 26 fois le P/E, en haut de fourchette historique, et soutenue par des perspectives favorables sur tous les marchés finaux.

Auteurs : Olivier de Berranger, CIO ; Clément Inbona, Fund Manager

Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.
La Financière de l’Échiquier décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions.

LFDE

LFDE

Créée en 1991, La Financière de l’Echiquier est l’une des premières sociétés de gestion indépendantes de France, avec près de 11 milliards d’euros d’actifs sous gestion et une centaine de collaborateurs. Son métier : la gestion d’épargne et de placements financiers pour le compte de clients particuliers, de conseillers en gestion de patrimoine et d’institutionnels. LFDE est également présente en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, ainsi qu’au Benelux.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

janvier

09jan16 h 30 min19 h 00 minConférence : Actifs pour le futur #3 (Ecofi)La gestion d’aujourd’hui pour le monde de demainÉlysées Biarritz L'organisateur: Ecofi

30jan17 h 30 min20 h 00 min16e édition du "Grand Prix du Patrimoine - Experts Certifiés"Fondation Dosne-Thiers L'organisateur: AGEFI Actifs

février

04fevToute la journéeLes Rencontres Climat et Finance Durable - 4ème éditionLes Salons de l'Hôtel des Arts & Métiers L'organisateur: Option Finance

06fevToute la journéeFinance Summit 2020WHAT WILL IT TAKE TO MAKE EUROPE’S FINANCIAL SECTOR MORE RESILIENT AND SUSTAINABLE?Cercle de l'Union Interalliée L'organisateur: AGEFI

mars

03marToute la journée4ème édition des Rencontres Private EquityMaison des Arts & Métiers L'organisateur: Option Finance

X