L’accélération des innovations numériques génère une forte augmentation de la consommation de métaux rares, des composants de plus en plus indispensables.

Leurs caractéristiques et leur exploitation soulèvent de nombreuses questions quant à la responsabilité des entreprises, notamment en termes d’enjeux opérationnels, environnementaux, sociaux et réglementaires.

Qu’est-ce que les métaux rares ?

Ces métaux méconnus servent pourtant à fabriquer de nombreux objets usuels (téléphones portables, ordinateurs, éclairages, voitures…) ou en faveur de la transition énergétique (éoliennes, batteries, chimie…). Leur extraction génère une forte utilisation de ressources puisqu’ils sont présents en faible concentration dans la nature.

Quels sont les risques liés à ces matières ?

Il existe un risque d’approvisionnement, notamment concernant les terres rares dont 95 % de la production est réalisée en Chine. Cette situation quasi-monopolistique pourrait avoir des conséquences importantes au niveau géopolitique, voire géoéconomique.

Par ailleurs, leurs conditions sociales d’extraction et leurs conséquences environnementales font l’objet de vives critiques.

Comment s’en prémunir ?

Les grandes entreprises sont dans l’obligation d’avoir une vision et une compréhension approfondies de l’impact de leurs fournisseurs en matière de respect des droits humains. Ceci implique une transparence totale sur la chaîne d’approvisionnement : un enjeu de taille lorsque la production dépend de l’approvisionnement en matières premières stratégiques. Il s’agit, de plus, d’éviter tout transfert de responsabilité de l’entreprise, qui externaliserait les problématiques sociales et environnementales de son activité au niveau de ses fournisseurs.

Pour en savoir plus :

Le rapport, « Les chaînes d’approvisionnement en métaux rares – Les enjeux pour une transition énergétique durable », s’inscrit dans les actions menées par le réseau d’engagement actionnarial européen Shareholders for Change. Il est publié, dans son intégralité, sur le site internet de Meeschaert AM.

FOCUS

L’éolien : un secteur qui a le vent en poupe

Que ce soit en onshore ou en offshore, ce dispositif de transformation de l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique nécessite l’utilisation de métaux rares à plusieurs niveaux.

L’Union européenne souhaitant que 32 % de son mix énergétique soit issu d’énergies renouvelables d’ici 2030 (contre 22,7 % actuellement), les parcs devraient encore se multiplier. Selon les scénarios, les énergies renouvelables et l’hydraulique devraient constituer entre 65 % et 81 % du mix énergétique européen en 2040, dont entre 30 et 35 % d’énergie éolienne.

A l’heure actuelle, les turbines sont majoritairement composées d’une transmission avec multiplicateur. Cependant, à horizon 2020, la moitié des éoliennes offshore utiliseront des turbines à entraînement direct. Or cette dernière technologie utilise des métaux rares, notamment le néodyme et le dysprosium.

Il relève donc de la responsabilité des acteurs de la chaîne de valeur éolienne de conduire des diligences raisonnables auprès de leurs fournisseurs, afin d’identifier, de prévenir et de réduire les impacts négatifs de cette production.

Consulter le site ISR du groupe et découvrez le rapport sur « Les chaînes d’approvisionnement en métaux rares – Les enjeux pour une transition énergétique durable ».

Meeschaert

Meeschaert

Créé en 1935, notre groupe de 192 collaborateurs compte aujourd’hui neuf bureaux en France, et une implantation à New York.
Nos ambitions de développement s’appuient sur quatre activités principales : la gestion privée, le family office, la gestion d’actifs et le private equity.
Nos clients sont des chefs d’entreprise et des familles, des institutionnels et des associations.

Nous avons su préserver notre indépendance grâce à un actionnariat familial et un esprit entrepreneurial demeuré intact, dans le respect de nos valeurs fondatrices.
Pionniers des gestions éthiques avec la création du premier fonds français, Nouvelle Stratégie 50, dès 1983, notre démarche a évolué d’une approche de l’ESG basée sur le « Best in Class » et sur l’exclusivité vers des critères d’intégration positive.
Notre équipe dédiée aux gestions responsables, récemment renforcée, et notre ancienneté dans ce domaine nous confèrent une forte légitimité sur le marché.

Depuis ses origines, Meeschaert met l’innovation, source de performance, au service du sens et accompagne ainsi ses clients soucieux de donner une valeur supplémentaire à leurs investissements. Cette démarche sociétale s’est traduite au fil des décennies à différents niveaux : mode de rémunération, nature et objectivité des conseils apportés, antériorité et dynamisme de fonds éthiques, philanthropie…
Elle perdure toujours aujourd’hui au travers de projets d’entreprise, comme le bilan carbone ou la fondation d’entreprise, ou d’actions suggérées et menées par les collaborateurs, comme des collectes de dons du sang ou la participation à des épreuves sportives soutenant des causes.

Pour en savoir plus sur notre groupe et nos activités, vous pouvez vous rendre sur notre site www.meeschaert.com, nous contacter par téléphone au 01 53 40 20 20 ou par mail sur contact@meeschaert.com

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

octobre

08oct8 h 15 min20 h 00 minAM TECH DAY 2019Palais Brongniart L'organisateur: AGEFI Actifs

10octToute la journée1118e Global Invest Forum de l’AGEFIHôtel InterContinental L'organisateur: AGEFI Actifs

11octToute la journée13Salon de l’Immobilier et de l’InvestissementCarrousel du Louvre

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

X