A côté des événements chinois, que nous traitons régulièrement sur notre fil Twitter et LinkedIn, les élections américaines sont l’autre thème majeur de ce début 2020.  Les marchés jouent la réélection de Trump mais le risque de l’arrivée au pouvoir d’un candidat plus hostile à Wall Street est sous-estimé.

A côté des événements chinois, que nous traitons régulièrement sur notre fil Twitter et LinkedIn, les élections américaines sont l’autre thème majeur de ce début 2020.  Les marchés jouent la réélection de Trump mais le risque de l’arrivée au pouvoir d’un candidat plus hostile à Wall Street est sous-estimé.

Les primaires démocrates, qui ont débuté de façon chaotique en Iowa, marquent le vrai début du processus électoral américain qui va nous conduire jusqu’au 3 novembre 2020, jour de l’élection présidentielle.

Les marchés considèrent que démocrates sont mal partis. Ils sont divisés entre un pôle centriste, type « New Democrats », héritier de Bill Clinton et d’Obama (Biden, Buttigieg, Klobuchar), un pôle social-démocrate type Rooseveltien (Warren) et un pôle social-identitaire (Sanders) soutenu par la jeune garde du Congrès américain, à l’exemple d’Alexandria Ocasio-Cortez , Ilhan Omar ou Rashida Tlaib. Réunir ces fractions à l’issue du processus des primaires sera difficile. 

Il faudra en outre, pour gagner la Maison Blanche le 3 novembre, séduire les électeurs indépendants, qui ne se sentent proches d’aucun grand parti et qui s’étaient abstenus ou avaient voté Trump en 2016. Ce sera indispensable pour faire basculer les fameux « Swing States », ces états clés où tout va se jouer: le Michigan, le Wisconsin, la Pennsylvanie, la Floride et l’Arizona, où l’écart en 2016 entre Trump et Clinton était inférieur à 2%.

Le défi est donc immense pour les démocrates. L’organisation très difficile du caucus de l’Iowa, qui a confirmé la grande dispersion de l’électorat, a permis à Trump de railler leur incapacité à se mettre d’accord.

Ceci rend très confiants les supporteurs du Président, nombreux à Wall Street, et convaincus de la bonne fortune de leur champion, qui plus est favori incontesté des bookmakers. Sa cote de victoire pour le 3 novembre au lendemain du caucus de l’Iowa est même passée de 2/1 à 1.7/1.

Outre les divisions du camp démocrate, Trump a de vrais atouts. L’activité est dynamique, comme le montre notre indicateur MMS de Momentum économique, à 57. Le chômage est au plus bas depuis 50 ans et même le déficit commercial a tendance à se réduire. Sa cote de popularité, à 49% selon le dernier sondage Gallup, est au plus haut de sa présidence et les difficultés chinoises confortent sa stratégie de fermeté face à ce rival stratégique.

Même sa politique fiscale très agressive, qui creuse le déficit budgétaire fédéral au-delà de 5% du PIB, à plus de 1000 milliards de dollars en 2020, bénéficie de l’approche monétaire accommodante de la Fed et d’une certaine complaisance de Jerome Powell, un faux dur ! Notre indicateur MMS de conditions monétaires américaine est d’ailleurs repassé fin janvier en territoire expansionniste, pour la première fois depuis fin 2014 !

L’indicateur de momentum économique américain au plus haut depuis 1 an

graphe

Sources : Montpensier Finance / Bloomberg au 3 février 2020

L’affaire est-elle pour autant pliée ? Nous ne le pensons pas. D’abord parce que la situation dans les « Swing States », en particulier les Etats du Nord-Est, très industriels, est loin d’être aussi brillante que sur les côtes Est et Ouest. Ensuite parce que le Président actuel reste très clivant et que la mobilisation de ses adversaires ne fait aucun doute, à la différence de 2016, où les partisans d’Hillary Clinton ont fait preuve de légèreté, sûrs que les excès de Trump ne lui permettraient pas de s’ouvrir la voie de la Maison Blanche. Enfin, le creusement du déficit budgétaire couplé à la baisse des capacités d’épargne chinoise, ne le met pas à l’abri d’un accident de financement qui viendrait bouleverser ses plans. La possibilité de l’élection d’un candidat démocrate, potentiellement moins favorable aux entreprises et à Wall Street, n’est donc pas à écarter.

La crainte majeure des marchés se nomme Bernie Sanders, dont le programme ne cherche ni plus ni moins qu’à « éradiquer » les milliardaires ! Le sénateur du Vermont reste bien placé dans les sondages et les premiers résultats de l’Iowa montre qu’il est populaire chez les démocrates. Même Pete Buttigieg, réputé plus centriste et dont la très bonne performance dans l’état du MidWest a surpris les observateurs, défend ouvertement une politique plus redistributive et tournée vers la réduction des inégalités.

Le 3 mars prochain sera le juge de paix pour les Démocrates. Plus du tiers des délégués chargés d’investir le candidat démocrate le 16 juillet prochain, seront alors désignés. Nul doute que cette date est déjà entourée dans le calendrier des investisseurs. D’ici là, Trump, la Chine et le CoronaVirus auront encore la vedette.

Par Wilfrid Galand, Directeur Stratégiste

Montpensier Finance

Montpensier Finance

Montpensier Finance est une société de gestion indépendante développée depuis 2004 par une équipe expérimentée animée par Guillaume Dard.
Avec 2 milliards d’euros d’encours sous gestion*, Montpensier Finance fait partie des sociétés de gestion indépendantes françaises reconnues.
Montpensier Finance développe une triple expertise de gestion dont l’objectif est de construire la surperformance dans la durée :

Gestion Actions Européennes
• Best Business Models
• Great European Models
• Quadrator

Gestion Obligations Convertibles
• M Convertibles
• MM Convertible Europe

Gestion Flexible & Multi-Asset
• BBM V-Flex
• Mondial Valor
• International Balance

Notre track record est fondé sur des méthodes propriétaires et dynamiques, prenant en compte les critères ESG, et mises en œuvre collégialement par des équipes expérimentées :
• La méthode Best Business Models, fondée sur le positionnement de l’entreprise dans son cycle de vie et l’évolution de son potentiel boursier, guide les choix des équipes de gestion grande et moyennes actions européennes.
• La méthode Quadrator fournit aux équipes de gestion actions zone Euro un prisme d’analyse des quatre critères clé des petites et moyennes valeurs performantes.
• La méthode M Convertibles est fondée sur 2 axes : La pureté car l’option intégrée d’une Obligation Convertible est unique. La convexité dont l’objectif est de réduire les risques.
• La méthode MMS – Montpensier Market Scan – permet aux équipes de gestion Flexible et Multi Asset, de s’appuyer sur 4 grands piliers d’analyse pour déterminer leurs choix d’allocation : momentum économique, dynamique des politiques monétaires, valorisation et dynamique des marchés.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

février

04fevToute la journéeLes Rencontres Climat et Finance Durable - 4ème éditionLes Salons de l'Hôtel des Arts & Métiers L'organisateur: Option Finance

04fev18 h 30 min21 h 00 minConférence CGP : "Comment faire de son cerveau un allié ?"Accompagner & Faire prendre de bonnes décisions d'investissement à nos clientsIMSI L'organisateur: Pascal PINEAU / Métisse Finance

06fevToute la journéeFinance Summit 2020WHAT WILL IT TAKE TO MAKE EUROPE’S FINANCIAL SECTOR MORE RESILIENT AND SUSTAINABLE?Cercle de l'Union Interalliée L'organisateur: AGEFI

mars

03marToute la journée4ème édition des Rencontres Private EquityMaison des Arts & Métiers L'organisateur: Option Finance

05mar8 h 00 min10 h 00 minRendez-vous de l'économie politique : Quels choix énergétiques face au changement climatiqueSofitel Arc de Triomphe L'organisateur: La Financière de la Cité

05mar9 h 00 min10 h 30 minSave the date : petit-déjeuner thématique organisé par Euronext Funds360 et LidixLa Place Fintech L'organisateur: Euronext Funds360

avril

Pas d'évènement

X