En 1927, le physicien allemand Werner Heisenberg présentait son « principe d’incertitude », également appelé « principe d’indétermination » : impossible de connaître simultanément avec une précision parfaite la vitesse et la position d’une particule. Et plus la vitesse augmente, plus le principe se vérifie. C’est bien le dilemme des marchés aujourd’hui.  

En 1927, le physicien allemand Werner Heisenberg présentait son « principe d’incertitude », également appelé « principe d’indétermination » : impossible de connaître simultanément avec une précision parfaite la vitesse et la position d’une particule. Et plus la vitesse augmente, plus le principe se vérifie. C’est bien le dilemme des marchés aujourd’hui.  

Après un beau premier semestre et un été agité, les investisseurs expérimentent à leur tour ce phénomène : les indices sont proches de leurs sommets historiques, les algorithmes toujours plus rapides et les rotations sectorielles de plus en plus brutales. Dans ces conditions, quel positionnement adopter et à quelle vitesse ajuster les positions alors que ralentissement économique, tâtonnements monétaires et tensions politiques font hésiter les marchés ?  

Le ralentissement mondial est clair : notre indicateur MMS de Momentum économique se situe à 34 sur 100 et se rapproche des niveaux de 2011, en pleine crise des dettes souveraines. Toutes les zones sont touchées : la Chine, en proie à la mutation de son modèle de développement et aux tensions sur le commerce, l’Europe, affectée par les difficultés de l’industrie allemande, et même les Etats-Unis. L’indicateur MMS américain est tombé à 24, un niveau qui matérialise les doutes du tissu manufacturier face à la multiplication des taxes douanières et au ralentissement du commerce mondial.

L’indicateur de momentum économique mondial hésitant à bas niveau

graphe incert

Sources : Montpensier Finance / Bloomberg au 1er octobre 2019

Le soutien monétaire reste sensible mais moindre qu’en 2015 – 2016 : la Banque Centrale Européenne, malgré l’annonce de nouvelles injections de liquidités à hauteur de 20 milliards d’euros par mois à partir du 1er novembre, reste empêtrée dans de fortes dissensions internes, menées par les représentants de l’Allemagne de l’Autriche et, fait nouveau, de la France.

La Fed a baissé ses taux une nouvelle fois en septembre mais peine à redonner de la liquidité à court terme au marché, malgré les centaines de milliards de dollars injectés dans des opérations « repo » depuis le 20 septembre. La Chine, qui semblait s’engager au début d’année à utiliser tous les moyens, y compris monétaires, pour relancer son économie, limite désormais ses opérations de soutien via la PBOC. Bref, les banques centrales tâtonnent.

Quant à la politique, inutile de compter sur elle pour apaiser ces inquiétudes : alors que la désescalade semble engagée entre la Chine et les Etats-Unis avec un nouveau round de négociations – le treizième, chiffre porte-bonheur ? le retour en force de la procédure d’« impeachment » Outre-Atlantique vient exacerber la polarisation de l’opinion et pourrait, in fine, déstabiliser tout autant Joe Biden le rival « centriste » de Donald Trump, que le président lui-même. Cela ferait alors les affaires des prétendants les plus radicaux du parti démocrate, dont le programme économique est bien loin du « laissez-faire » cher à Wall Street.

Alors, faut-il affaisser les voiles des portefeuilles et se mettre complètement à l’abri de ces eaux troublées ? Nous ne le pensons pas.  

Tout d’abord parce que l’histoire montre que les entreprises ont toujours montré de formidables capacités d’adaptation à un environnement toujours plus changeant. C’est l’enjeu de la saison des résultats qui s’ouvre tout juste. Ensuite parce que ralentissement économique n’est pas synonyme de récession à court terme… du moins tant que le consommateur américain reste positif et que les banques centrales veillent à ce que le crédit reste accessible.

Vu le niveau des taux d’intérêt Le choix de la peur est celui de la résignation devant la perte inéluctable de valeur. L’environnement doit inciter à conserver des marges de manœuvre, mais il faut garder le cap des investissements… tout en surveillant toujours Trump du coin de l’œil !  

Par Wilfrid Galand, Directeur Stratégiste

Montpensier Finance

Montpensier Finance

Montpensier Finance est une société de gestion indépendante développée depuis 2004 par une équipe expérimentée animée par Guillaume Dard.
Avec 2 milliards d’euros d’encours sous gestion*, Montpensier Finance fait partie des sociétés de gestion indépendantes françaises reconnues.
Montpensier Finance développe une triple expertise de gestion dont l’objectif est de construire la surperformance dans la durée :

Gestion Actions Européennes
• Best Business Models
• Great European Models
• Quadrator

Gestion Obligations Convertibles
• M Convertibles
• MM Convertible Europe

Gestion Flexible & Multi-Asset
• BBM V-Flex
• Mondial Valor
• International Balance

Notre track record est fondé sur des méthodes propriétaires et dynamiques, prenant en compte les critères ESG, et mises en œuvre collégialement par des équipes expérimentées :
• La méthode Best Business Models, fondée sur le positionnement de l’entreprise dans son cycle de vie et l’évolution de son potentiel boursier, guide les choix des équipes de gestion grande et moyennes actions européennes.
• La méthode Quadrator fournit aux équipes de gestion actions zone Euro un prisme d’analyse des quatre critères clé des petites et moyennes valeurs performantes.
• La méthode M Convertibles est fondée sur 2 axes : La pureté car l’option intégrée d’une Obligation Convertible est unique. La convexité dont l’objectif est de réduire les risques.
• La méthode MMS – Montpensier Market Scan – permet aux équipes de gestion Flexible et Multi Asset, de s’appuyer sur 4 grands piliers d’analyse pour déterminer leurs choix d’allocation : momentum économique, dynamique des politiques monétaires, valorisation et dynamique des marchés.

Voir toutes les publications

Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

octobre

08oct8 h 15 min20 h 00 minAM TECH DAY 2019Palais Brongniart L'organisateur: AGEFI Actifs

10octToute la journée1118e Global Invest Forum de l’AGEFIHôtel InterContinental L'organisateur: AGEFI Actifs

11octToute la journée13Salon de l’Immobilier et de l’InvestissementCarrousel du Louvre

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

X