04/05 | Impacts du Coronavirus sur les marchés financiers : Le point quotidien d’Esty DWEK (Natixis Investment Managers Solutions)

Chaque jour Esty DWEK, Head of Global Market Strategy, de Natixis Investment Managers Solutions analyse les dernières évolutions les impacts sur les marchés

Que s’est-il passé ? 

  • Après son meilleur mois depuis 1987, le S&P500 a commencé le mois de mai en rouge, en recul de 2,8 %, alors que les avertissements sur les bénéfices ont impacté le sentiment et que les tensions se sont accrues entre les États-Unis et la Chine. L’Europe était fermée le 1er mai, mais les futures sont en baisse de 3 % ce matin pour le Stoxx50, de près de 1 % aux États-Unis, et les actions asiatiques sont également en baisse. En effet, si les publications du premier trimestre, tant économiques que sur les bénéfices, sont très mauvaises, le deuxième trimestre sera pire, et l’assouplissement des mesures de confinement, bien qu’encourageant, fait craindre une seconde vague. La semaine dernière, les flux sont sortis des actions, rentrés en obligations et toujours en hausse dans le monétaire. Et les marchés émergents restent mal aimés.
  • Les données publiées ont montré une image peu réjouissante, avec un PIB européen au premier trimestre en baisse de 3,3 % en glissement annuel et une inflation de seulement 0,4 % en glissement annuel. Aux États-Unis, les demandes initiales d’allocations de chômage ont vu 3,8 millions nouveaux demandeurs d’emploi et près de 18 millions de demandes continues, tandis que les indices PMI ont encore baissé en avril et que les dépenses personnelles ont été de -7,5 % en mars. Cette semaine, les emplois non-agricoles pourraient afficher une baisse record, avec un consensus autour de -21 millions.
  • Les résultats des bénéfices continuent de tirer la sonnette d’alarme pour le deuxième trimestre et l’ensemble de l’année 2020, car même Apple a refusé de donner des indications. Amazon a souligné la hausse des coûts de livraison malgré l’augmentation des revenus, Visa a retiré ses prévisions, Colgate-Palmolive a dépassé ses attentes de bénéfices mais a quand même retiré ses prévisions, et les ventes de McDonalds ont connu une forte baisse. Exxon a enregistré une forte perte et réduira ses dépenses d’investissement prévues de 30 %, tandis que Chevron a vu ses bénéfices augmenter au premier trimestre 2019, mais a également réduit ses dépenses d’investissement prévues de 30 %, car les résultats devraient se détériorer. Cette semaine, Disney, BMW et bien d’autres annoncent.
  • La Banque centrale européenne a clôturé la semaine des banques centrales en assouplissant encore sa politique. Elle n’a pas réduit son taux d’intérêt ni son programme d’achat d’obligations, mais elle a encore réduit les coûts de financement pour les banques. Tout comme la Réserve fédérale, elle a également souligné qu’un soutien budgétaire plus important était nécessaire. Et comme nous l’avons déjà mentionné, la Fed a également souligné que le chômage élevé à long terme constituait un risque pour la reprise.
  • Aux États-Unis, le plan de soutien « phase 4 » est en cours de discussion, même s’il pourrait prendre un certain temps avant d’être finalisé. Pour l’instant, on s’attend à une aide d’environ 1 000 milliards de dollars pour les États et les villes, plus les autres besoins, ce qui laisse présager un autre chiffre impressionnant.
  • Les rendements souverains restent dans une fourchette, le rendement du Trésor américain à 10 ans étant de 0,61 %, tandis que les rendements du Bund à 10 ans ont encore baissé à -0,57 %. Les spreads de crédit sont restés globalement stables, l’IG US s’étant élargi de 4 points de base pour atteindre 206 points de base, le HY US de 1 point de base pour atteindre 745 points de base, le HY européen s’est resserré de 1 point de base pour atteindre 658 points de base et l’IG européen est resté stable à 189 points de base.
  • Les manchettes négatives pèsent sur le sentiment, indiquant que les marchés ont peut-être anticipé trop d’optimisme pour affronter la réalité qui nous attend avec les niveaux et les valorisations actuels. Nous ne testerons peut-être pas les plus bas, mais nous continuons à croire que de nombreux risques subsistent, alors que les progrès réalisés contre le virus et les mesures de relance luttent contre les mauvaises publications économiques et de bénéfices et contre les tensions géopolitiques croissantes. Nous restons prudents pour l’instant, car la transition vers « l’après-corona » ne se fera probablement pas sans heurts et il est probable que nous assisterons à nouveau à plus de volatilité.

Ce qu’on regarde

  • Nous surveillons les annonces de réouverture progressive pour voir comment elles se déroulent dans les différentes régions, pays et industries, car la reprise ne peut pas être simplement « enclenchée ». Nous cherchons à voir si les cas restent contenus avec des mesures de confinement plus souples pour voir si le chemin sera linéaire. Nous cherchons également à savoir si les récentes nouvelles encourageantes sur les traitements se concrétisent.
  • Nous examinons comment les mesures de relance peuvent être déployées pour éviter des vagues de faillites et de défauts, et comment les défauts peuvent être clôturés si/quand ils se produisent. En effet, il est encore trop tôt pour dire si ces mesures seront suffisantes pour éviter les conséquences les plus négatives de l’épidémie, bien que la Fed en particulier fasse tout ce qui est en son pouvoir – et même au-delà – pour limiter ces risques..
  • Nous examinerons de près les estimations des bénéfices à mesure qu’elles seront révisées à la baisse. Il se peut que les marchés ne tiennent actuellement pas suffisamment compte de l’ajustement, d’autant plus que les valorisations ne seraient pas aussi attrayantes avec un « E » beaucoup plus bas.
  • Nous surveillons les marchés du crédit et du financement pour voir si les mesures massives prises par les banques centrales, tant aux États-Unis qu’en Europe, contribuent à atténuer les tensions récentes. Pour l’instant, nous pensons que les banques centrales parviendront à maintenir les risques systémiques à un faible niveau afin d’éviter une crise du crédit.

Esty Dwek

Directrice de la Stratégie de Marché de Dynamic Solutions
Natixis Investment Managers

Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres Clients Professionnels ou Investisseurs Qualifiés et, lorsque la réglementation locale l’exige, uniquement sur demande écrite de leur part. Le présent document ne peut pas être utilisé auprès des clients non-professionnels. Il relève de la responsabilité de chaque prestataire de services d’investissement de s’assurer que l’offre ou la vente de titres de fonds d’investissement ou de services d’investissement de tiers à ses clients respecte la législation nationale applicable.En France: Le présent document est fourni par Natixis Investment Managers International – Société de gestion de portefeuilles agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le n° GP 90-009, société anonyme immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 329 450 738. Siège social: 43 avenue Pierre Mendès France, 75013 Paris.

 En Suisse Le présent document est fourni par Natixis Investment Managers, Switzerland Sàrl, Rue du Vieux Collège 10, 1204 Genève, Suisse ou son bureau de représentation à Zurich, Schweizergasse 6, 8001 Zürich.

 Bien que Natixis Investment Managers considère les informations fournies dans le présent document comme fiables, y compris celles des tierces parties, elle ne garantit pas l’exactitude, l’adéquation ou le caractère complet de ces informations.

La remise du présent document et/ou une référence à des valeurs mobilières, des secteurs ou des marchés spécifiques dans le présent document ne constitue en aucun cas un conseil en investissement, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ou une offre de services. Les investisseurs doivent examiner attentivement les objectifs d’investissements, les risques et les frais relatifs à tout investissement avant d’investir. Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de (des) l’auteur (s) référencé(s). Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Le présent document ne peut pas être distribué, publié ou reproduit, en totalité ou en partie. 

INVESTMENT MANAGERS RCS Paris 453 952 681 – Capital : €178 251 690 Société anonyme au capital de €178 251 690 Siège social : 43, avenue Pierre Mendès-France, 75013 Paris www.im.natixis.com

Natixis IM

Natixis IM

Natixis est la banque internationale de financement, d’investissement, de gestion d’actifs, d’assurance et de services financiers du Groupe BPCE, deuxième acteur bancaire en France avec 31 millions de clients à travers ses deux réseaux, Banque Populaire et Caisse d’Epargne.
Avec plus de 21 000 collaborateurs, Natixis dispose d’expertises métiers fortes dans quatre domaines d’activités : la Gestion d’actifs et de fortune, la Banque de Grande Clientèle, l’Assurance et les Services Financiers Spécialisés.
Elle accompagne de manière durable, dans le monde entier, sa propre clientèle d’entreprises, d’institutions financières et d’investisseurs institutionnels et la clientèle de particuliers, professionnels et PME des deux réseaux du Groupe BPCE.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

mai

Pas d'évènement

juin

Pas d'évènement

juillet

Pas d'évènement

X