A l’heure où nous écrivons ces lignes, la baisse des principaux indices actions US et européens atteint désormais en extrêmes près de 25 %, en moins de 2 semaines. Cela situe ainsi cette correction parmi les plus sévères de l’histoire boursière de l’après-guerre.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, la baisse des principaux indices actions US et européens atteint désormais en extrêmes près de 25 %, en moins de 2 semaines. Cela situe ainsi cette correction parmi les plus sévères de l’histoire boursière de l’après-guerre. Les derniers mouvements comparables en termes d’ampleur et de rapidité remontent à l’été 2011 (crainte de dislocation de l’Euro) et avant, à septembre 2008 (faillite de Lehman Brothers et doutes sur la solidité du système financier international). La seule réelle différence, c’est que cette fois-ci, la correction a débuté alors que les marchés étaient au plus haut et « baignaient » dans une certaine euphorie, ce qui les fragilisait d’autant.

Aujourd’hui, la crise est d’un autre ordre. Les conséquences de l’épidémie sur la croissance mondiale sont difficiles à estimer, mais il est clair que l’impact sera sévère. A ce stade, nous ne disposons pas d’assez d’éléments pour donner des pronostics fiables. Mais nous pouvons donner quelques observations sur quelques points essentiels :

1. La valorisation des marchés actions a baissé significativement. Le PER 2019 (donc sur des résultats connus de l’année dernière) de l’indice S&P 500 était à près de 20 en janvier (ce que nous trouvions excessif). A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est de 15,5. Bien entendu, les résultats 2020 seront impactés par le ralentissement lié au virus, mais nous n’en connaissons pas l’ampleur, et il y aura aussi une forme de rattrapage quand le virus s’estompera. Il vaut donc mieux raisonner sur des bénéfices connus à ce stade. Le raisonnement est similaire en Europe : le PER 2019 de l’indice Eurostoxx est passé de 16 à 12,5.

2. Parallèlement, les taux d’intérêt ont fortement baissé et on assiste à une mondialisation des taux d’intérêt vers 0 %. Le dernier pays à opérer ce mouvement, et non des moindres : les États-Unis. La FED avait décidé la semaine dernière de procéder à une détente « surprise » de 50 bp de son principal taux directeur, avec un chemin assez bien balisé pour amener le niveau des Fed Funds à 0,5 % dans les prochains mois… La réaction des investisseurs a été à la hauteur de cette décision et le rendement des T Notes 10 ans est ainsi passé en quelques séances de près de 2 % à 0,35 % à l’heure actuelle, ce qui est un mouvement inédit d’une rapidité extrême. La réaction a été moins vive naturellement en zone Euro car les taux directeurs sont déjà en territoire négatif, mais le rendement du Bund a toute de même rebaissé, passant de -0 ,40 % à -0,82 % !!! Les dividendes actions apparaissent ainsi encore plus attractifs en relatif.

3. Le crédit décroche logiquement ce matin parallèlement aux craintes de ralentissement économique. De plus, la forte baisse des prix du pétrole accentue les craintes sur le « High Yield US ».

Autant nous étions prudents en début d’année, soulignant que les marchés étaient vulnérables à la moindre mauvaise nouvelle, autant nous pensons aujourd’hui qu’il y a des opportunités d’investissement, principalement sur les actions et le High Yield européen dans une optique de moyen terme. Le crédit CT constitue également un placement intéressant dans les conditions actuelles en alternative au monétaire.
En effet, les conditions d’une reprise rapide, une fois le virus maitrisé, nous semblent en place : taux encore plus bas, pétrole pas cher et valorisations correctes.

Il reste que les marchés risquent d’être encore volatils dans les prochaines semaines et qu’il conviendra de faire attention à la liquidité. C’est la raison pour laquelle nous préconisons d’investir en plusieurs fois.

OFI AM

OFI AM

Fondée en 1971, OFI Asset Management compte parmi les plus importantes sociétés de gestion françaises en termes d’encours gérés avec 62 Mds€ d’encours sous gestion au 30 juin 2014.
Elle figure au 3e rang des sociétés de gestion ISR du marché français.
Adossée à deux grands groupes institutionnels, la Macif et la Matmut, OFI Asset Management dispose d’un actionnariat solide et d’un ancrage dans l’économie sociale renforcé grâce aux partenariats développés avec les membres du GEMA et de la FNMF.
La gestion collective et la gestion sous mandat, au service desquelles sont organisés les différents métiers, constituent le cœur d’activité du Groupe.
Les expertises de gestion couvrent les principales classes d’actifs, types de gestion et zones géographiques.
Depuis plus de 40 ans, OFI Asset Management s’attache à innover, délivrer de la performance, pérenniser ses relations avec l’ensemble de ses clients en favorisant la proximité et le service.
www.ofi-am.fr

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

avril

Pas d'évènement

mai

Pas d'évènement

juin

Pas d'évènement

X