La réunion de la BCE de ce jour est la dernière pour Mario Draghi. Le mandat du président de la BCE s’achève le 31 octobre. Il sera remplacé par Christine Lagarde à partir du 1er novembre.

La réunion de la BCE de ce jour est la dernière pour Mario Draghi. Le mandat du président de la BCE s’achève le 31 octobre. Il sera remplacé par Christine Lagarde à partir du 1er novembre.

Mario Draghi a transformé la BCE pendant son mandat. Il en a fait une institution où les décisions ont été davantage conditionnées par des considérations économiques plutôt que politiques. Son prédécesseur avait, à deux reprises en avril et juillet 2011, remonté les taux d’intérêt de la BCE alors que la zone euro entrait progressivement en récession. La politique monétaire d’alors avait ainsi contribué à cette récession sans avoir le rôle contracyclique qu’elle doit normalement avoir. Ces décisions avaient été dictées par un raisonnement reposant plus sur l’équilibre politique au sein du conseil de la BCE que sur des considérations économiques pour l’ensemble de la zone euro. Draghi a réussi à donner la prééminence aux questions économiques. Cela a permis d’accentuer l’indépendance de la BCE et d’en faire ainsi un acteur majeur de la zone euro.

Le deuxième point à retenir de la présidence de Mario Draghi est qu’il a fait de la BCE un prêteur en dernier ressort. La BCE est devenu le dernier recours des banques européennes et un instrument de résolution des crises. Draghi change le rôle de la banque centrale très vite après son arrivée à Francfort. La zone euro est alors en récession et des doutes se font jour sur la capacité de l’Italie ou de l’Espagne notamment à faire face à leurs engagements européens. C’est la période de la crise des dettes souveraines. Draghi y fait face avec le fameux « whatever it takes » prononcé à Londres le 26 juillet 2012. Draghi dit deux choses dans ce discours. La zone euro est d’abord et avant tout une construction politique faite par des gens qui veulent vivre ensemble. L’euro n’est qu’un instrument au service de cette construction politique. La BCE doit en assurer le fonctionnement et prendra les mesures nécessaires pour le faire. Quelques jours plus tard, la BCE lance les OMT qui lui donnent toute capacité à acheter des titres italiens, espagnols ou d’autres pays pour maintenir à flot la zone euro. L’annonce de la BCE sur sa capacité à intervenir et à être prêteur en dernier ressort a suffi pour calmer les tensions. Le caractère plus rassurant de ce qu’est la BCE a permis de modifier en profondeur les anticipations des investisseurs. La BCE a arrêté la crise des dettes souveraines sans dépenser un euro dans les opérations d’OMT. C’est remarquable.

La crise de la zone euro s’arrête très vite, la zone euro est sauvée et la BCE est devenue le prêteur en dernier ressort tout en se détachant des considérations politiques dans la gestion de la politique monétaire. C’est cette rupture qui restera de la présidence de Mario Draghi.

Le problème durant son mandat est qu’il est arrivé à la tête de la BCE alors que la zone euro était déjà dans une longue et profonde récession. La politique d’austérité mise en place en 2011, tant que le plan budgétaire que monétaire, a fait décrocher la conjoncture européenne. Pendant la crise et jusqu’au début de 2011, la conjoncture de la zone euro suivait parfaitement celle des USA. La politique d’austérité l’a décrochée de cette trajectoire. L’écart avec l’économie américaine n’a jamais pu être rattrapé. Il s’est même accentué.

Les erreurs de politique économique ont traduit des erreurs d’analyse sur la profondeur de la crise, retardant l’adoption de mesures de politique monétaire non orthodoxe.

En faisant converger le taux de réfi vers 0% à partir de la mi 2014 puis en mettant en place l’achat d’actifs en mars 2015, la BCE a clairement contribué à la reprise conjoncturelle de la zone. La baisse des taux a modifié les arbitrages entre aujourd’hui et demain pour les acteurs économiques de la zone. La BCE a nettement réduit les incitations à transférer sa richesse dans le temps. Cela s’est traduit par une hausse des dépôts à vue dans les banques et une accélération des dépenses courantes. Il fallait faire repartir la demande privée et la BCE de Draghi y a nettement contribué.

Le président de la BCE s’est heurtée à l’obstacle budgétaire très rapidement. À Jackson Hole très vite après son arrivée à la tête de la BCE il avait évoqué la nécessité de disposer d’une politique budgétaire plus active afin de soutenir la conjoncture mais aussi pour faire les réformes structurelles nécessaire pour hausser la croissance potentielle de la zone. Draghi a été très vite remis à sa place par Angela Merkel suite à sa déclaration de Jackson Hole. Elle lui a indiqué que chacun devait rester à sa place. Une conséquences immediate de ces tensions avec les politiques est qu’il n’y aura pas de politique budgétaire à l’échelle de la zone euro. La politique économique de la zone euro sera encore pour longtemps unijambiste.

Pourtant la BCE a permis de solvabiliser toutes les politiques budgétaires de la zone en maintenant des taux d’intérêt très bas. Le deal émanant de la BCE était : « je maintiens les taux d’intérêt très bas mais vous faites les réformes nécessaires pour soutenir la croissance à moyen terme ». Ce deal respecté du côté de la banque centrale n’a pas franchement fait bouger les gouvernements. D’ailleurs aucun d’entre eux ne profite des taux d’intérêt négatifs pour mettre en place un programme de transition énergétique à la hauteur des défis auxquels l’Europe aura à faire face.

L’inflation insuffisante qui caractérise la zone euro est à mon sens une conséquence de cette absence de politique budgétaire intégrée. Cet aspect est d’ailleurs la faiblesse de la construction européenne. Aucun pays ne souhaite franchir le cap de cette dimension politique. En dépit d’une politique monétaire intégrée et d’un euro auquel aucun européen ne souhaite renoncer, la construction européenne pêche toujours sur sa dimension politique. C’est son tendon d’Achille qui oblige les autres institutions européennes dont la BCE a des efforts considérables pour compenser ce manque d’intégration politique. Face à l’incapacité des gouvernements à prendre en charge la zone euro, la BCE est allée très loin dans le caractère accommodant de sa politique monétaire. Pour beaucoup cela a été excessif mais avait elle le choix ?

Mario Draghi a fait honneur à son mandat. Le challenge pour Christine Lagarde sera de prolonger son combat pour rendre la zone euro plus responsable sur le plan politique.

Ostrum AM

Ostrum AM

Depuis plus de 30 ans, Ostrum Asset Management accompagne ses clients dans la réalisation de leurs projets financiers. Pour y parvenir et délivrer le meilleur résultat d’investissement, nos gérants nourrissent leurs convictions d’une recherche propriétaire pointue et d’une analyse rigoureuse du risque, à chaque étape du processus de gestion.
Basée en Europe, avec une présence aux États-Unis1 et en Asie2, Ostrum Asset Management propose une gamme performante en gestion active fondamentale obligataire et actions, ainsi que des solutions de gestion assurantielle, répondant aux besoins des investisseurs dans le monde entier.

Acteur de premier plan en Europe3, Ostrum Asset Management gère
315,7 milliards d’euros4 pour le compte de ses clients institutionnels, particuliers et distributeurs externes.
Depuis le 3 avril 2018, Natixis Asset Management est devenue Ostrum Asset Management.

Voir toutes les publications


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour

L’agenda de l’AM

novembre

21novToute la journée22Actionaria 2019Palais des Congrès L'organisateur: Infopro Digital

décembre

05decToute la journéeSommet BFM PatrimoineCESE - PALAIS DE IENA L'organisateur: BFM Business

janvier

Pas d'évènement

X