Marchés : Prises de profit sur les actions et nouvelles tension sur l’obligataire

D’une ampleur sans précédent, la crise sanitaire que nous traversons impacte profondément nos économies ainsi que les marchés financiers Pour mieux vous accompagner, nous avons décidé de vous partager de façon régulière notre sélection des principales informations économiques et notre analyse des marchés financiers.
  • À fin février, les derniers chiffres officiels de la pandémie font état de 114 millions de personnes infectées dans le monde et de 2 5 millions de morts. Cependant, la montée de la vaccination semble ralentir la progression de l’épidémie 214 millions de personnes ont été vaccinées à travers le monde, dont plus de 72 millions aux États Unis.
  • Certains pays qui avaient complétement réouvert leurs économies, à l’instar de la Nouvelle Zélande, de l’Australie ou encore de la Norvège, sont obligés de les refermer avec la résurgence de cas due aux nouveaux variants.
  • La Chambre des représentants a approuvé le plan de relance de 1 900 milliards de dollars présenté par l’administration Biden. Ce plan vise à remplacer le précédent dont les mesures prennent fin le 14 mars prochain. Nul doute que le Sénat démocrate approuvera également les principales mesures, même si certaines pourraient être amendées (notamment la hausse du salaire minimum à 15 dollars de l’heure)

Marchés financiers

  • Après un début de mois positif pour les actifs risqués, les deux dernières semaines ont connu d’importantes prises de profit sur l’ensemble des places boursières. Pourtant les campagnes de vaccinations contre le coronavirus continuent à accélérer, avec en prime l’arrivée d’un nouveau vaccin développé aux États Unis par Johnson Johnson en plus des 3 précédents de Pfizer, Moderna et d’AstraZeneca. Mais le scénario de reflation qui se dessine dans de nombreux pays alimente une résurgence de l’inflation et entraîne des hausses de taux dans les principaux pays du monde. Ainsi, les actions mondiales ont reculé de 3,26 % (en USD) sur la dernière quinzaine et restent néanmoins en territoire positif depuis le début de l’année 1 37 à fin février). Les États Unis ont aussi connu une vague de prises de bénéfices importante puisque l’indice phare, le S&P 500 a reculé de 3,14%. Cependant, la baisse est beaucoup plus significative sur les valeurs technologiques (-6,41% sur les 2 dernières semaines) dans des volumes de transactions plutôt élevés. Les tensions que l’on continue de voir apparaître sur les parties longues de la courbe de taux aux États Unis accrédite le scénario d’une reprise économique vigoureuse, mais qui se fera avec une inflation supérieure aux attentes.Au delà du niveau des taux qui restent cependant toujours très bas (autour de 1 50 sur le 10 ans américain), les investisseurs sont inquiets du rythme de remontée et pourraient craindre un krach obligataire à un moment où les endettements privés et publics n’ont jamais été aussi importants. Le taux 10 ans américain est en hausse de près de 50 points de base depuis le début d’année et de 90 points de base par rapport à son point bas du 4 août 2020. Cette tension apparaît aussi sur le 5 ans qui progresse de 35 points de base depuis le début de l’année. Cependant ces tensions ne touchent pas pour l’instant les maturités les plus courtes. Ce mouvement de pentification devrait continuer dès lors que les révisions de croissance surprennent à la hausse car les investisseurs vont commencer à anticiper un futur resserrement monétaire de la Banque centrale américaine.
  • Les valeurs de croissance, qui ont structurellement bénéficié depuis des années des baisses de taux, souffrent actuellement de cette remontée de taux. Cela touche plus particulièrement les valeurs technologiques d’hypercroissance qui sont souvent très endettées et dont le niveau de valorisation est tendu depuis plusieurs mois. Au fur et à mesure que le rebond économique se met en place, la rotation sectorielle se déploie en faveur des valeurs cycliques/value et au détriment des valeurs de croissance.
  • Ce facteur taux a aussi pesé sur les marchés émergents qui ont abandonné plus de 6,27% (en USD) sur la quinzaine passée avec une sous performance très marquée des actions chinoises qui abandonnent près de 10% (en USD). De plus, la montée des prix des matières premières (pétrole 15 en un mois, désormais au niveau pré COVID cuivre 13 sur un mois, au plus haut historique) anticipe non seulement une amélioration de la demande future, mais aussi la crainte des investisseurs concernant l’inflation.

Comme en 2013 lorsque le président de la FED avait commencé à envisager une réduction du programme d’achats d’actifs (Taper Tantrum) mis en place suite à la crise financière de 2008 les marchés émergents ont pour spécificité d’avoir des besoins de financement structurels de la part des entreprises et des États et d’être très sensibles aux resserrements monétaires des États Unis. De plus, devant le dynamisme de son économie et l’enthousiasme des investisseurs envers la Bourse, Pékin a signalé une politique monétaire plus restrictive qui a entrainé des prises de profit importantes Enfin, l’annonce d’une hausse de l’impôt de bourse à Hong Kong a été une surprise désagréable. Elle marque la volonté des autorités chinoises de calmer l’enthousiasme excessif des investisseurs chinois envers cette place boursière.

Les performances de l’Europe ont été presque meilleures qu’attendu. Le MSCI Europe n’a reculé que de 2,07% sur les quinze jours. Le caractère plus cyclique et value des indices européens a joué un rôle protecteur dans la configuration actuelle et nous pensons que cette zone pourrait bénéficier de la rotation sectorielle qui s’amorce. Pourtant, les perspectives économiques ne sont pas aussi brillantes que pour le reste du monde. La zone européenne souffre encore et toujours de la faiblesse de son rythme de vaccination.

Achevé de rédiger le 2/03/2021.

Les articles publiés sur ce blog ont été rédigés par Primonial et ont un objectif exclusivement informatif. Ils n’ont pas vocation à être exhaustifs et gardent un caractère général. Par ailleurs, les appréciations formulées reflètent l’opinion de leurs auteurs à la date de publication et sont susceptibles d’évoluer ultérieurement.

Ni les articles, ni les informations contenues dans ces derniers ne peuvent être considérés comme un conseil en investissement, une proposition d’investissement, une offre ou une sollicitation d’achat, de souscription ou de vente d’un instrument financier ou de tout autre produit et support d’investissement.

Les informations d’ordre juridique et fiscal contenues dans ce document sont à jour au moment de sa parution et sont susceptibles d’être modifiées ultérieurement. Les simulations présentées ont été réalisées en fonction d’hypothèses financières et la réglementation en vigueur à ce jour, ces éléments sont susceptibles d’évoluer. Les informations contenues dans ce document ont été prises à des sources considérées comme fiables et à jour au moment de sa parution, cependant leur exactitude ne peut être garantie.

Primonial

Primonial

Il aura suffi de deux décennies à peine à Primonial pour s’imposer comme l’un des leaders de la gestion patrimoniale auprès des particuliers en France.

Le groupe Primonial imagine, sélectionne et conçoit des solutions de gestion patrimoniale en architecture ouverte, adaptées aux problématiques des épargnants français, possédant une véritable expertise en matière patrimoniale, financière, fiscale et juridique.

Indépendance d’esprit, créativité, proximité, sens de la relation client et technicité sont les éléments clés qui lui ont permis de créer l’une des gammes les plus adaptées aux attentes des particuliers et des professionnels.

En 2014, 2016 et 2019 Primonial reçoit le prix de la Société la plus innovante du marché, décerné par les professionnels de la gestion privée*. En 2017, le contrat Link Vie a reçu les Oscars "Meilleure innovation" et "Meilleur contrat internet" de Gestion de Fortune. L'Oscar "Meilleur contrat droit luxembourgeois 2017" récompense également le contrat Target + Lux.**

*Palmarès 2014, 2016 et 2019 de Gestion de Fortune

**Les Oscars 2016 et 2017 pour les contrats Link Vie, Target + et Target + Lux sont décernés par un jury de journalistes de la rédaction de Gestion de Fortune et des professionnels représentant l’ensemble des acteurs du secteur de l’Assurance pour une période d’un an à compter d’avril 2016 et 2017

View all posts


Newsletter

En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters quotidiennes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de nos mails ou à l’adresse contact@fundswatch.fr

Le fonds du jour